Ref. :  000041361
Date :  2017-10-18
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Myanmar. De nouveaux éléments attestent de crimes contre l'humanité systématiques visant à terroriser et chasser les Rohingyas


image


© Andrew Stanbridge / Amnesty International

Plus de 530 000 Rohingyas – hommes, femmes et enfants – ont fui ces dernières semaines le nord de l'État d'Arakan, où les forces de sécurité du Myanmar mènent une campagne ciblée, se livrant à des meurtres, des viols et des incendies généralisés et systématiques, écrit Amnesty International le 18 octobre dans une analyse détaillée de la crise qui secoue le pays.

Ce rapport, intitulé 'My World Is Finished': Rohingya Targeted in Crimes against Humanity in Myanmar, relate que les forces de sécurité du Myanmar mènent une campagne de répression systématique, planifiée et impitoyable contre la population des Rohingyas dans le nord de l'État d'Arakan, depuis qu'un groupe armé rohingya a attaqué une trentaine de postes de sécurité le 25 août.

Des dizaines de témoins des pires violences ont de manière récurrente désigné des unités spécifiques, dont le Commandement de l’ouest de l'armée du Myanmar, la 33e division d'infanterie légère et la police des frontières.

« Dans le cadre de cette campagne orchestrée, les forces de sécurité du Myanmar se livrent à une vengeance brutale contre l'ensemble de la population rohingya du nord de l'État d'Arakan, en vue de lui faire quitter définitivement le pays. Ces atrocités continuent d'alimenter la plus grave crise des réfugiés qu'ait connue la région depuis des décennies, a déclaré Tirana Hassan, directrice du programme Réaction aux crises à Amnesty International.

« Dénoncer ces crimes odieux est la première étape sur le long chemin de la justice. Les responsables présumés doivent rendre des comptes. L'armée du Myanmar ne peut pas se contenter de balayer les graves violations sous le tapis en annonçant pour la forme une énième enquête interne. Le commandant en chef de l'armée du Myanmar, le général Min Aung Hlaing, doit prendre immédiatement des mesures afin d'empêcher ses troupes de commettre des atrocités.

Crimes contre l'humanité

Les récits de témoins, les images et données satellite, et les photos et vidéos recueillis par Amnesty International aboutissent tous à la même conclusion : des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants rohingyas sont victimes d'une attaque généralisée et systématique, constitutive de crimes contre l'humanité.

Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale répertorie 11 types d'actes qui, lorsqu'ils sont commis sciemment dans le cadre d'une attaque généralisée et systématique, constituent des crimes contre l'humanité. Amnesty International a recensé au moins six de ces actes perpétrés dans le cadre de la vague de violence qui submerge le nord de l'État d'Arakan : le meurtre, l'expulsion et le déplacement forcé, la torture, le viol et autres violences sexuelles, la persécution et d'autres actes inhumains tels que la privation de nourriture et de provisions vitales.

Cette conclusion se fonde sur les témoignages de plus de 120 hommes et femmes rohingyas qui se sont réfugiés au Bangladesh ces dernières semaines, ainsi que sur des entretiens menés avec 30 professionnels de santé, travailleurs humanitaires, journalistes et représentants de l’État bangladais.

Les experts d'Amnesty International ont corroboré de nombreux récits de témoins faisant état de crimes commis par les forces de sécurité du Myanmar en analysant des images et des données satellite, et en vérifiant des photos et des vidéos prises dans l'État d'Arakan. Amnesty International a également demandé à se rendre dans l'État d'Arakan pour mener une enquête de terrain sur les violations commises, notamment par les membres de l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), un groupe armé rohingya. Elle souhaite que la Mission d'établissement des faits de l'ONU et des observateurs indépendants puissent se rendre librement dans la région.

image


Une réfugiée rohingya arrivée de nuit par bateau du Myanmar regarde la dernière ligne droite avant d'arriver au Bangladesh, 28 septembre 2017. © Andrew Stanbridge / Amnesty International



Meurtres et massacres

Dans les heures et les jours qui ont suivi les attaques menées par l'ARSA le 25 août, les forces de sécurité birmanes, parfois appuyées par des milices locales, ont encerclé des villages rohingyas dans le nord de l'État d'Arakan. Les soldats et les policiers ont fréquemment ouvert le feu sur des hommes, des femmes et des enfants rohingyas qui fuyaient leur maison, faisant des centaines de morts ou de blessés graves.

Des survivants ont raconté s'être enfuis dans les collines et les champs de riz alentour, où ils se sont cachés jusqu'au départ des troupes. Bien souvent, les personnes âgées et souffrant de handicaps n'ont pas pu fuir et certaines sont mortes brûlées vives dans leurs maisons lorsque les militaires y ont mis le feu.

Ces violences se sont répétées dans des dizaines de villages dans les municipalités de Maungdaw, Rathedaung et Buthidaung. Toutefois, il semble que les forces de sécurité, et plus particulièrement l'armée birmane, se soient surtout déchaînées dans des villages précis, situés dans le secteur où l'ARSA avait mené ses attaques.

Amnesty International a recensé des violences dans cinq de ces villages où plus de 10 personnes ont été tuées : Chein Kar Li, Koe Tan Kauk et Chut Pyin, dans la municipalité de Rathedaung, et Inn Din et Min Gyi, dans la municipalité de Maungdaw. À Chut Pyin et Min Gyi, le bilan était particulièrement lourd, les forces de sécurité ayant tué de nombreux Rohingyas – hommes, femmes et enfants.

Amnesty International a interrogé 17 survivants du massacre de Chut Pyin, dont six ont été blessés par balles. Presque tous avaient perdu au moins un membre de leur famille, parfois bien plus. Ils ont raconté que l'armée birmane, épaulée par la police des frontières et des milices locales, a encerclé Chut Pyin et ouvert le feu sur ceux qui s'enfuyaient, avant d'incendier systématiquement les maisons et les bâtiments appartenant à des Rohingyas.

Fatima, 12 ans, a raconté qu'elle se trouvait chez elle avec ses parents, huit frères et sœurs et sa grand-mère, lorsqu'elle a vu de la fumée monter d'une autre partie du village. Alors que la famille prenait la fuite, des hommes en uniforme leur ont tiré dessus par derrière. Elle a vu son père et sa sœur de 10 ans tomber sous les balles, et elle a elle-même été touchée à l'arrière de la jambe droite, juste au-dessus du genou.

« Je suis tombée par terre, mais un voisin m'a agrippée et m'a portée », se souvient-elle. Après avoir passé une semaine à fuir, elle a finalement été soignée au Bangladesh. Sa mère et son frère aîné ont été tués à Chut Pyin.

image


Image satellite montrant l'étendue des dommages liés aux incendies dans le village de Chut Pyin village le 16 septembre 2017. Image : © 2017 DigitalGlobe, Inc. Source : © 2017 Google



Amnesty International a envoyé des photographies de la blessure de Fatima à un expert médicolégal, qui a conclu qu'elle concordait avec une blessure faite par une balle qui « serait entrée par l'arrière de la cuisse ». Des professionnels de santé au Bangladesh ont relaté avoir soigné de nombreuses blessures qui semblaient résulter de balles tirées par derrière – ce qui corrobore les récits de témoins selon lesquels l'armée a tiré sur les Rohingyas alors qu'ils tentaient de s'enfuir.

À Chein Kar Li et Koe Tan Kauk, deux villages voisins, Amnesty International a constaté la même tactique mise en œuvre par l'armée du Myanmar.

Sona Mia, 77 ans, a déclaré qu'il se trouvait chez lui à Koe Tan Kauk, le 27 août, lorsque des soldats birmans ont encerclé le village et ont ouvert le feu. Sa fille de 20 ans, Rayna Khatun, handicapée, ne pouvait ni marcher ni parler. L'un de ses fils l'a portée sur ses épaules et la famille s'est lentement mise en route vers les collines, à l'orée du village. Comme ils entendaient les coups de feu se rapprocher dangereusement, ils ont décidé de laisser Rayna dans une maison rohingya qui avait été abandonnée.

« Nous pensions qu'on n'y arriverait jamais, a déclaré Sona Mia. Je lui ai dit de s'asseoir là, que nous allions revenir... Une fois sur la colline, nous avons repéré la maison où elle se trouvait. Elle était un peu loin, mais nous pouvions la voir. Les soldats mettaient le feu [aux maisons] et au final nous avons vu la maison, en proie aux flammes. »

Lorsque les militaires ont quitté le village en fin d'après-midi, les fils de Sona Mia sont redescendus et ont trouvé le corps calciné de Rayna Khatun dans la maison réduite en cendres. Ils ont creusé une tombe en bordure de la cour et l'y ont enterrée.



Viols et autres formes de violence sexuelle

Amnesty International a interrogé sept Rohingyas victimes de violences sexuelles imputables aux forces de sécurité du Myanmar. Quatre femmes et une jeune fille de 15 ans avaient été violées, chacune dans un groupe distinct comprenant entre deux et cinq autres femmes et jeunes filles qui avaient elles aussi été violées. Ces viols se sont déroulés dans deux villages sur lesquels Amnesty International a enquêtés : Min Gyi dans la municipalité de Maungdaw et Kyun Pauk dans la municipalité de Buthidaung.

Comme l'ont déjà relaté Human Rights Watch et The Guardian, après être entrés à Min Gyi (appelé localement Tula Toli) dans la matinée du 30 août, les soldats birmans ont pourchassé les villageois rohingyas qui s'enfuyaient vers la rive d’un cours d’eau et ont ensuite séparé les hommes et les adolescents des femmes et des jeunes enfants.

Ils ont ouvert le feu et exécuté de nombreux hommes et adolescents, ainsi que certaines femmes et jeunes enfants. Puis, ils ont emmené les femmes, par groupes, dans les maisons voisines où ils les ont violées, avant d'incendier ces maisons et d'autres quartiers rohingyas du village.

S.K., 30 ans, a déclaré qu'après avoir assisté aux exécutions, elle a été emmenée, avec beaucoup d'autres femmes et jeunes enfants, jusqu'à un fossé, où elles ont dû rester debout, avec de l'eau jusqu'aux genoux :

« Ils ont emmené les femmes par groupes dans différentes maisons... Nous étions cinq [femmes], emmenées par quatre soldats [en uniforme de l'armée]. Ils ont pris notre argent, nos biens et nous ont frappées à coups de bâtons en bois. Mes enfants étaient avec moi. Ils les ont également frappés. Shafi, mon fils de deux ans, a reçu un violent coup de bâton. Un coup, et il est mort... Trois de mes enfants ont été tués. Mohamed Osman (10 ans) [et] Mohamed Saddiq (cinq ans). D'autres femmes [dans la maison] avaient aussi des enfants [avec elles] qui ont été tués.

« Toutes les femmes ont été déshabillées... Ils avaient des bâtons vraiment durs. Ils nous ont asséné des coups sur la tête, pour nous affaiblir. Puis des coups [dans le vagin] avec leurs bâtons. Et nous ont violées. Un soldat différent pour chacune. »

Après avoir violé les femmes et les jeunes filles, les soldats ont incendié les habitations, où de nombreuses victimes ont péri.

Incendies de villages délibérés et organisés

Le 3 octobre, le programme opérationnel pour les applications satellitaires de l'UNITAR (UNOSAT) a signalé avoir identifié 20,7 km2 de bâtiments détruits par le feu dans les municipalités de Maungdaw et Buthidaung depuis le 25 août. Ce chiffre est probablement sous-estimé par rapport à l'ampleur totale des destructions et des feux, car les satellites ont eu du mal à détecter tous les incendies du fait d'une couverture nuageuse dense.

Selon l'analyse faite par Amnesty International des données satellites de détection d'incendies, au moins 156 incendies de grande ampleur ont eu lieu dans le nord de l'État d'Arakan depuis le 25 août – là encore sans doute une sous-évaluation. Ces incendies étaient probablement volontaires, puisqu’au cours des cinq dernières années sur la même période, qui correspond à la mousson, les capteurs satellites n'en avaient décelé aucun.

Les images satellite avant/après illustrent avec force ce que les témoins ont déclaré à Amnesty International : les forces de sécurité birmanes n'ont brûlé que des villages ou des quartiers rohingyas. Les images satellite d'Inn Din et de Min Gyi montrent de larges bandes de bâtiments réduits en cendres, tandis que les quartiers adjacents ont été épargnés. En recoupant les caractéristiques des zones intactes et les informations des habitants rohingyas concernant l'endroit où ils vivaient et la répartition d'autres communautés ethniques dans ces villages, on s'aperçoit que seuls les quartiers rohingyas ont été rasés.

On note un schéma analogue dans au moins une dizaine d'autres villages où des Rohingyas vivaient juste à côté d'autres communautés ethniques.

« Au regard de leurs dénégations, les autorités du Myanmar ont pu penser qu'elles pouvaient commettre des meurtres à grande échelle en toute impunité. La technologie moderne, alliée à des recherches rigoureuses sur les droits humains, en ont décidé autrement, a déclaré Tirana Hassan.

« Il est temps pour la communauté internationale de dépasser le stade de l'indignation et de passer à l'action pour mettre fin à la campagne de répression qui a conduit plus de la moitié de la population des Rohingyas à quitter le Myanmar. En interrompant la coopération militaire, en imposant des embargos sur les armes et des sanctions ciblées contre les responsables d'atteintes aux droits humains, le message sera clair : les crimes contre l'humanité imputables à l'armée dans l'État d'Arakan ne seront pas tolérés.

« La communauté internationale doit veiller à ce que la campagne de nettoyage ethnique n'atteigne pas son objectif illégal et condamnable. Dans ce but, elle doit à la fois encourager et soutenir le Bangladesh pour qu'il fournisse des conditions adéquates et un asile sûr aux réfugiés rohingyas, et veiller à ce que le Myanmar respecte leur droit de rentrer de manière sûre, volontaire et digne dans leur pays, tout en faisant pression pour qu’il éradique la discrimination systématique dont font l'objet les Rohingyas et s'attaque aux autres causes profondes de la crise. »

image


https://carto.com/attribution/

Countries : 
- Burma   

Rate this content
 
 
 
Same author:
 flecheTurkey: Almost 130,000 purged public sector workers still awaiting justice 
 flecheUN: Decisive action needed to ban killer robots - before it’s too late
 flecheL’inefficacité de la peine de mort contre la corruption
 flecheEU: States push to relax rules on exporting surveillance technology to human rights abusers
 flecheHonduras. Les personnes arrêtées durant les manifestations post-électorales ne bénéficient pas des garanties d'une procédure légale
 flecheCameroon: Anglophone regions gripped by deadly violence
 flecheAustralia: Healthcare rollbacks put refugee lives and health at risk
 flecheQuand l'Iran cache ses crimes
 flecheThe abuse of solitary confinement in Egypt’s prisons
 flecheWe run the world - 8 kick-ass women standing up for our rights
 flecheNigeria: Amnesty activists uncover serious negligence by oil giants Shell and Eni
 flecheSyria’s Eastern Ghouta: They Fight for Life. We Fight for Them.
 flecheUSA: Return to bigoted anti-Muslim travel ban would cause immeasurable harm
 flecheLe commerce des armes
 flecheThe Death penalty in 2016: Facts and figures
 flecheAmnesty International Report 2016/17. The state of the world's human rights
 fleche‘Politics of demonization’ breeding division and fear
 flecheSyria: Secret campaign of mass hangings and extermination at Saydnaya Prison
 flecheDangerously disproportionate:
The ever-expanding national security state in Europe

 flecheThe point of no return: The human rights of indigenous peoples in Canada threatened by the site C dam
 flecheRefugees Welcome Survey 2016 - The Results
 flecheDeath sentences and executions in 2015
 flecheLa peine de mort dans le monde
 flecheQatar: Abuse of World Cup workers exposed
 flecheConnection Denied: Restrictions on Mobile Phones and Outside Information in North Korea
 flecheAmnesty International report 2015-2016
 flecheAmnesty International Annual Report 2015/2016 (summary report)
 flecheIran : grandir dans le couloir de la mort
 flecheTaking stock : The arming of Islamic State
 flecheLes enfants qui travaillent pour nos smartphones
 flecheLes femmes réfugiées risquent agressions, exploitation et harcèlement sexuel lors de leur traversée de l’Europe
 flecheMexico: Gross incompetence and inertia fuel disappearances epidemic
 flecheGuantanamo : symbole de l’impunité américaine
 flecheFrance: New law threatens to make emergency measures the new norm
 flecheIrak. Des décennies de commerce irresponsable des armes alimentent les atrocités de l'État islamique
 flecheRefugees endangered and dying due to EU reliance on fences and gatekeepers
 flecheAngola. La répression des droits humains éclipse la commémoration de l’indépendance
 flecheTurkmenistan: Thousands evicted ahead of Asian Martial Arts and Indoor Games
 flecheNiger Delta: Shell’s manifestly false claims about oil pollution exposed, again
 fleche"We had nowhere else to go": Forced displacement and demolitions in northern Syria
 flecheCatastrophic moral failure as rich countries leave millions of refugees to cruel and uncertain fates
 flecheSolving the world's refugee crisis
 flecheCuba at a human rights crossroads as Pope Francis prepares to visit the country
 flecheYemen: Bloody trail of civilian death and destruction paved with evidence of war crimes
 flecheTime for the world to protect and value its young human rights defenders
 flecheIran’s ‘staggering’ execution spree: nearly 700 put to death in just over six months
 flecheGlobal arms control treaty at risk of becoming a damp squib
 fleche3 reasons why the Mediterranean death toll has dropped dramatically
 flecheGreece: Humanitarian crisis mounts as refugee support system pushed to breaking point
 fleche7 ways the world has changed thanks to Edward Snowden
 flecheTwo years after Snowden governments resist calls to end mass surveillance
 fleche'Mandela Rules' on prisoner treatment adopted in landmark revision of UN standards
 flecheLampedusa: L'Isola Bella's shadow of death
 flecheBahrain: Hopes of reform crushed amid chilling crackdown on dissent
 flecheAfghanistan: Their lives on the line: Women human rights defenders under attack in Afghanistan: Executive Summary
 flecheDeath penalty 2014: Alarming rise in death sentences as governments resorted to capital punishment to combat crime and terrorism
 flecheGlobal opposition to USA big brother mass surveillance
 flecheNigeria: Satellite images show horrific scale of Boko Haram attack on Baga
 flecheAmericas: Violence on the rise against those defending human rights
 flecheChina: Activist faces « subversion » charge for supporting Hong Kong protests
 flecheIsraeli forces displayed ‘callous indifference’ in deadly attacks on family homes in Gaza
 flecheFlowers for Anna – Russia’s offensive on media and the truth
 flecheThe death toll in the Mediterranean rises
while Europe looks the other way

 flecheMediterranean migrant boat shipwrecks highlight need for EU action
 flecheMexico: Shocking rise in reports of torture and ill-treatment as authorities turn a blind eye

 flecheAfghanistan: Urgent inquiry needed after new US airstrike increases civilian death toll

 flecheGruesome evidence of ethnic cleansing in northern Iraq as Islamic State moves to wipe out minorities
 flecheChina: Death row inmate freed after six years of trials and appeals

 flecheMali: Children paying a high price in ongoing conflict
 fleche“They use a strategy of fear” Protecting the right to protest in Brazil
 flecheSenegal: Human rights of communities trampled in 'Gold Rush'
 flecheQ&A: The Central African Republic’s human rights crisis
 flecheReport 2013: World increasingly dangerous for refugees and migrants
 flecheArms control and human rights
 flecheGlobal campaign targets rape in conflict zones
 flecheChina: Rise in forced evictions fuelling discontent
 flecheForum urbain mondial : les dirigeants doivent mettre fin aux expulsions forcées
 flecheThe state of the world's human rights
 flecheA compromised future: Children recruited by armed forces and groups in eastern Chad
 flecheDeath sentences and executions 2011
 flecheLes oubliés du Forum mondial de l'eau
 flecheFrance: urgence dans la lutte contre les violences faites aux femmes
 flecheThe state of the world's human rights
 flecheMoyen-Orient et Afrique du Nord : actualité en 2011 et 2012
 flecheMortalité maternelle : une femme meurt chaque minute…
 flecheReport 2011: Amnesty International at 50 says historic change on knife-edge
 flecheDeath penalty in 2010: Executing countries left isolated after decade of progress
 flecheReport 2010: Global justice gap condemns millions to abuse
 flecheDeath penalty report for 2009 : China must end secrecy surrounding sentences and executions
 flecheComment: The call from the Swiss minaret
 flecheWomen, violence and poverty - breaking out of the gender trap
 flecheUN vote on Goldstone report a defining step for accountability
 flecheWorld's biggest arms traders promise global arms treaty
 flecheIsrael rations Palestinians to trickle of water
 flecheThe Unheard Truth: World leaders must change debate on poverty and human rights
 flecheGovernments sign up to defend economic, social and cultural rights
 flecheEconomic crisis reveals deeper human rights problems
 flecheSummit of the Americas fails to address human rights
 flecheCruel, discriminatory, unfair and degrading – the death penalty in 2008
 fleche"Fuelling conflict: Foreign arms supplies to Israel/Gaza"
 flecheUN review must deliver on human rights
 fleche60th Anniversary of Universal Declaration of Human Rights: Time to Deliver
 flechePresident-elect Obama: 100 days to demonstrate commitment to human rights
 flecheHuman rights violations in cities around the world
 flecheArms Trade Treaty could fail without human rights
 flecheThe State of the World's Human Rights 2008
 flecheSixty years of human rights failure – governments must apologize and act now
 flecheSecrecy surrounds death penalty
 flecheSecrecy surrounds death penalty
 flecheUN examines human rights in member countries
 flecheWhat human rights legacy for the Beijing Olympics?
 flecheGovernments must take action to end violence against schoolgirls
 flecheRwanda abolishes death penalty
 flechePeople’s Republic of China: The Olympics countdown – one year left to fulfil human rights promises
 flecheReport 2007: Politics of fear creating a dangerously divided world
 flecheChina: The human cost of an economic ‘miracle’
 flecheChina: the human cost of the economic "miracle"
 flecheSchluss mit Guantánamo!
 flecheEU muss Führung in der internationalen Menschenrechtspolitik übernehmen
 fleche"Bosnie-Herzégovine: Les Roms et le droit à l'éducation"
 flecheIraq: Amnesty International deplores death sentences in Saddam Hussein trial
 flecheRecognition of the Human Rights of the World’s Indigenous Peoples is Long Overdue
 flecheAmnesty International launches global campaign against internet repression
 flecheSoudan : Protéger les civils du Darfour
 flecheInternational Criminal Court: New strength in the fight against impunity
 flecheAmnesty International Report 2006
 flecheDeath Penalty: 20,000 on death row across the world
 flecheGuantánamo Bay - a human rights scandal
 flecheReject Attempts to Legitimize No-Torture Promises
 flecheNigeria: Claiming rights and resources Injustice, oil and violence in Nigeria
 flecheCôte d'Ivoire - Un avenir lourd de menaces
 flecheThe International Day of the World’s Indigenous People: Dispossessed and in Danger - Time to make the rights of indigenous peoples a reality
 flecheUN reform: Comments and recommendations on second Draft Outcome Document for September summit
 flecheMorocco/Western Sahara: Justice must begin with torture inquiries
 flecheMyanmar: Arrests of political activists increase as Aung San Suu Kyi turns 60 under house arrest
 flecheLe coût humain de la «forteresse Europe» : des demandeurs d’asile détenus et expulsés au mépris des règles d'équité
 flecheNepal: A human rights crisis fuelled by irresponsible arms exports
 flecheUzbekistan: Only an independent investigation will reveal the truth of recent violence
 flecheReport 2005: A dangerous new agenda
 flecheUzbekistan: New clampdown fears as independent investigation urged

 flecheAmnesty International and Anti-Slavery International call on European States to Ratify the Council of Europe Convention against Trafficking
 flecheEurope: Migrant workers denied fundamental rights
 flecheUSA: New Amnesty International report on USA’s "war on terror" detentions
 flechePress Freedom Day: Human rights in the Blogosphere
 flecheLes Roms sous les feux des projecteurs européens
 flecheAmnesty International's Views on the Proposals for Reform of the UN's human rights machinery
 flecheCuba: 71 prisoners of conscience continue to be imprisoned for expressing their ideas
 flecheNew report from the Stop Violence Against Women campaign and the Control Arms campaign: Amnesty International, Oxfam and IANSA
 flecheBeijing +10: No rollback on rights
 flecheWorld Social Forum: Building solidarity
 flecheChina: Horrific New Year
 flecheSudan: Those responsible for indiscriminate Port Sudan killings must be brought to justice
 flecheCouncil of Europe: Recommendations for better protection of trafficked persons
 flecheSudan: North-South peace deal leaves future of human rights uncertain
 flecheIran: Women are terrorized
 flecheSudan: Time running out for two million affected in Darfur
 flecheSudan crisis
 flecheWomen's lives and bodies -- unrecognized casualties of war
 flecheCouncil of Europe: One more chance to enhance the protection of human rights of trafficked persons
 flecheArming the perpetrators of grave abuses in Darfur
 flecheSudan: New report shames countries and companies cashing in on slaughter by selling arms
 flecheAlbania: Disability and the right to marry
 flecheCumbre Unión Europea-Rusia: Amnestía Internacional publica testimonios de la cerciente persecución que sufren los defensores de los derechos humanos en Chechenia
 flecheCEDAW: Women's undeniable right for protection
 flecheViolences sexuelles : un urgent besoin de réponses adéquates
 flecheUSA: Call to presidential candidates to commit to ending torture
 flecheUSA: New report on 'war on terror' calls for Bush and Kerry to tackle 'made in America' torture
 flecheAfrica Human Rights Day
 flecheColombia: "Scarred bodies, hidden crimes": Sexual Violence against women in the armed conflict
 flecheColombia: Women's bodies used as a battleground
 flecheLas exportaciones de armas de la UE amenazan la seguridad mundial
 flecheHuman Rights Must Begin at Home: Amnesty International's Recommendations to the Irish EU Presidency
 flecheDeath Penalty: Cases and developments 2003
 flecheAmnesty International, Oxfam, IANSA Control Arms Campaign Media Briefing: key facts and figures
 flecheAfghanistan: No justice and security for women
 flecheIraq: The rights of Iraqi people must not be sidelined on the altar of political agendas
 flecheNigeria: Amina Lawal's death sentence quashed at last
 flecheYemen: United against rights
 flecheWorld Social Forum: All human rights for all, to make another world possible
 flecheForum économique mondial et Forum social mondial
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: