Ref. :  000022205
Date :  2006-01-02
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Altermondialisation

Altermondialisation


Définition

Altermondialisation est le concept qui rend compte de la démarche de construction d’alternatives au paradigme dominant — depuis deux décennies environ — de la globalisation économique, financière et informationnelle. Avec son émergence, il ne s’agit plus d’une simple et systématique contestation de cette globalisation (ce que l’on désigne par antimondialisation), mais bien de sa mise en perspective critique, de son éloignement radical, ainsi que de l’expérimentation de nouvelles propositions, de nouveaux modèles d’organisation économique, sociale, politique et culturelle. Il s’agit, par les voies et moyens de mondialisations très différentes de « la globalisation » dominatrice présentée comme fait inéluctable et autonome : de forger « un autre monde possible » plus juste, plus équitable et moins chaotique. L’altermondialisation se veut donc une réponse positive, capable d’organiser la relève dans tous les champs où la globalisation produit des effets destructeurs ou menaçants.


Origine

Ce concept a été forgé au cours de l’année 2001 dans le cadre d’une discussion transnationale menée par des acteurs d’origine diverse engagés dans l’élaboration conjointe du Forum social mondial (FSM) et de ses développements régionaux — en particulier le collectif ATTAC, qui peut en revendiquer une bonne part de la paternité. En effet, depuis l’automne 1999 et l’échec du Sommet de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle, jusqu’au lancement du 1er FSM fin janvier 2001, les différentes mobilisations visant précisément l’OMC, mais aussi le projet de la ZLEA (initié en 1990) et les réunions du G8 (depuis 1998), furent stigmatisées par le discours politique et médiatique sous l’épithète d’« antimondialisation ». Or, cette réduction à une posture « anti », si elle fut bien incarnée par le « moment de Seattle », est apparue de plus en plus insupportable à un nombre croissant d’acteurs revendiquant en priorité leur recherche d’alternatives (politiques, économiques et sociales) et ne rejetant pas sans nuances les différentes formes de mondialisation en cours (par ex. la mondialisation de l’action humanitaire ou celle des luttes en faveur des droits de l’Homme). La question d’une désignation plus adaptée des mouvements et acteurs concernés est ainsi devenue essentielle, au moment où ils prouvaient, par la construction même du FSM et d’autres plateformes de discussion transnationale, qu’ils ne se contentaient pas de mettre en cause les dérèglements de la globalisation néolibérale, mais entendaient bien élaborer des propositions de gouvernance mondiale fondées sur des analyses et des méthodes entièrement différentes. C’est pourquoi le « alter » de altermondialisation ne peut être perçu comme une distinction superficielle : au contraire, il prétend rendre compte d’une démarche ontologiquement distincte de celle d’antimondialisation.


Contenu

Altermondialisation ne définit ni un programme de gouvernement, ni une politique économique ou culturelle déterminée. Au contraire, c’est à la fois une posture et une méthodologie qui entend résister et répondre à ce qui se présente sous l’espèce d’un corpus figé : c’est-à-dire, en particulier, les principes néolibéraux concernant les politiques budgétaire, monétaire et sociale ; la réduction systématique du rôle et de l’intervention de l’Etat dans tous les secteurs d’activité ; la libéralisation toujours plus étendue des différents marchés au nom de l’efficience économique et de « la démocratie » ; la promotion des zones de libre-échange ou du « Consensus de Washington » ; enfin, les « guerres préventives » menées en contradiction avec tous les acquis du droit cosmopolitique… Face à ce corpus, expérimenté sous impulsion étasunienne et avec l’ampleur que l’on connaît dans les Amériques, en Afrique, en Asie du Sud Est et en Europe (de l’Est, en particulier) depuis deux décennies, les « altermondialistes » revendiquent d’agir au moins à trois niveaux. Tout d’abord, ils procèdent — dans le cadre de débats contradictoires, menés au sein de Forums ou d’autres instances — à des états des lieux, des bilans comparatifs de ces expérimentations contemporaines (nationales et régionales) du « projet néolibéral ». Ensuite, ils s’efforcent d’élaborer, dans tous les domaines concernés (du fiscal au culturel, en passant par l’environnemental), des propositions qui ont vocation à servir d’outils d’aide à la décision politique, en vue de la mise en place de politiques très différentes de celles dont les bilans mentionnés signent la faillite. Enfin, ils visent — grâce à une démarche concertée et aux outils forgés en commun — à accroître considérablement le pluralisme et la diffusion des informations nécessaires, la prise de conscience, la qualité et l’intensité du débat, ainsi que la mobilisation sur toutes les questions liées au sein de la société civile internationale.


Modalités

L’altermondialisation est un mouvement paradoxal à différents niveaux. En effet, s’il s’est bien constitué comme réponse à une catégorie (antimondialisation) perçue comme injuste et réductrice, il n’est pas pour autant l’objet d’une vraie appropriation par ses supposés partisans (qui se réclament rarement de lui), et l’usage même du signifiant altermondialisation reste surtout le fait de ceux (politiques, journalistes, intellectuels…) qui n’adhèrent pas à sa démarche. Tout se passe, en effet, comme si le simple fait d’accoler un préfixe quel qu’il soit (anti, alter, etc.) au concept de mondialisation ne pouvait conduire qu’à un signifié discutable, sinon réfutable. En revanche, le mouvement qu’il incarne a réussi à populariser largement l’idée qu’« un autre monde est possible », sinon une pluralité de mondes (par opposition au « globe » unique et univoque du marché), de même que d’autres façons de faire ce ou ces mondes, c’est-à-dire, précisément : d’autres mondialisations. Voilà donc à la fois l’originalité et l’importance de la contribution de ce que l’on désigne approximativement par le vocable d’altermondialisation : la capacité à faire entendre que « la mondialisation » n’est pas plus « un fait » qu’une fatalité, mais qu’elle correspond bien à un projet auquel l’on peut opposer d’autres projets, assortis d’autres objectifs, ainsi que d’autres voies et moyens.


Perspectives

D’une certaine manière, on pourrait dire que le concept d’altermondialisation et sa promotion ont contribué à « revitaliser » le concept d’alternative, et qu’ils ont procuré une figure utile et contemporaine à la vieille quête des « alternatives ». Mais ce succès relatif porte en soi-même sa propre limite, car le déplacement sémantique et philosophique du « anti » vers le « alter » ne désigne pas une véritable émancipation des attitudes, des positions et des thèses concernées. Au contraire d’une véritable autonomisation des mouvements susceptibles de s’en revendiquer, il les maintient dans une proximité des corpus de pensée dominants, il les amène à se définir encore et toujours par rapport à ces précédents, certes à distance, mais sans doute pas assez pour que l’altérité visée se transforme en authentiques « pensée et action autres ». En ce sens, l’altermondialisation manque, tout au moins au stade actuel, d’une dimension intrinsèquement utopique. Si elle a forgé des lieux originaux et d’une force indiscutée — tel que le FSM —, à vouloir rester ancrée sur le terrain balisé des problématiques (économiques, sociales, politiques…) normatives, à vouloir répondre terme à terme aux principes néolibéraux, aux discours inclusifs, aux processus globalisateurs, elle s’enferme au sein du même topos que celui des adversaires désignés, et elle ne parvient pas à se projeter au-delà, comme le requiert toute démarche véridiquement utopique. Ni détachée de « la mondialisation », ni assez distincte de l’antimondialisation, elle s’est assignée sa propre limite a priori en ne se réclamant pas, dès le départ, de l’Utopie — en ne se revendiquant pas comme utopie volontaire et nécessaire hic et nunc.



Bibliographie succincte:


Revues Mouvements et Transversales (coord.), Où va le mouvement altermondialisation?, La Découverte, Paris, 2003;
François Houtart, Forces et faiblesses de l’altermondialisation, Le Monde diplomatique, Paris, 2003;
Bernard Cassen, Tout a commencé à Porto Alegre... Mille forums sociaux, Éditions 1001 Nuits, Paris, 2003;
Carlos Taibo, La alterglobalización, Red de solidaridades rebeldes, Buenos Aires, 2003;
Agustín Morán, Globalización, alterglobalización y crisis, www.lahaine.org , 2005


Rate this content
 
 
 
Average of 282 ratings 
Rating 2.50 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
Same author:
 flecheL’intelligence de la bibliothèque publique
 flecheTriomphe de la post-citoyenneté
 flechePublication de L'Homme post-numérique
 flecheCharlie : comment répondre au défi ?
 flecheDigital Domination
 flecheAcerca de los Megaproyectos en Uruguay
 flecheEurope, Maghreb, Machrek : Que faire ensemble du monde euro-méditerranéen, maintenant et pour les dix prochaines années ?
 flecheWhy the need for a Universal Declaration of Democracy?
 flecheThe meaning of “carnage”?
 flecheLa « culture numérique » : à problématique « nouvelle », approches et solutions différentes ?
 flechePiratage (Modifier l'approche du ---)
 flecheDiversité culturelle et dialogue interculturel : confusion ou exigence ?
 flechePiratage (modifier l’approche du ---)
 flecheRéévaluer « l’économie de la création » à l’âge de la dématérialisation numérique
 flecheAbstract of a keynote speech at the "Dialogos da Terra no Planeta Agua" (November 26-28, Minas Gerais - Brazil)
 flecheCosmopolitical approach to Water
 fleche« Fin d’un monde » ou crise de son modèle ?
 flecheLa culture pour rendre le monde vivable
 flecheTransparence (Révélation de l’opacité, mondialisation de la --- ?)
 flechePour une éducation à la diversité culturelle et au dialogue interculturel
 fleche10 Thesis about the present meaning and orientation of Global research
 flecheTravail et emploi : la confusion permanente
 flecheCultural diversity
 flecheLa Convention sur la diversité culturelle reste à mettre en œuvre!
4 tâches prioritaires pour la société civile

 flecheCultures et mondialisations : les sons de la diversité

 flechePhilosophie des mondialisations et mondialisation de la philosophie

 flecheLaw of Globalization and/or globalization(s) of Law ?
 flechePauvreté et Violence
 flecheDiversité culturelle : un projet cosmopolitique
 flecheFor an offensive concept of cultural diversity
 flecheCultural diversity, globalisation and mondialisations
 flecheLa Puissance du rituel mondial
 flecheWord Social Forum n°5 : A trial of truth
 flecheComercio de la democracia, democracia del Comercio
 flecheOMC : la refondation ou la fin ?
 flecheFor a reassessment of the concept of cultural diversity
 flecheWar, the supreme stage of poverty?


 fleche‘Fight against poverty’: for a new order


 flecheGlobal and mondial
 flecheTowards a philosophical pedagogy of NICTs
 flecheThe critical sharing of globalisation(s) could be achieved by appropriate intercultural education and training
 flecheAway with "anti-globalisation"
 flecheJohannesburg (Le risque de...)
 flecheQue peut être "l'exception culturelle" ?
 flecheLa diversité culturelle : du consensus mou au projet politique
 flechePrivatisation or sharing of cultural identities and diversity?
 flecheMorale et politique
 flecheTemps fragiles
 flecheDématérialisation de l’argent, déresponsabilisation du sujet politique
 flecheDématérialisation de l’argent
 flecheLe GERM : un laboratoire de la diversité culturelle pour comprendre «la globalisation» et les mondialisations
 flecheLa Bonté des maîtres du monde
 flecheProblématique des mondialisations
 flecheLe Monde est-il un village ?
Et peut-il être une Cité ?

 flecheLe cas Napster
 flecheDemocracy
 flecheGlobalisations
 flecheLa controverse de Gênes
 flecheOSCI
 flecheUnemployment
 flecheEconomie de la matrice, cosmopolitique de la diversité
 flecheLe cheval de Troie des Amériques
 flecheThe Napster affair
 flecheDomination
 flecheRien de nouveau sous le Soleil noir de la mondialisation
 flecheDe la mondialisation aux mondialisations : domination ou partage du monde ?
 flecheLe Monde en perspective
 flecheGlobal Village
 flecheFractures (résorber les --- )
 flecheGlobalisation : the law of the strongest ?
 flechePour une ''philosophie des mondialisations''
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: