Ref. :  000041655
Date :  2018-06-05
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Assassinat de la journaliste Zakia Zaki en 2007 : l’impunité fragilise la justice en Afghanistan


Onze ans après l’assassinat de la journaliste afghane Zakia Zaki, directrice de la station Sada-e-Solh (la voix de la paix) à Jabal al-Sirāj, Reporters san frontières (RSF) demande une nouvelle enquête, approfondie et impartiale, afin d'éclaircir enfin les circonstances de sa mort. Les auteurs de son assassinat n'ont jamais été identifiés publiquement et punis par la justice.
“Onze ans d'impunité pour les responsable de la mort de Zakia Zaki, ce sont onze années d’encouragement pour les violences à l’encontre des femmes journalistes, déclare Reza Moini, responsable du bureau Iran-Afghanistan de RSF. En dépit des mesures encourageantes prises par le gouvernement afghan d’union nationale en faveur de la liberté de l’information, et surtout des comités de coordination pour la sécurité des journalistes et médias, aucune enquête digne de ce nom n’a été menée par les autorités. RSF demande également des explications sur la disparition de ce dossier et les raisons de l’impunité dont jouissent toujours les commanditaires et les assassins de la journaliste.”



Des informations contradictoires et un dossier disparu

Dans la nuit du 5 au 6 juin 2007, des hommes ont pénétré au domicile de Zakia Zaki, directrice de la station Sada-e-Solh (la voix de la paix) à Jabal al-Sirāj, dans la province de Parwan (nord de Kaboul), et l’ont tuée de sept balles, sous les yeux de son fils. La journaliste et son équipe qui ont lancé Sada-e-Solh, avant même que les Talibans ne soient chassés de Kaboul, étaient régulièrement menacés par des chefs de guerre locaux.



Le 7 juin 2007, Abdul Manan Farahi, chef du département antiterroriste du ministère de l'Intérieur, avait affirmé que six suspects avaient été arrêtés, et que deux d'entre eux, liés au groupe extrémiste Hezb-i-Islami de Gulbadin Hekmatyar, seraient les tueurs. Mais un an après, tous ont été relâchés. Selon les informations recueillies récemment par RSF et grâce à la demande du comité de coordination pour la sécurité des journalistes et des médias, le parquet de Parwan a confirmé avoir arrêté deux personnes le 6 juin 2007, sans donner plus de précisions. Aucune information sur le dossier n’a depuis filtré et aucune enquête sérieuse n’a été menée à ce jour par les forces de sécurité.



Dans un rapport sur la liberté de la presse et l’impunité en Afghanistan, publié en mars 2014, RSF avait révélé que les assassins étaient des proches de Gulbuddin Hekmatyar, fondateur et leader du groupe islamiste Hezb-e-Islami (HIA). En réalité, le premier suspect, le chef du commando impliqué dans la mort de la journaliste, a été tué un an après cet assassinat par les forces étrangères. “Il était l'un des assaillants qui a attaqué une base militaire dans la région. Le gouvernement savait très bien qu'il était l'un des dirigeants locaux d'Hezb-e-Islami, mais ne savait pas qu'il était impliqué dans la mort de Zakia Zaki. Nous avons pu le déterminer lorsque nous avons retrouvé son arme sur lui. Il s'agissait de l'arme qui avait été utilisée pour assassiner la journaliste. En ce qui concerne les deux autres assaillants, l’un est en prison pour d'autres crimes et le troisième est apparemment en prison”, a confié un haut responsable de la police.



Depuis cet assassinat, des dizaines de femmes journalistes ont été agressées, menacées ou réduites au silence. Nombre d’entre elles ont été contraintes d’abandonner leur travail en raison des menaces croissantes et du climat d’insécurité qui pèsent sur ces femmes.



Le CPWAJ recense le nombre de femmes dans les médias

Lors d’une conférence de presse, le 10 mars 2018, le Centre pour la protection des journalistes afghanes (CPAWJ), partenaire local de RSF, a publié pour la première fois une étude sur le nombre de journalistes et collaboratrices femmes en Afghanistan.



Cette étude a été réalisée auprès de 325 médias nationaux et locaux (83 chaînes de télévision dont 3 chaînes câblées, 159 radios, 4 agences de presse et 78 médias de presse écrite dont 19 quotidiens) dans 32 provinces du pays, ainsi qu’auprès de quatre organisations de défense de la liberté d'information et des journalistes. Au total, 1741 femmes travaillent dans l’ensemble de ces médias et parmi elles, 764 sont des journalistes professionnelles. Les femmes sont plus nombreuses dans les provinces de Kaboul, Herat et Balkh. En revanche, à Khost ou Wardak aucune femme ne travaille dans les médias.



L’étude confirme par ailleurs que la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays a un impact direct sur la présence des femmes journalistes dans les médias.



L’Afghanistan est 118e sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par Reporters sans frontières.

AFGHANISTAN
ASIE - PACIFIQUE

DÉNONCIATION DES EXACTIONS
PROTECTION DES JOURNALISTES


Countries : 

Rate this content
 
 
 
Same author:
 flecheRSF Index 2018: Hatred of journalism threatens democracies
 fleche2017 World Press Freedom Index
 flecheRSF publishes report on media and journalism in Algeria
 fleche2016 Round-Up: 74 journalists killed worldwide
 fleche2016 Round-Up : Number of journalists detained worldwide continues to rise
 flecheFidel Castro’s heritage:
flagrant media freedom violations

 fleche2016 World Press Freedom Index
 flecheOne year on from Charlie, RSF publishes "Jihad against journalists"
 flecheRSF annual round-up: 110 journalists killed in 2015
 flecheRSF’s 2015 Round-up: 54 journalists held hostage worldwide
 flecheEnvironmental journalism in an increasingly hostile climate
 flecheWorld Press Freedom Index 2015: decline on all fronts
 flecheNew wave of arrests of journalists amid "Enemy infiltration" claims
 flecheBeijing imposes its propaganda beyond its borders
 flecheEncryption and anonymity are essential for freedom of information
 flecheWorld Press Freedom Index 2015: decline on all fronts
 flecheRound-up of abuses against journalists 2014
 flecheRWB publishes 2014 round-up of violence against journalists
 flechePolice Investigations and Prosecutions Used to Harras News Media
 flecheWorld press freedom index 2014
 flecheJournée mondiale contre la cyber-censure : nouvelle liste des "Ennemis d’Internet"
 flecheWikileaks hounded?

 flechePress Freedom Index 2010
 flecheInternet freedom - Hillary Clinton’s historic speech
 flechePress Freedom Index 2009 - Obama effect in US, while Europe continues to recede
 flecheReport “The dangers for journalists who expose environmental issues”
 fleche“Internet monitored and controlled, even in democracies”
 flechePress Freedom round-up 2008
 flecheOnly peace protects freedoms in post-9/11 world
 flecheRisks faced by journalists in Europe
 flecheThe new predators of press freedom
 fleche2008 annual press freedom report
 flecheThe plight of journalists in 98 countries reviewed
 flechePress freedom round-up 2007
 flecheReporters Without Borders issues its 2007 annual press freedom survey
 flecheWorldwide Press Freedom Index 2006

 flecheWorld Press Freedom Day: Our annual survey and new list of predators
 flecheThe 15 enemies of the Internet and other countries to watch

 flecheReporters Without Borders and the OSCE make six recommendations to ensure freedom of expression on the Internet.
 flecheL'année la plus meurtrière depuis dix ans : 53 journalistes tués
 flecheInternational jailed journalists support day
 flecheWorldwide press freedom index
 flecheAlgérie : Trois quotidiens absents des kiosques
 fleche14th World Press Freedom Day
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: