Ref. :  000038562
Date :  2015-09-16
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Rapport Planète Vivante Océans 2015 : le déclin des océans met en péril la sécurité alimentaire de l’humanité


Il est urgent d’agir ! Publié ce jour, le Rapport Planète Vivante Océans du WWF tire la sonnette d’alarme. Tenant un rôle critique en matière de sécurité alimentaire, les populations de poissons connaissent un tel déclin à l’échelle mondiale que certaines risquent de s’effondrer. Le rapport du WWF estime cependant qu’il est encore temps d’agir contre les menaces pesant sur les océans pour inverser la tendance : des solutions existent et nous les connaissons !

Des stocks de poissons en déclin

Les populations d’animaux marins (mammifères, oiseaux, reptiles et poissons) se sont contractées en moyenne de moitié sur la planète au cours des quatre dernières décennies.
Certaines ont même vu leur effectif fondre de près de 75 % et les espèces les plus prisées comme le thon, le maquereau et la bonite subissent le déclin le plus marqué. Si ces conclusions constituent une mauvaise nouvelle pour toutes les nations, elles le sont plus encore pour les plus exposées, notamment les populations côtières dépendant entièrement des produits de la mer.

« Face à nos constats et à la mesure de l’urgence d’un changement de trajectoire, nous avons avancé la date de publication de notre rapport dressant le portait le plus fidèle possible de la santé de nos océans », explique Marco Lambertini, Directeur général du WWF International. « En l'espace d'une seule génération, les activités humaines ont gravement dégradé les océans en capturant les poissons à un rythme supérieur à celui de leur reproduction et en en détruisant les nourriceries. De profonds changements sont indispensables si l’on veut rétablir l’abondance de la vie océanique pour les générations futures », ajoute Isabelle Autissier, Présidente du WWF France.

« Ce à quoi nous assistons, est une course au poisson qui pourrait bien se terminer par l’épuisement d’une source alimentaire vitale pour les individus et par la disparition d’un moteur économique majeur. L’effondrement des écosystèmes océaniques est en mesure de déclencher une grave crise économique et de compromettre les résultats de la lutte que nous menons pour éradiquer la pauvreté et la malnutrition », prévient Marco Lambertini.

Le rapport révèle un déclin de 49 % des populations marines entre 1970 et 2012. Effectuée sur une base d’observation de 5 829 populations appartenant à 1 234 espèces, l’analyse s’appuie sur une série de données près de deux fois plus riche que celle des analyses passées et dresse ainsi un tableau plus clair, mais aussi plus inquiétant de l’état des océans.

Outre la chute libre des stocks de poissons, le rapport met aussi en évidence le déclin prononcé des récifs coralliens, des mangroves et des herbiers marins qui accueillent nombre d’espèces de poissons et rendent de précieux services aux populations. Les récifs coralliens et prairies sous-marines pourraient ainsi disparaître du globe d’ici 2050 sous l’effet du changement climatique. Sachant que plus de 25 % de toutes les espèces marines en sont les hôtes et que près de 850 millions de personnes bénéficient directement de leurs services économiques, sociaux et culturels, la perte des récifs coralliens représenterait une extinction catastrophique, aux conséquences dramatiques sur les communautés.

Si la surexploitation apparaît comme la première menace pour la biodiversité océanique, l’étude estime que le changement climatique est également à l’origine de mutations océaniques plus rapides qu’à n’importe quelle autre époque depuis des millions d’années. L’élévation des températures et de l’acidité des océans, attribuable au dioxyde de carbone, aggrave les impacts négatifs de la surpêche et des autres grandes menaces, telles la dégradation des habitats et la pollution.

« Bonne nouvelle tout de même : des solutions existent et nous les connaissons. L’océan est une ressource renouvelable capable de répondre aux besoins de toutes les générations futures si les pressions auxquelles il est exposé sont efficacement atténuées », précise Isabelle Autissier. « Si nous respectons des limites, l’océan contribuera pleinement à la sécurité alimentaire, aux moyens d’existence, aux économies et à nos systèmes naturels».

Que pouvons-nous faire ?

Les principales mesures visant à préserver les ressources océaniques consistent à sauvegarder et à reconstituer le capital naturel marin, à consommer plus raisonnablement et à donner la priorité au développement durable.

Pour inverser cette triste tendance, les dirigeants du monde entier doivent se mobiliser et faire en sorte que la santé des océans et la préservation des habitats côtiers tiennent une place de premier plan dans la mise en œuvre des Objectifs de développement durable de l’ONU, officiellement approuvés à la fin du mois (Agenda 2030 pour le développement durable) et dont l’objectif réside dans la lutte contre la pauvreté et le renforcement de la sécurité alimentaire. Il est essentiel que l’application politique et financière de l’agenda remédie à la destruction des habitats, à la surpêche, à la pêche illégale et à la pollution marine.

En début d’année, le rapport du WWF: Aires marines protégées, un bon investissement pour la santé des océans, montrait ainsi tout l’intérêt environnemental mais également économique d’un accroissement des AMP à l’échelle internationale pour protéger les actifs océaniques. L’étude démontrait ainsi que chaque dollar investi dans la création d’aires marines protégées peut tripler les bénéfices qui en sont retirés, notamment en matière d’emploi, de protection côtière et de pêches. L’analyse révélait enfin que la protection accrue des habitats critiques, si elle devenait effective, se traduirait par des bénéfices nets compris entre 490 et 920 milliards d’US$ au cours de la période 2015-2050.

Les décisions prises lors de la conférence mondiale pour le climat se tenant à Paris dans quelques semaines auront un impact décisif sur l’avenir des océans. Or les engagements internationaux existants sont très loin de suffire à éviter des niveaux de réchauffement et d’acidification jugés désastreux pour les systèmes océaniques dont, en fin de compte, nous dépendons tous.

DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER

Rapport Planète Vivante Océans 2015


Rate this content
 
 
 
Average of 6 ratings 
Rating 2.67 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
Same author:
 flecheLiving Planet Report 2018: The Great Acceleration
 flecheThe Living Planet Report 2018 shows that wildlife populations have declined by over half in less than 50 years.
 fleche30% des sites Unesco menacés par le trafic d’espèces sauvages
 flecheEarth Hour 2017
 flecheAnalysis: Import controls in key EU member states inadequate for barring illegal seafood
 flecheLiving Planet Report 2016
 flecheAfter devastating earthquake, Nepal aims to reduce the risk of disaster through green rebuilding
 flecheLe WWF révèle les 25 entreprises françaises impactant le plus les écosystèmes mondiaux
 flecheCroissance bleue : la méditerranée face au défi du bon état écologique
 flecheAlmost a third of all natural World Heritage Sites under threat of oil, gas and mining exploration
 flechePublication of the Living Blue Planet Report
 flecheHigh hopes as world leaders meet to agree global survival plan
 flecheConférence climat de Bonn : de timides avancées vers l’accord de Paris
 flecheAgricultural standards can do more to mitigate risk in commodity production
 flecheOcean wealth valued at US$24 trillion, but sinking fast
 flecheWWF EPO Annual Review 2014
 flecheEarth Hour 2015
 flecheLiving Planet Report 2014
 flecheU.S. gets serious about climate change
 flecheInvestments may make or break climate change
 flecheEndocrine disruptors and biodiversity. biological diversity faced with chemical risks: the need for a paradigm shift
 flecheGovernments, business must unite in joint action to stop forest loss
 flecheThe Energy Report: 100% renewable energy by 2050
 flecheEmerging economies also emerging leaders in effective climate action
 flecheTropics in decline as natural resources exhausted at alarming rate – WWF 2010 Living Planet report
 flecheInternational development finance agendas at risk of clashing
 fleche"Clean Economy, Living Planet - Building Strong Clean Energy Technology Industries"
 flecheGrowing China industry helps clean energy boom
 flecheSpain takes international water treaty past half way mark
 flecheA week where leaders can grasp climate opportunities
 flecheWarming Arctic's global impacts outstrip predictions
 flecheMassive river water transfers lacking scrutiny
 flecheBonn climate meeting: missed opportunity, all eyes on Unga, G20 and Bangkok
 flecheIllegal wood soon excluded from EU markets
 flecheHigh carbon stimulus not G20's way to a sustainable financial future
 flecheWater declaration vague on main issues
 flecheEurope’s new climate gambit - shifting the heat onto developing nations?
 flecheHong-Kong residents have twice footprint of China's
 flecheGreen high-tech champions slow to take up China opportunities
 flecheCoca-Cola sets goals for cutting water use and emissions
 flecheLiving Planet Report 2008
 flecheVast bounty at risk from under protected oceans
 flecheNew species found in Vietnam's Green Corridor
 flecheHuman footprint too big for nature
 flecheLiving Planet Report 2006
 flecheWater crisis hits rich countries
 flecheWWF Report: "Rich countries, poor water"
 flecheArme Menschen in der Wasserkrise
 flecheInternationale Walfang-Konferenz in Italien: Feindliche Übernahme verhindert
 flecheWälder sind vor deutschen Banken nicht sicher
 flecheEU chemicals law needs strengthening
 flecheIKEA and World Bank give new hope to Bulgaria's forests
 flecheWSSD: World Summit of Shameful Deals
 flecheNine countries achieve freshwater milestone and set example for sustainable development at World Summit
 flecheEarth Summit Ship is Sinking: NGOs Warn Kofi Annan
 flecheEnvironment scores two wins and one loss in Doha
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: