Ref. :  000039698
Date :  2016-04-20
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Les superpuissances migratoires

Bien que beaucoup de choses aient été écrites sur la façon dont un monde qui se déplace est en train de changer la manière de penser les politiques nationales, ses effets géopolitiques n’ont pas reçu autant de considération. Or, les mouvements de masse de populations ont d’ores et déjà crée trois types de superpuissances migratoires : les nouveaux colonialistes, les intégrateurs et les intermédiaires.


Nous sommes entrés dans l'ère de la migration. Si toutes les personnes qui vivent en dehors du pays de leur naissance s’unissaient pour former un pays à eux – une république des déracinés – il s’agirait du cinquième plus grand pays du monde, avec une population dépassant les 240 millions de personnes.

Bien que beaucoup de choses aient été écrites sur la façon dont un monde qui se déplace est en train de changer la manière de penser les politiques nationales, ses effets géopolitiques n’ont pas reçu autant de considération. Or, les mouvements de masse de populations ont d’ores et déjà crée trois types de superpuissances migratoires : les nouveaux colonialistes, les intégrateurs et les intermédiaires.

Les nouveaux colons rappellent les colons venus d'Europe qui se propagèrent à travers le monde au cours des XVIIIe et XIXe siècles, faisant du profit non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour leur pays d'origine. De même, les populations les plus mobiles du XXIe siècle aident leur pays d'origine à obtenir un accès aux marchés, à la technologie et à une voix politique dans le monde.

Le journaliste américain Howard W. French décrit comment l’Afrique est devenue le « deuxième continent de la Chine », avec plus d'un million de nouveaux colons chinois qui sont en train de transformer l’Afrique sub-saharienne. Alors qu’il y a plus de citoyens chinois vivant en dehors de la Chine continentale qu’il n’y a de Français vivant en France, une histoire similaire se joue sur presque tous les continents. Lorsque ces migrants retournen en Chine, leurs connaissances sont savamment récoltées. Appelés en Chine « tortues de mer », ils dominent l'industrie technologique de leur pays.

L’Inde, aussi, a une grande diaspora d'environ 20 millions de citoyens qui ont un énorme succès et sont hyper-connectés. Des entrepreneurs nés en Inde sont responsables de la création d'une entreprise sur dix dans la Silicon Valley. Le directeur général de Microsoft est d'origine indienne, tout comme l'inventeur du processeur Intel Pentium, l'ancien directeur de la technologie chez Motorola et le PDG de Google.

En quoi cela profite à l’Inde? Tout d’abord, l’Inde reçoit plus de 70 milliards de dollars de transferts privés chaque année, ce qui est la plus grande somme au monde, représentant près de 4% de son PIB, soit plus que ce que le pays dépense pour l'éducation. Et, bien qu'il soit difficile d’établir un lien de causalité, l'afflux d'Indiens en Amérique a coïncidé avec un changement dans les orientations géopolitiques des deux pays, comme en témoigne l’accord nucléaire historique de 2008 par lequel les Etats-Unis ont abandonné leur politique d’équidistance entre l'Inde et le Pakistan.

Avec autant de personnes en mouvement, il est même possible de devenir une superpuissance coloniale sans même être reconnu comme état. Les quelque 35 millions de Kurdes – qui se considèrent comme une nation sans pays – sont en train de devenir l’une des populations de migrants les plus politiquement actives en Europe. Ce n’est probablement pas un hasard si les gouvernements de la Suède et de l'Allemagne, qui ont de grandes populations d'origine kurde, fournissent une aide militaire aux peshmergas kurdes dans leur lutte contre l'État islamique (ISIS).

Le deuxième type de superpuissance concerne les intégrateurs. Les bibliothèques pourraient être remplies de livres sur la façon dont les États-Unis ont bénéficié de sa capacité à transformer les gens du monde entier en citoyens américains. De même, l'Angola et le Brésil ont inversé la fuite des cerveaux et bénéficient d'importants flux d’immigrations en provenance de leur ancienne puissance coloniale, le Portugal. Mais les deux expériences les plus visibles en matière d'intégration sont aujourd'hui Israël et ISIS.

L’immigration en provenance de la diaspora est essentielle pour Israël, qui se reflète dans le mot hébreu qui la désigne : aliyah, qui dérive du verbe « monter ». En effet, le gouvernement fournit des « consultants en aliya », ainsi que des vols en aller-simple, des cours de langue et un soutien pratique gratuits. En conséquence, la population d'Israël a été multipliée par neuf depuis la fondation du pays en 1948.

Dans Nation Start-up: L'histoire du miracle économique d'Israël, co-écrit avec Saul Singer, l’écrivain américain et conseiller politique Dan Senor pose une question fondamentale. « Comment se fait-il », demande-t-il, « qu’Israël – un pays de 7,1 millions de personnes, vieux de seulement soixante ans, entouré d'ennemis, dans un état de guerre permanent depuis sa fondation, sans ressources naturelles – produit plus de start-ups que de grandes nations pacifiques et stables comme le Japon, la Chine, l'Inde, la Corée, le Canada et le Royaume-Uni ? » La réponse est, bien sûr, l'immigration.

Les dirigeants de l’ISIS ne seraient pas satisfaits de la comparaison, mais l'émergence rapide de leur groupe sur la carte a tiré quelques leçons d'Israël. L'État soi-disant islamique n’est certes officiellement reconnu par personne, il est bel et bien en cours de construction sur la base de l'immigration. Selon le Groupe Soufan, environ 30.000 personnes de 86 pays se sont rendus sur le territoire détenu par l’ISIS en Syrie et en Irak.

Le troisième type de superpuissances liées à l’immigration est composé des intermédiaires, qui utilisent leur géographie pour obtenir des concessions de leurs voisins migration-phobiques. L'exemple le plus notable est la Turquie ; autrefois obligée de mendier pour être considéré pour une adhésion à l'Union européenne, elle dicte désormais les termes de ses relations avec Bruxelles. La fuite de la transcription d'un sommet récent avec les dirigeants européens a révélé comment le président Recep Tayyip Erdoğan a menacé d’organiser des transferts massifs de réfugiés vers la Grèce et la Bulgarie si ses exigences n’étaient pas remplies.

Le Niger est un autre intermédiaire. En tant que centre de transit important à travers lequel 90% des migrants ouest-africains passent sur leur route vers l'Italie, le Niger a réussi à obtenir 600 millions d’euros (680 millions de dollars) dans le dernier budget de l'aide européenne. Ce faisant, il a suivi l'exemple de Mouammar el-Kadhafi en Libye, qui a émis l’avertissement célèbre que l’Europe « virerait au noir » si elle ne le payait pas pour retenir les migrants qui tentent de traverser la Méditerranée.

Si les pouvoirs établis qui ont bénéficié en premier de la mondialisation des échanges sont connus comme le G-7, les pays, régions et organismes qui bénéficient de la migration – la Chine, l'Inde, le Kurdistan, Israël, ISIS, la Turquie et le Niger – pourraient être appelés M-7. Avec l’émergence du contrôle des flux de population en tant que puissante monnaie d’échange, les Etats qui suivent l'exemple du M-7 auront l'occasion de renforcer leur poids géopolitique.

Pour l'Occident, le plus grand défi sera de concilier la pression intérieure en faveur de la fermeture des frontières avec les avantages géopolitiques à accueillir la migration. Pour l'instant, au moins, il semble que le G-7 – pour lequel un afflux facilement assimilable de réfugiés a en quelque sorte déclenché une « crise » – va continuer à aider la hausse du M-7.

Traduit de l’anglais par Timothée Demont


Countries : 
- China   
- India   
- Canada   
- Greece   
- Turkey   

Rate this content
 
 
 
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: