Ref. :  000041646
Date :  2018-06-04
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Orbán tente de faire dérailler les négociations sur la Macédoine

Author :  EurActiv

image
Hristijan Mickovski, qui dirige le principal parti d'opposition, s'oppose à tout compromis avec la Grèce sur le nom du pays. EPA-EFE/GEORGI LICOVSKI [EPA-EFE/GEORGI LICOVSKI]


Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, soutient les efforts du parti macédonien d’opposition, qui refuse la solution proposée au conflit nominal opposant Skopje à Athènes. Orbán a a ainsi salué le refus du parti de céder à « la pression des puissances étrangères ».

Des milliers de personnes ont manifesté en faveur du parti d’opposition VMRO-DPMNE (nationaliste, affilié au PPE) et contre les négociations en cours pour résoudre la dispute qui oppose l’Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM) et la Grèce depuis un quart de siècle. La Grèce refuse en effet de voir son voisin utiliser le nom de « Macédoine », qu’elle juge grec. Cette dispute a jusqu’ici empêché l’entrée de la Macédoine à l’OTAN ou à l’UE.

Dans une vidéo, Viktor Orbán, Premier ministre hongrois, également affilié au PPE, a encouragé les dirigeants du parti, « sages et courageux […] qui ne cèdent pas à la pression des puissances étrangères ».

Les négociations entre Athènes et Skopje sont à un point « avancé », selon les gouvernements, et il ne resterait qu’à régler certains détails techniques. La Grèce souhaite que son voisin adopte un nom composé comportant un qualificatif temporel ou géographique. En échange, elle soutiendra l’intégration de la Macédoine à l’OTAN et à l’UE.

Triste exception

Dimitris Papadimoulis, vice-président du Parlement européen, a assuré à Euractiv que presque tous les dirigeants européens et une grande majorité d’eurodéputés soutenaient les efforts d’Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, et Zoran Zaev, son homologue macédonien, pour résoudre la dispute.

« Un nom pour tous les usages, avec de réels changements, afin de mettre un terme à tout irrédentisme et toute querelle future potentielle », a-t-il ajouté.

Le gouvernement grec a demandé à plusieurs reprises à la Macédoine de supprimer les articles de sa constitution qui ont un lien irrédentiste et de renoncer à toute revendication sur le territoire grec.

C’est là le nœud du problème, selon l’eurodéputé Elmar Brok, proche de la chancelière allemande, Angela Merkel. Pour lui, Skopje doit donner des assurances à la Grèce à ce sujet.

Dimitris Papadimoulis, allié d’Alexis Tsipras, souligne que l’intervention de Viktor Orbán est une « triste exception ». « Une fois encore, Viktor Orbán s’oppose à la promotion de solutions qui serviraient à la fois la Grèce, Skopje et la stabilisation de la région des Balkans, ainsi que la perspective européenne elle-même. »

« Je m’attends à ce que Joseph Daul répète son opinion, parce que l’orbanisation du PPE nuit non seulement à la démocratie et à l’Europe, mais aussi au PPE », a averti l’élu de droite.

Lors d’une interview, Joseph Daul, président du PPE, avait dit espérer « une solution mutuellement acceptable soit trouvée ». « Nous nous félicitons de cette fenêtre d’opportunité qui devrait mener à des résultats concrets », avait-il ajouté.

Une déclaration qui n’était pas passée inaperçue à Athènes, où le parti d’opposition affilié au PPE, Nouvelle Démocratie, continue de s’opposer aux efforts du gouvernement sur le sujet.

Le pouvoir de l’opposition

Le nom sur lequel les deux gouvernements se sont entendus n’a pas encore été rendu public, mais le journal grec Documento.gr a indiqué dimanche dernier qu’il s’agissait de « Severna Makedonija » (Macédoine du Nord). Ce nom serait utilisé erga omnes, dans tous les contextes (OTAN, UE, etc.).

Le gouvernement de Skopje serait en faveur d’une solution « erga omnes », mais le président du pays, Gjorge Ivanov, allié du VMRO-DPMNE, qui dirigeait le gouvernement précédent, et considéré comme pro-russe s’y oppose.

L’ancien Premier ministre, Nikola Gruevski, ne souhaitait pas faire avancer les choses et avait empêché les négociations de se dérouler pendant plusieurs années. Hristijan Mickoski, nouveau leader du VMRO-DPMNE, suit la même logique et a annoncé que son parti s’opposerait à toute modification de la Constitution relative au nom du pays. Il a appelé à des élections anticipées.

Dans une déclaration, le parti de Zoran Zaev, l'Union social-démocratel de Macédoine (SDSM), a accusé Hristijan Mickoski de suivre la voie tracée par Nikola Gruevski.

« La vision d’Hristijan Mickoski représente la division et le passé. Il doit comprendre que la Macédoine n’a qu’une seule vision : un avenir de prospérité, de croissance économique et d’adhésion à l’UE et à l’OTAN », souligne le SDSM.

Lors du récent sommet UE-Balkans occidentaux à Sofia, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a déclaré à Euractiv que la position des partis d’opposition dans les deux pays était « un élément clé ».

« Pas tant pour nous, mais pour les affaires intérieures de notre voisin, car notre position exige un changement constitutionnel [en Macédoine], ce qui nécessite une majorité qualifiée. Donc oui, c’était l’un des points de nos discussions », a-t-il précisé.

En Grèce, le parti d’opposition Nouvelle Démocratie n’a pas fait connaître clairement sa position concernant l’inclusion du terme « Macédoine » dans le nouveau nom. Le parti de droite accuse le gouvernement de « discussions secrètes » et s’est opposé dimanche à tout accord incluant une référence à une « ethnicité et une langue macédoniennes ».

Le gouvernement a rétorqué que l’opposition devait choisir sa position. La ligne de l’ancien Premier ministre, Costas Karamanlis, suggérait une indication géographique avant « Macédoine », alors que le parti rejette à présent complètement le terme.

Les partisans d’une solution sans le terme « Macédoine », qui a peu de chances d’aboutir, organisent des manifestations en Grèce. Le nouveau vice-président de Nouvelle Démocratie, Adonis Georgiadis, a noté que le parti ne participait pas officiellement aux manifestations, mais que ses membres avaient le loisir d’y assister.

« Kyriakos Mitsotakis, le nouveau dirigeant de Nouvelle Démocratie, devrait finalement décider de la ligne de son parti : est-il d’accord avec Joseph Daul et Costas Karamanlis ou avec la fraction Orbán -Georgiadis ? », conclut Dimitris Papadimoulis.


Countries : 
- Greece   

Rate this content
 
 
 
Same author:
 flecheOrganic farming: Europe’s south produces, north consumes
 fleche20 % de l’impôt des entreprises échappe à l’Union européenne
 flecheGerman perks lure Czech workers across the border
 flecheCash and vouchers: the new vogue in humanitarian aid
 flecheSlovak study fuels concerns about lower quality food in Eastern Europe
 flecheLa jeunesse européenne au cœur de la renaissance européenne, une urgence vitale
 flecheThe facts about the CAP 2014-2020
 flecheEU agricultural emissions: On the table
 flecheHow does climate change hit poor countries?
 flecheAre we seeing the end of austerity in Europe?
 flecheSix questions lying ahead for Europe
 fleche700 cities promise renewable energy transition by 2050
 flecheCOP21 could trigger a cleantech arms race
 flecheFood industry focuses on sustainable sourcing to mitigate climate change
 flecheBolivia: 'For a lasting solution to the climate crisis we must destroy capitalism'
 flecheStatistical changes lead to cuts in global poverty
 flecheVolkswagen scandal throws spotlight on transport emissions
 flecheGMOs take root as a controversial answer to hunger in Africa
 flecheCommission launches legal broadside on asylum rules before summit
 flecheGabriel slams Greek demands for WWII reparations
 flecheLe patrimoine linguistique de l’Europe est en danger
 flecheLes promesses non tenues compromettent la confiance des citoyens dans l'UE
 flecheResearchers link air pollution to heart diseases
 flecheIndia outperforms Netherlands and Austria on climate
 flecheFrench language's global gains hide decline in Europe
 flecheObesity researcher says the EU's new sugar quotas will increase diabetes rates
 flecheEU-Africa free trade agreement 'destroys' development policy, says Merkel advisor
 flecheHardening of positions transforms eastern Ukraine into ‘frozen conflict’
 flecheChild poverty on the rise, even in rich EU countries
 flecheFrance, Italy trim 2015 budgets to win EU approval
 flecheEU's 2030 climate and energy goal pits green business against industry
 flecheConchita Wurst sings for equality in the European Parliament
 flecheMillennium Goals leave the most deprived behind
 flecheGMO lobby sees new Juncker Commission as bad news
 flecheStress test en cours pour le système énergétique européen
 flecheUS Ambassador: Beyond growth, TTIP must happen for geostrategic reasons
 flecheEuropean court upholds French ban on full-face veil
 flecheEU to grant Albania 'candidate' status
 flecheBrexit could cost UK its UN Security Council seat, warns leading Tory
 flecheEU plans bid to raise global rag trade working conditions
 flecheBioenergy push needs land ‘three times the size of the UK’
 flecheCommission admission: energy independence has a price
 flecheFew differences between Schulz and Juncker in German TV debate
 flecheMoscow wins Crimea ‘referendum’, West readies sanctions
 flecheNorth and South sign commitment to family farming
 flecheBerlin urged to step in over EU's relations with Ukraine, Russia
 flecheBrussels sets advisory group on EU-US trade deal
 flecheScotland and Catalonia gear up for independence votes
 flecheEU sets out ‘walk now, sprint later’ 2030 clean energy vision
 flecheKosovo’s spectre looms over EU-Serbia talks
 flecheEU criticised for foot dragging on Kosovo
 flecheUK minister to launch ultimatum: Reform or we'll leave the EU
 flecheLe Parlement européen démonte l’action de la troïka
 flecheParliament, Commission set for clash over 2030 clean energy goals
 flecheEU study predicts clean energy, climate failure by 2050
 flecheBig EU guns fire for ‘crucial’ 2030 renewable targets
 flecheExperts show cautious optimism for the eurozone in 2014
 flecheGrybauskaitė: Europe not a gift, it is responsibility
 flecheS&P spoils the show at EU leaders’ summit
 flecheCentral African Republic failures loom large over EU defence summit
 flecheUnions: Men and women more equal, but not on workplace health, safety
 flecheEU conflict minerals law hangs in the balance
 flecheL’accès à l’éducation dans le monde progresse plus que la qualité
 flecheBrussels looks to cut plastic bag use
 flechePolio outbreak in Syria fuels calls for ‘vaccination ceasefire’
 flecheInfographic: How climate change will affect global water scarcity by 2100
 flecheReding warns data protection could derail US trade talks
 flecheEconomy and justice top of Barroso II final year agenda
 flecheLes Verts pragmatiques sur la question climatique
 flecheEU’s 2030 radar tracks buildings efficiency and new 'constraints'
 flecheMinisters set out 2050 vision for a 'green Europe'
 flecheEU to boost competitiveness through bilateral trade agreements
 flecheCrunch time for EU energy policy
 flecheStudy raises new doubts about carbon storage
 flecheBush re-election triggers cautious congratulations in Europe
 flecheLooming crisis over the new Commission
 flecheBusinesses warn global energy demand could triple by 2050
 flecheWhat European Union Strategy for Integrating Migrants?
 flecheInternational consumer groups boycott EU-US summit
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: