Ref. :  000040537
Date :  2016-11-18
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Triomphe de la post-citoyenneté


Aux optimistes, je dirai que nous sommes en 1933, et que depuis quinze années le pire traçait son chemin sans hésitation ni repentir. Que nous avons déployé à son égard des talents impressionnants de dénégation et d’occultation, avec une virtuosité renouvelée. Que nous avons encouragé la duperie collective, alimenté les clivages sociaux, massacré une à une les conditions du «bien-vivre-ensemble», enfin favorisé l’omertà sous toutes ses formes… Et aux autres, je dirai que nous sommes plutôt en 1938, que nous fonçons avec l’ardeur d’automobilistes décérébrés vers le Platane final!

Les Etats-Unis d’Amérique étaient déjà la plus grande prison au monde, mais nous pouvons compter sur eux pour faire beaucoup mieux… Un remake d’Armageddon qui ramènera House of Cards au statut de dessin animé pour les bébés. Mais qui est comptable de cette «catastrophe» qui tétanise les belles âmes? Certainement pas le seul Roi Donald et ses électeurs! Les responsables et coupables ne sont autres que nous-mêmes, tous les post-citoyens d’Amérique du nord et d’Europe qui avons cédé de longue date dignité et jugement en échange du plat de lentilles de l’indigence et de la complaisance. Certes oui, à ce glissement progressif ont contribué tous les invisibles, déclassés et dégradés de la terre, évincés par la financiarisation néolibérale. Cependant, le désastre reste imputable pour l’essentiel à des décideurs politiques, religieux, économiques, syndicaux, cyniques et déréalisés; à des intellectuels et journalistes «irresponsables»; à des enseignants et formateurs ayant renoncé à leurs missions.

Pour quiconque a conservé une larme d’esprit critique, ce que met en évidence cet événement logique, c’est non seulement l’imbécillité sans limite qui est le carburant de notre aimable «civilisation», mais encore les moyens par lesquels elle déploie son contrôle.

Qu’est-ce à dire? Que nous sommes pris dans la gangue d’une matrice ne laissant plus aucun espace pour la pensée, ni même pour la respiration sous ses formes élémentaires. Cette civilisation, à la fois numérique, postmoderne et post-citoyenne, se dresse contre la culture et contre tout ce que la culture représente en termes de «progrès» et d’aspirations, de pluralisme et de diversité. Alors que la culture élève l’homme par le partage des idées, formes et expressions, «la civilisation» n’a pour objectif que de le cadenasser par l’information et la conformation à ses paradigmes. Afin de s’imposer, elle utilise des codes (monétaire, linguistique, juridique…) qui permettent d’étendre la domestication des esprits et des corps susceptibles d’échapper à son emprise.

Or, cette matrice inhérente à tout projet de «civilisation» s’est vue dotée depuis trois décennies d’outils de codification à la puissance exceptionnelle, portant plus loin encore la domestication: les TIC (technologies de l’information et de la communication). Avec elles, la codification acquiert une efficacité bien plus redoutable que la langue latine ou le Code civil napoléonien. En effet, tout devient possible «en un clic», à la faveur d’un tweet ou d’une rumeur publiée massivement par les réseaux dits «sociaux». Le directeur du FBI peut ainsi sans risque faire couronner son champion, lequel n’hésite pas à rameuter sur le fil numérique les derniers votes lui permettant de franchir la ligne in extremis.

Cependant, cette prophétie qui s’auto-exécute n’est pas le «produit» des TIC. Tout au contraire, ce sont des hommes et des femmes ordinaires qui la mettent en branle et la font triompher. Cela n’advient que parce qu’ils sont entièrement codifiés eux-mêmes, dépouillés de tout attribut de pensée et a fortiori de toute «conscience citoyenne». Le nouveau «code électoral» s’impose à eux comme les autres codes: vestimentaire, alimentaire, musical, social, religieux… Ils votent désormais en conformité avec la règle supérieure naguère énoncée par le vénérable Pierre Dac: «Contre tout ce qui est pour, et pour tout ce qui est contre!», ce qui permet d’introniser aussi bien Beppe Grillo que le Roi Donald. D’un autre côté, ils réagissent sans délai ni sursaut aux stimuli numériques diffusés par voie intraveineuse du type: «Nous manquons de voix sur la Floride: tu es la clé du scrutin!».

L’indignation à chaud qui interprète ce qui triomphe aujourd’hui comme un simple cocktail de populisme, racisme, extrémisme... apparaît ainsi faible et paresseuse. Bien plus loin, je suggère d’entendre que ce qui a eu lieu le 8 novembre 2016 est la manifestation éclatante d’un basculement historique dans la post-citoyenneté.


Countries : 

Rate this content
 
 
 
Same author:
 flecheL’intelligence de la bibliothèque publique
 flechePublication de L'Homme post-numérique
 flecheCharlie : comment répondre au défi ?
 flecheDigital Domination
 flecheAcerca de los Megaproyectos en Uruguay
 flecheEurope, Maghreb, Machrek : Que faire ensemble du monde euro-méditerranéen, maintenant et pour les dix prochaines années ?
 flecheWhy the need for a Universal Declaration of Democracy?
 flecheThe meaning of “carnage”?
 flecheLa « culture numérique » : à problématique « nouvelle », approches et solutions différentes ?
 flechePiratage (Modifier l'approche du ---)
 flecheDiversité culturelle et dialogue interculturel : confusion ou exigence ?
 flechePiratage (modifier l’approche du ---)
 flecheRéévaluer « l’économie de la création » à l’âge de la dématérialisation numérique
 flecheAbstract of a keynote speech at the "Dialogos da Terra no Planeta Agua" (November 26-28, Minas Gerais - Brazil)
 flecheCosmopolitical approach to Water
 fleche« Fin d’un monde » ou crise de son modèle ?
 flecheLa culture pour rendre le monde vivable
 flecheTransparence (Révélation de l’opacité, mondialisation de la --- ?)
 flechePour une éducation à la diversité culturelle et au dialogue interculturel
 fleche10 Thesis about the present meaning and orientation of Global research
 flecheTravail et emploi : la confusion permanente
 flecheCultural diversity
 flecheLa Convention sur la diversité culturelle reste à mettre en œuvre!
4 tâches prioritaires pour la société civile

 flecheCultures et mondialisations : les sons de la diversité

 flechePhilosophie des mondialisations et mondialisation de la philosophie

 flecheLaw of Globalization and/or globalization(s) of Law ?
 flecheAltermondialisation
 flechePauvreté et Violence
 flecheDiversité culturelle : un projet cosmopolitique
 flecheFor an offensive concept of cultural diversity
 flecheCultural diversity, globalisation and mondialisations
 flecheLa Puissance du rituel mondial
 flecheWord Social Forum n°5 : A trial of truth
 flecheComercio de la democracia, democracia del Comercio
 flecheOMC : la refondation ou la fin ?
 flecheFor a reassessment of the concept of cultural diversity
 flecheWar, the supreme stage of poverty?


 fleche‘Fight against poverty’: for a new order


 flecheGlobal and mondial
 flecheTowards a philosophical pedagogy of NICTs
 flecheThe critical sharing of globalisation(s) could be achieved by appropriate intercultural education and training
 flecheAway with "anti-globalisation"
 flecheJohannesburg (Le risque de...)
 flecheQue peut être "l'exception culturelle" ?
 flecheLa diversité culturelle : du consensus mou au projet politique
 flechePrivatisation or sharing of cultural identities and diversity?
 flecheMorale et politique
 flecheTemps fragiles
 flecheDématérialisation de l’argent, déresponsabilisation du sujet politique
 flecheDématérialisation de l’argent
 flecheLe GERM : un laboratoire de la diversité culturelle pour comprendre «la globalisation» et les mondialisations
 flecheLa Bonté des maîtres du monde
 flecheProblématique des mondialisations
 flecheLe Monde est-il un village ?
Et peut-il être une Cité ?

 flecheLe cas Napster
 flecheDemocracy
 flecheGlobalisations
 flecheLa controverse de Gênes
 flecheOSCI
 flecheUnemployment
 flecheEconomie de la matrice, cosmopolitique de la diversité
 flecheLe cheval de Troie des Amériques
 flecheThe Napster affair
 flecheDomination
 flecheRien de nouveau sous le Soleil noir de la mondialisation
 flecheDe la mondialisation aux mondialisations : domination ou partage du monde ?
 flecheLe Monde en perspective
 flecheGlobal Village
 flecheFractures (résorber les --- )
 flecheGlobalisation : the law of the strongest ?
 flechePour une ''philosophie des mondialisations''
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger