Ref. :  000037309
Date :  2014-07-30
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Bangladesh : mauvaise année pour la vente de mangues, contaminées par la formaline

Author :  GlobalVoices


image
La police de la ville de Dacca menant une descente contre la formaline à Hatirpul Bazar. Image de Reaz Sumon. Copyright Demotix (3/6/2014)

La saison de la mousson est une période délicieuse au Bangladesh, avec des marchés où abondent les fruits saisonniers. Les litchis rouges, les pommes de jacque vertes et les melons jaunes font un étal coloré, empilé dans des grands paniers ou sur des stands.

La mangue est particulièrement recherchée avec sa chair sucrée. Mais cette année, la mangue est plus difficile à trouver en raison des descentes de police contrôlant le mauvais usage de la formaline, une solution concentrée de formaldéhyde [fr], utilisée pour préserver les fruits (habituellement utilisée pour conserver les corps de personnes décédées). Le mois dernier, la police a mis en place des unités mobiles de détection de la formaline, saisissant et détruisant des chargements entiers de fruits importés et produits localement.

Les fruits contiennent naturellement 0.03 à 0.15 partie par million (ppm) de formaline mais lors des descentes de police contre la formaline qui ciblent de prime abord les fruits saisonniers, les fruits vendus dans les marchés à Dacca, la capitale du pays, le taux de formaline oscille entre 3.5 ppm à 46 ppm. La police a alors installé des points de contrôle aux entrées de la ville pour mettre la main sur les fruits contaminés.

La formaldéhyde est très toxique. L'ingestion de seulement 30 mL d'une solution contenant 37% de formaldéhyde peut tuer un homme. Durant ces dernières années, la formaline a été utilisée sans réglementation au Bangladesh sur les légumes, les fruits, la viande et d'autres produits périssables, pour la conservation des aliments. Le 30 juin 2014, le Conseil des Ministres a approuvé un projet de loi pouvant conduire l'abus de formaline ou son commerce illégal à une peine d'emprisonnement maximale et à une amende importante.

Le journaliste et blogueur Anis Raihan [bengali, bn] décrit sur son blog Istishon comment sont traitées les mangues à la formaline :

"Dès que les mangues tombent des arbres, elles reçoivent déjà une grande quantité de formaline. Ces mangues sont ensuite emballées et arrivent en ville. Le premier traitement de ces mangues à la formaline évite donc leur pourrissement lors de leur transport jusqu'à la ville. Par la suite, les grossistes ouvrent l'emballage des mangues. S'ils voient que les mangues sont molles, alors ils leur font subir un second traitement de vaporisation à la formaline, pour qu'elles se conservent jusqu'à l'arrivée aux points de vente. Les commerçants commencent donc à vendre des mangues dans cet état lorsqu'elles arrivent à leurs boutiques. Si les mangues sont molles, les vendeurs peuvent aussi de nouveau vaporiser de la formaline sur les mangues, pour les conserver quelques jours de plus."

Les vendeurs de fruits sont mécontents de leurs pertes de marchandises. Dans le port de Chittagong, l'association des commerçants de fruits ont conduit une grève de plusieurs heures, soutenant que la police les harcelaient en contrôlant les fruits avec des dispositifs inappropriés.

La présence d'aliments contaminés est un réel problème au Bangladesh. En 2012, la mort de 14 enfants à Dinajpur après avoir consommé des litchis contaminés par des pesticides avait causé la colère dans tout le pays.

Une étude récente menée par le gouvernement du Bangladesh et l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a montré qu'au Bangladesh, plus de 40% des aliments contiennent des pesticides interdits. Les échantillons d'aliments contenaient une teneur 3 à 20 fois plus élevée de substances toxiques que les limites établies par l'Union Européenne. Dans le même rapport, 50% des légumes et 35% des fruits sont déclarés dangereux pour la santé. Les échantillons de mangues et de crevettes crues contenaient les plus hauts taux de formaline.

image


La police détruisant des fruits contaminés par la formaline. Image de Reaz Sumon. Copyright Demotix (3/6/2014)


Un groupe d'activistes avait organisé un mouvement nommé “Arrêtez de nous empoisonner” [bn] (“Stop poisoning us”) en mai dernier en demandant au gouvernement de prendre les mesures appropriées de manière urgente. Le médecin Dr. Shafiq a reconnu sur Facebook [bn] qu'il devrait exister des lois plus sévères pour l'utilisation de la formaline.

Le blogueur Kobid [bn] a partagé des statistiques choquantes relatives à la nourriture contaminée au Bangladesh :

"Chaque année, près de 5.7 millions de personnes ont des problèmes de santé en raison d'aliments contaminés. D'après le Bureau Bangladais de la Statistique (BBS), près de 40% des décès en 2010 font suite à des maladies causées directement ou indirectement par des aliments contaminés."

Shahadat [bn], un blogueur, ne mâche pas ses mots pour décrire les personnes qui vendent de la nourriture contaminée par des produits chimiques toxiques :

"Pas seulement pour le genre humain, mais pour n'importe quel être vivant, il n'est pas humain de donner de la nourriture contaminée. Ceux qui rajoutent même qu'une petite quantité de substances toxiques ne peuvent pas être considérés comme humains! Mais comme des animaux qui se disent humains!"

La réalité est un peu plus compliquée. En tant qu'écrivain et chroniqueur, Tahmina Anam a rappelé dans le New York Times que ces ces fruits, avant d'être vendus dans les régions urbaines, sont d'abord produits par de pauvres agriculteurs ruraux. Le transport est cher pour les petits producteurs et risqué dans leurs camions non climatisés, retardé par les embouteillages, les grèves ou l'état de la route. La formaline leur garantit de ne pas perdre leur production. Mais cela a un coût pour la santé publique.

Une réglementation plus stricte pour l'utilisation des substances chimiques pourrait résoudre ces problèmes de contamination alimentaire, mais elle ne résoudra pas les difficultés liées au transport – et la volonté des producteurs de trouver une solution pour les contourner, qu'elle soit chimique ou non.

Countries : 
- Mali   

Rate this content
 
 
 
Same author:
 flecheWho are China's political prisoners? A human rights assessment, 29 years after Tiananmen
 flecheThe death of Afonso Dhlakama: Mozambique's legendary politician and ex-guerilla leaves a legacy
 flecheEight decades later, prejudice between Jordanians and Palestinians persist
 flecheHow English-Language Pronouns Are Taught Around the World
 flecheLe Sénat mexicain adopte un nouvel outil de censure sur Internet, au mépris de la procédure parlementaire
 flecheSouth Sudan’s ‘Divide and Conquer’ Political Approach Heightens Tribal Tensions
 flecheExpand Your Movie-Watching Horizons With These 16 Films From Around the World
 flecheLes “anti-princesses” d'Argentine arrivent en Italie
 flecheMore Than 100 Ex-Political Prisoners Win Parliament Seats in Historic Myanmar Election
 flecheIn Venezuela, 140 Characters Can Land You in Jail
 flecheFacing Sweeping Surveillance Bill, French Public Falls Between Alarm and Indifference
 fleche8 Ways Climate Change Is Already Affecting Africa
 flecheMaking the Culture and Language of Peru's Nomatsigenga People Accessible and Enduring
 flecheFor Arab Human Rights Defenders, Hacking Team Files Confirm Suspicions of State Surveillance
 flecheNetizen Report: Slovakia Says Mass Surveillance is Unconstitutional
 flecheIn Bangladesh, a Mobile App Provides a Platform Where Women Can Feel Free to Talk
 flecheAfter the Charlie Hebdo Attack, Can We Laugh About Anything?
 flecheNetanyahu's Speech to Congress Was Polarizing, to Say the Least
 flecheYoung Brazilians Are Creating Radio Jingles to Promote Sustainable Amazon Development
 flecheCastro and Obama Open New Chapter on US-Cuba Relations
 flecheRebuilding Timbuktu's Cultural Diversity, One eReader at a Time
 flecheYoung People Will Revitalize Politics, Promises This Year’s World Forum for Democracy
 flecheA Network of Indigenous Language Digital Activists in Mexico
 flecheWith Its Headwaters Dry, Brazilians Fear the Death of the ‘Old Frank’ River
 flecheThere's an Island Made of Toxic Trash Rising Out of the Sea in the Maldives
 flecheLes Marionnettes Géantes ouvrent le débat sur les questions sociales au Mozambique
 flechePacific Islanders Plan to Block the World’s Largest Coal Port With Canoes to Protest Climate Change
 flecheThailand's Military Junta Cements Its Power With ‘Undemocratic’ Interim Constitution
 flecheRussia Offers 4 Million Rubles to Crack the Tor Network
 flecheNetizen Report: Censorship and Social Media Sneakiness Abound in Southeast Asia
 flecheThis Film Is About the Remarkable Friendship Between a Buddhist and Muslim in Myanmar. So Why All the Hate?
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: