Ref. :  000038626
Date :  2015-10-07
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Stabilité financière dans le monde : vulnérabilité, séquelles

Author :  FMI / IMF


Aujourd’hui, la stabilité financière dans le monde n’est pas encore assurée et les aléas négatifs prédominent. Nous recommandons une mise à niveau urgente des politiques afin d’éviter ces risques et de concrétiser notre scénario optimiste de «normalisation réussie» des conditions monétaires et financières. Cela garantira la stabilité financière et consolidera la reprise économique.

Laissez-moi vous parler d’abord de notre évaluation globale de la stabilité financière. Comment a-t-elle évolué depuis l’édition d’avril de notre Rapport sur la stabilité financière dans le monde? Les nouvelles sont bonnes. La stabilité financière s’est améliorée dans les pays avancés, dans la mesure où la reprise économique s’est généralisée et affermie. La Réserve fédérale a indiqué qu’elle s’apprêtait à relever les taux d’intérêt aux États-Unis car les conditions économiques préalables à cette hausse sont pratiquement réunies. Dans la zone euro, les politiques de la Banque centrale européenne ont porté leurs fruits et la situation du crédit s’améliore.

Cependant, comme indiqué dans cette édition et dans notre rapport d’avril 2015, les risques basculent vers les pays émergents. Si bon nombre de ces pays ont renforcé leur dispositif d’action et leur résilience face aux chocs exogènes, plusieurs d’entre eux se heurtent à d’importants déséquilibres intérieurs. La croissance s’essouffle pour la cinquième année consécutive, sachant que le super-cycle des matières premières et l’essor du crédit sans précédent se sont achevés. Cela revêt une importance particulière, compte tenu du poids des pays émergents dans l’économie mondiale ainsi que du rôle joué par les marchés mondiaux dans la propagation des chocs aux autres pays émergents et des retombées sur les pays avancés, comme en témoignent les remous sur les marchés financiers cet été.

Trois grands enjeux

Premièrement, les facteurs de vulnérabilité des pays émergents. Les entreprises et les banques ont perdu leur marge de manœuvre bilancielle : nous estimons que l’excès d’emprunts sur les marchés émergents peut se chiffrer jusqu’à trois mille milliards de dollars. Compte tenu de l’endettement accru du secteur privé et de la plus forte exposition aux conditions financières mondiales, les sociétés sont plus vulnérables aux baisses de conjoncture, et les pays émergents aux sorties de capitaux et à la dégradation de la solvabilité. La Chine notamment aura pour redoutable tâche de concilier la transition vers une croissance plus axée sur la consommation sans trop ralentir l’activité et de diminuer son endettement élevé via une réduction ordonnée de l’effet de levier, tout en évoluant vers un système davantage fondé sur le marché.

Deuxièmement, il faut s’attaquer aux séquelles de la crise dans les pays avancés afin de consolider la stabilité financière et de réduire les obstacles à la croissance. Dans la zone euro, la correction des facteurs de vulnérabilité souveraine et bancaire ainsi que la correction des lacunes dans l’architecture financière demeurent indispensables. Aux États-Unis, le lancement du processus tant annoncé, mais sans précédent, de relèvement des taux directeurs pour la première fois en neuf ans constituera une transition importante pour les marchés mondiaux.

Le troisième enjeu tient à la manière dont les marchés financiers mondiaux réagissent lorsqu’ils sont en proie à des tensions. Nous avons découvert que les marchés peuvent amplifier les chocs et représenter une source d’instabilité et de contagion lorsque leur liquidité est faible. Ce rapport montre d’ailleurs que la liquidité des marchés est devenue moins solide.

Cela est d’autant plus important que les politiques monétaires extrêmement accommodantes ont contribué à une compression des primes de risque sur un large éventail de marchés d’actifs. En réalité, cette compression pourrait s’inverser d’une manière désordonnée, enclenchant ainsi un cercle vicieux de ventes de liquidation, de remboursements et de volatilité accrue.

L’effet de levier dans les fonds d’investissement est aussi susceptible d’amplifier les chocs. Notre analyse a montré que les fonds obligataires intégraient un endettement de 1.500 milliards de dollars via des dérivés.

Une mise à niveau rapide des politiques s’impose. Notre objectif est une normalisation réussie des conditions financières et des politiques monétaires ainsi qu’une reprise économique durable. Toutefois, des revers et/ou des chocs négatifs pourraient provoquer des remous persistants sur les marchés mondiaux qui, à terme, feraient caler la reprise économique et se traduiraient par ce que j’appelle un «échec de normalisation». La différence entre ces deux scénarios est assez nette puisqu’elle correspond à pratiquement 3 % de la production mondiale d’ici à 2017.

Quelles sont les mesures d’urgence qui doivent être prises ?

Dans les principaux pays avancés, les politiques monétaires doivent rester accommodantes et réactives. La zone euro comme le Japon devront continuer à résister aux pressions à la baisse sur les prix. Sur fond de montée de l’incertitude dans l’économie mondiale, les États-Unis devraient attendre de nouveaux signes de hausse régulière des prix et de vigueur persistante du marché du travail avant de relever les taux directeurs. Les relèvements ultérieurs de ces taux devraient être progressifs et faire l’objet d’une communication claire.

Dans la zone euro, les dirigeants ne peuvent s’appuyer uniquement sur la Banque centrale européenne mais doivent s’efforcer de finaliser l’union bancaire pour mieux asseoir la stabilité financière. Il leur faut aussi progresser sur le front de l’union des marchés de capitaux. Un nouveau renforcement des banques de la zone euro, en remédiant globalement aux prêts improductifs et au surendettement privé, accentuera l’efficacité de la politique monétaire, dopera la confiance des marchés et améliorera les perspectives. La résolution du problème des créances bancaires improductives dans la zone euro pourrait libérer environ 3 % de prêts dans la nouvelle capacité de prêt, ce qui représente quelque 600 milliards d’euros.

Le rééquilibrage et le désendettement en Chine demanderont une grande prudence. Les autorités chinoises font face à des problèmes sans précédent pour opérer la transition vers un nouveau modèle de croissance et un système financier davantage fondé sur le marché. Le désendettement du secteur des entreprises et l’amélioration de la discipline de marché entraîneront forcément des défaillances d’entreprises, la sortie du marché de sociétés non viables ainsi que le passage par pertes et profits de créances improductives, ce qui nécessitera de renforcer encore les banques. Cependant, agir avec résolution se révèlera au final moins coûteux que de tenter de s’affranchir du problème.

Il sera capital de développer la résilience et de préserver la confiance dans les pays émergents. Ces pays ont besoin d’anticiper le cycle de crédit. Face au ralentissement de la croissance et à l’endettement grandissant des entreprises, une attention doublée de prudence s’impose immédiatement pour garantir la résilience des sociétés et des banques. En outre, il est essentiel de prendre des mesures adéquates pour que les emprunteurs souverains se maintiennent dans la catégorie investissement. Pour lutter contre les éventuels phénomènes de contagion financière, il faudra utiliser avec habilité et pertinence les marges de manœuvre disponibles.

La protection contre l’illiquidité des marchés et le renforcement des structures des marchés financiers constituent des priorités. La surveillance de la liquidité dans le secteur de la gestion d’actifs devrait être améliorée pour éviter le risque de ventes de liquidation et une course aux remboursements.

Une démarche collective visant à mettre à niveau les politiques s’impose de toute urgence pour faire face aux difficultés croissantes dans un contexte d’incertitude mondiale, afin de garantir la stabilité financière et de meilleures perspectives de croissance. 3 % de la production mondiale sont en jeu.


Rate this content
 
 
 
Average of 14 ratings 
Rating 2.36 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
Same author:
 flecheIMF Sees Subdued Global Growth, Warns Economic Stagnation Could Fuel Protectionist Calls
 flecheWorld Economic Outlook October 2016
 flecheMiddle East Outlook Sees Modest Improvement, But Risks Remain
 flecheLower Potential Growth: A New Reality
 flecheFinancial Services Access Vital to Central Africa Growth
 flecheIMF Agenda Focuses on Achieving More Dynamic, Job-Rich Global Economy
 flecheJobs, Growth, Fairness Top List of Priorities for Arab Countries
 flecheWorld Economic Outlook Reports
 flecheGlobal Economy Turning Corner of Great Recession, But Obstacles Ahead
 flecheThe Trillion Dollar Question: Who Owns Emerging Market Government Debt
 flecheDespite new risks, global recovery seen gaining strength
 flecheG-20 ministers agree ‘historic’ reforms in IMF governance
 flecheIMF enhances crisis prevention toolkit
 flecheAfrica’s economic transformation—the road ahead
 flecheLe secteur privé gagne du terrain en Afrique
 flecheThe IMF response to the global crisis: meeting the needs of low-income countries
 flecheWorld Economic Outlook (April 2009) - press point for chapter 3 "From recession to recovery: how soon and how strong?"
 flecheIMF calls for urgent action as third wave of global crisis hits poorest countries
 flecheGlobal Financial Stability - Report Market Update
 flecheWorld Economic Outlook - October 2008 (Full report)
 flecheThe Rise of Africa's "Frontier" Markets
 flecheLe FMI précise comment il surveillera les politiques économiques
 flecheGlobal financial stability report
 flecheIMF Shifts Focus to Key Global Economic and Financial Concerns
 flecheIMF Board of Governors adopts Quota and Voice reforms by large margin
 flecheInternational Working Group of Sovereign Wealth Funds is established to facilitate work on voluntary principles
 flecheGlobal Financial Stability Report (Executive summary)
 flecheGlobal governance: new players, new rules
 flecheIMF Managing Director highlights progress on IMF reform agenda and warns IMF Board of Governors of slower global growth
 flecheStrauss-Kahn to press ahead on IMF reform
 flecheThe rise of sovereign wealth funds
 flecheUrban poverty
 flecheThe urban revolution
 flecheGlobal Growth Seen at 5.2 pct in 2007
 flecheWorld Economic Outlook - 2007
 flecheRenewing the IMF's Commitment to Low-Income Countries
 flecheGlobalization and Inflation - World Economic Outlook
 flecheIMF to Extend 100 Percent Debt Relief for 19 Countries Under the Multilateral Debt Relief Initiative
 flecheNew Report Calls For Urgent Action To Cut Global Poverty and Win Better Development Results For Poor Countries
 flecheRato y Figaredo, Rodrigo de
 flecheExpanding trade and unleashing growth: The prospects for lasting poverty reduction
 flecheCan the East Asian Miracle Persist?
 flecheEmerging Asia: Outlook, Challenges, and India's Growing Role
 flecheWorld Economic Outlook
 flecheCommuniqué of the Ministers and Governors of the Group of Ten
 fleche"Why Globalization Works" Economic forums and international seminars
 flecheWorking paper : External Debt Sustainability in HIPC Completion Point Countries
 flecheChina's rapid economic growth and integration into the global economy
 flecheInternational Monetary Fund
 flecheIMF Members' Quotas and Voting Power, and IMF Board of Governors
 flecheIMF Executive Board Discusses Euro Area Policies
 flecheToward a Stronger Europe in the Global Economy
 flecheThe IMF Stands Ready to Help Iraq
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: