Ref. :  000036650
Date :  2014-04-09
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

La crise des droits humains en République centrafricaine. Questions et réponses


image
Une jeune fille est assise à l'arrière d'un camion s'apprêtant à fuir les violences intercommunautaires à Bouar.© REUTERS/Siegfried Modola

Le contexte

Les forces de la Séléka (terme qui signifie « alliance » en sango, la langue nationale) se sont rendues responsables d’atteintes aux droits humains systématiques et généralisées en République centrafricaine au cours de l’année 2013. Après des saccages meurtriers qui ont débuté dans le nord-est, elles se sont déployées dans tout le pays, s’emparant de la capitale Bangui et renversant le président de l’époque, François Bozizé, en mars 2013. Au cours des 10 mois qui ont suivi, les membres de la Séléka ont tué un nombre incalculable de civils, incendié de nombreux villages et pillé des milliers d’habitations (voir le document d’Amnesty International, République centrafricaine. La crise des droits humains devient incontrôlable, AFR 19/003/2013).

La Séléka a exercé un pouvoir arbitraire et violent, qui a suscité un fort degré d’hostilité entre les communautés. En République centrafricaine, la majorité de la population est chrétienne, comme l’ancien président François Bozizé. Le leader de la Séléka Michel Djotodia, qui fut président de transition jusqu’au 10 janvier 2014, est musulman, comme la plupart des membres de la Séléka.

Les violations des droits humains commises par la Séléka ont contribué à faire émerger des milices anti-balaka (terme qui signifie « anti-machette » en sango), peu structurées et composées de chrétiens et d’animistes opposés au régime de la Séléka. Au cours des quatre derniers mois de 2013, les combattants anti-balaka ont mené de terribles attaques contre les communautés musulmanes, particulièrement dans le nord-ouest de la République centrafricaine, dans de nombreux villages autour de la ville de Bossangoa.

Le 5 décembre 2013, les anti-balaka ont lancé une offensive contre Bangui, déclenchant une explosion de violence qui a réduit à néant ce qui restait du tissu social dans le pays. Lorsque les forces de la Séléka sont parvenues à repousser cette offensive, elles se sont livrées à de vastes représailles contre les chrétiens dans la ville. Bien que les combattants de la Séléka aient parfois affirmé poursuivre les militants anti-balaka, ils ne se sont pas vraiment efforcés de faire la distinction entre militants et non-militants, tuant entre 800 et 1 200 personnes, principalement des hommes civils.

Les forces militaires françaises dotées d’un mandat de l’ONU ont commencé à se déployer en République centrafricaine durant les violences de début décembre 2013, se joignant à la modeste force de maintien de la paix sous conduite africaine déjà en place. Un millier de soldats de l’Union européenne devraient bientôt les rejoindre, intégrés dans une mission de maintien de la paix de l’ONU en septembre 2014.

Comment la situation a-t-elle évolué en République centrafricaine depuis janvier 2014 ?

La situation en République centrafricaine a radicalement changé après la démission du président Michel Djotodia le 10 janvier 2014 et l’élection d’une nouvelle présidente par intérim, Catherine Samba Panza, peu après.

Dès que Michel Djotodia a quitté ses fonctions, les forces de la Séléka ont commencé à se retirer de leurs avant-postes à travers le pays. Ville après ville, une fois les combattants de la Séléka partis, les milices anti-balaka ont repris le contrôle et lancé des attaques violentes contre la minorité musulmane. Les forces internationales de maintien de la paix ont mis beaucoup de temps à se déployer dans le pays, laissant le champ libre aux anti-balaka pour asseoir leur pouvoir et leur autorité. Ils ont tué plusieurs centaines de civils musulmans, parfois dans le cadre de massacres de grande ampleur, pillé des habitations et des boutiques de musulmans, et incendié et détruit des mosquées. Parmi leurs victimes figuraient des femmes et de jeunes enfants ; dans certains cas, des familles entières ont été décimées. Leur objectif déclaré était de débarrasser le pays des musulmans pour toujours.

Les anti-balaka sont aujourd’hui les principaux auteurs de violence, particulièrement à Bangui et dans la partie ouest du pays. Les membres de la Séléka qui se sont retirés vers le nord continuent de commettre de graves atteintes aux droits humains dans les territoires qu’ils contrôlent. Aujourd’hui, le système judiciaire centrafricain ne fonctionne pas, et il est très difficile de mener des enquêtes policières, d’ouvrir des procédures judiciaires et de procéder à des incarcérations. Dans le pays, règne une impunité totale pour les violations des droits humains.

Au cours des derniers mois, on a assisté à un nettoyage ethnique massif et à l’exode forcé de dizaines de milliers de civils musulmans vers les pays voisins, le Tchad, le Cameroun et la République démocratique du Congo (RDC). La majorité de cette nouvelle population de réfugiés vit dans des camps de fortune, dans des conditions épouvantables.

Les quelques milliers de musulmans qui restent dans la capitale et la partie occidentale du pays (où ils représentaient environ 15 % de la population) sont presque tous déplacés. Beaucoup se réfugient dans des églises et la plupart attendent leur évacuation, dans la peur d’être attaqués par les anti-balaka.

En République centrafricaine, plus de 650 000 personnes sont toujours déplacées. Des milliers de maisons ont été pillées et incendiées, et nombreux sont ceux – chrétiens comme musulmans – qui n’ont nulle part où rentrer.

S’agit-il d’un conflit religieux ?

Les civils sont pris pour cibles en fonction de leur religion, mais pas en raison de leurs croyances ni de leurs pratiques religieuses. Les différentes communautés religieuses vivaient ensemble pacifiquement depuis des générations, les mariages intercommunautaires n’étant pas rares et les quartiers mélangés ; mais la défiance et même la haine sont désormais ancrées dans les différentes communautés religieuses. La religion est considérée comme un indicateur crucial de la loyauté de chacun envers les différents groupes armés du pays.

Tous les chrétiens et les musulmans ne se sont pas laissés happer par la haine intercommunautaire. En effet, de nombreux civils musulmans ont été protégés par leurs voisins chrétiens ou ont cherché – et trouvé – refuge dans des églises et des missions catholiques. En outre, certains chrétiens, notamment les femmes mariées à des musulmans, ont été menacés et brutalisés par les milices anti-balaka.

Amnesty International a qualifié l’expulsion forcée de musulmans hors de République centrafricaine de « nettoyage ethnique » (voir le rapport Nettoyage ethnique et tueries intercommunautaires en République centrafricaine, AFR19/004/2014). Bien que ce terme ne soit pas défini en droit international, une commission d’experts de l’ONU l’a défini comme une « politique délibérée conçue par un groupe ethnique ou religieux visant à faire disparaître, par le recours à la violence et à la terreur, des populations civiles appartenant à une communauté ethnique ou religieuse distincte de certaines zones géographiques ». Chaque milice anti-balaka opère sous les ordres d’un commandant local, mais avec l’objectif commun de débarrasser le pays de sa population musulmane. De tels agissements peuvent constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre.


Comment les nouvelles autorités de transition gèrent-elles les groupes armés ?

Au sein du nouveau gouvernement, dirigé par la présidente Catherine Samba-Panza, la Séléka et les milices anti-balaka sont représentées. Des négociations sont en cours entre le gouvernement et les chefs des milices. On a assisté à plusieurs scissions au sein de ces deux mouvements armés, notamment au sujet du désarmement.

Quelque 8 000 combattants de la Séléka sont toujours cantonnés, sans être désarmés, dans les camps militaires de Bangui et attendent de bénéficier d’un programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration. Si certains anti-balaka sont prêts à déposer les armes s’ils bénéficient des mêmes avantages que les ex-Séléka, des dirigeants radicaux au sein des deux groupes armés enjoignent à leurs troupes de continuer le combat. Ce phénomène vaut aussi pour l’ancienne armée, les Forces Armées Centrafricaines (FACA), dispersée depuis le départ du président François Bozizé. Tout comme d’anciens policiers et gendarmes, certains ex-FACA ont accepté de réintégrer leurs postes sous la supervision des troupes internationales de maintien de la paix à Bangui. Cependant, d’autres se sont rassemblés dans le nord pour former un nouveau groupe armé baptisé Renouveau et Justice, et recrutent des combattants anti-balaka. Ce groupe contrôle désormais un vaste territoire le long de la frontière avec le Cameroun et le Tchad.

Les anti-balaka ont pris le contrôle d’un nombre croissant de quartiers de la capitale Bangui. Ils ont lancé, notamment depuis le 22 mars 2014, des attaques répétées contre des civils et la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA). Le reste du pays demeure largement hors de contrôle : le gouvernement n’a aucune autorité en dehors de Bangui et s’appuie sur les forces internationales de maintien de la paix. Certains membres de la Séléka qui ont fui Bangui se sont regroupés dans des villes où les troupes internationales ne sont pas présentes, notamment dans le nord-est du pays. Ils continuent d’y commettre des atrocités, et ne montrent aucune volonté de rendre les armes. D’autres ont fui le pays, principalement vers le Tchad, ce qui soulève de graves doutes quant à la possibilité qu’ils comparaissent un jour en justice.

Qu’advient-il de ceux qui fuient la République centrafricaine ?

Des dizaines de milliers de personnes contraintes de fuir les violences en République centrafricaine sont confrontées à une autre catastrophe humanitaire dans les pays voisins, notamment le Tchad, le Cameroun et la RDC. Avec l’arrivée de la saison des pluies, la situation déjà désespérée va rapidement se dégrader, si l’on ne leur fournit pas de toute urgence des abris, de la nourriture et des structures médicales.

Lors d’une mission menée au Tchad début mars 2014, les délégués d’Amnesty International ont constaté que des milliers de personnes ayant fui la République centrafricaine ont été abandonnées par les autorités tchadiennes et les agences humanitaires ; beaucoup souffrent de malnutrition sévère et n’ont pas d’autre abri que l’ombre des arbres. La plupart des camps où vivent ces personnes sont trop proches de la frontière, ce qui accroît leur insécurité et leur vulnérabilité.

Quel est le degré d’implication de la communauté internationale ?

En décembre 2013, le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé le déploiement de forces internationales, composées de 6 000 soldats de l’Union africaine (dans le cadre de la MISCA) et de 2 000 troupes françaises (dans le cadre de l’opération « Sangaris »). Cependant, ces forces ne se sont pas déployées rapidement en dehors de Bangui pour protéger les civils. Le 1er avril, l’Union européenne a lancé l’opération militaire EUFOR-RCA : quelque 1 000 soldats seront bientôt envoyés à Bangui, afin de permettre le redéploiement des troupes internationales déjà présentes sur le terrain dans d’autres provinces. Il s’agit d’une « mission de transition », jusqu’à ce que la force de maintien de la paix des Nations unies composée de 12 000 soldats et policiers, puisse prendre position en République centrafricaine. La date fixée est le 15 septembre 2014.

Que demande Amnesty International ?

Amnesty International demande à la communauté internationale de :

• doter la MISCA et les autres forces internationales de maintien de la paix de moyens suffisants pour renforcer leur capacité à se déployer rapidement dans toutes les régions du pays, afin de protéger efficacement la population civile, notamment à l’intérieur et aux abords des sites où vivent des personnes déplacées, ainsi que dans les villes isolées où des musulmans sont toujours présents ;

• entreprendre sans tarder les activités de préparation et de planification nécessaires en vue de la transformation de la MISCA en une opération de maintien de la paix des Nations unies, comme demandé par la résolution 2127 (2013) du Conseil de sécurité ;

• garantir une bonne coordination entre toutes les forces militaires présentes en République centrafricaine, notamment la MISCA, les forces françaises (opération Sangaris) et l’EUFOR-RCA ;

• accélérer le processus de désarmement et veiller à ce qu’aucun État n’apporte un soutien quel qu’il soit ni ne fournisse aucune arme aux milices actives en République centrafricaine, conformément à l’embargo sur les armes de l’ONU (résolution 2127 de 2013) ;

• accélérer le déploiement efficace et coordonner l’action des différents observateurs chargés de veiller au respect des droits humains, notamment le travail de la commission internationale d’enquête, en vue d’aider à identifier les auteurs de violations, notamment de crimes relevant du droit international, et de les amener à répondre de leurs actes ;

• veiller à la reconstitution rapide de l’appareil judiciaire et des autres organes de justice, comme les tribunaux, les prisons et les services du parquet ;

• veiller à ce que les réfugiés qui fuient vers les pays voisins soient identifiés et reçoivent la protection adéquate via une coopération efficace entre le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et les autorités nationales du Tchad, du Cameroun et de la République démocratique du Congo (RDC).


Countries : 

Rate this content
 
 
 
Average of 67 ratings 
Rating 2.51 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
Same author:
 flecheTurkey: Almost 130,000 purged public sector workers still awaiting justice 
 flecheUN: Decisive action needed to ban killer robots - before it’s too late
 flecheL’inefficacité de la peine de mort contre la corruption
 flecheEU: States push to relax rules on exporting surveillance technology to human rights abusers
 flecheHonduras. Les personnes arrêtées durant les manifestations post-électorales ne bénéficient pas des garanties d'une procédure légale
 flecheCameroon: Anglophone regions gripped by deadly violence
 flecheAustralia: Healthcare rollbacks put refugee lives and health at risk
 flecheQuand l'Iran cache ses crimes
 flecheThe abuse of solitary confinement in Egypt’s prisons
 flecheWe run the world - 8 kick-ass women standing up for our rights
 flecheNigeria: Amnesty activists uncover serious negligence by oil giants Shell and Eni
 flecheSyria’s Eastern Ghouta: They Fight for Life. We Fight for Them.
 flecheMyanmar: Crimes against humanity terrorize and drive Rohingya out
 flecheUSA: Return to bigoted anti-Muslim travel ban would cause immeasurable harm
 flecheLe commerce des armes
 flecheThe Death penalty in 2016: Facts and figures
 flecheAmnesty International Report 2016/17. The state of the world's human rights
 fleche‘Politics of demonization’ breeding division and fear
 flecheSyria: Secret campaign of mass hangings and extermination at Saydnaya Prison
 flecheDangerously disproportionate:
The ever-expanding national security state in Europe

 flecheThe point of no return: The human rights of indigenous peoples in Canada threatened by the site C dam
 flecheRefugees Welcome Survey 2016 - The Results
 flecheDeath sentences and executions in 2015
 flecheLa peine de mort dans le monde
 flecheQatar: Abuse of World Cup workers exposed
 flecheConnection Denied: Restrictions on Mobile Phones and Outside Information in North Korea
 flecheAmnesty International report 2015-2016
 flecheAmnesty International Annual Report 2015/2016 (summary report)
 flecheIran : grandir dans le couloir de la mort
 flecheTaking stock : The arming of Islamic State
 flecheLes enfants qui travaillent pour nos smartphones
 flecheLes femmes réfugiées risquent agressions, exploitation et harcèlement sexuel lors de leur traversée de l’Europe
 flecheMexico: Gross incompetence and inertia fuel disappearances epidemic
 flecheGuantanamo : symbole de l’impunité américaine
 flecheFrance: New law threatens to make emergency measures the new norm
 flecheIrak. Des décennies de commerce irresponsable des armes alimentent les atrocités de l'État islamique
 flecheRefugees endangered and dying due to EU reliance on fences and gatekeepers
 flecheAngola. La répression des droits humains éclipse la commémoration de l’indépendance
 flecheTurkmenistan: Thousands evicted ahead of Asian Martial Arts and Indoor Games
 flecheNiger Delta: Shell’s manifestly false claims about oil pollution exposed, again
 fleche"We had nowhere else to go": Forced displacement and demolitions in northern Syria
 flecheCatastrophic moral failure as rich countries leave millions of refugees to cruel and uncertain fates
 flecheSolving the world's refugee crisis
 flecheCuba at a human rights crossroads as Pope Francis prepares to visit the country
 flecheYemen: Bloody trail of civilian death and destruction paved with evidence of war crimes
 flecheTime for the world to protect and value its young human rights defenders
 flecheIran’s ‘staggering’ execution spree: nearly 700 put to death in just over six months
 flecheGlobal arms control treaty at risk of becoming a damp squib
 fleche3 reasons why the Mediterranean death toll has dropped dramatically
 flecheGreece: Humanitarian crisis mounts as refugee support system pushed to breaking point
 fleche7 ways the world has changed thanks to Edward Snowden
 flecheTwo years after Snowden governments resist calls to end mass surveillance
 fleche'Mandela Rules' on prisoner treatment adopted in landmark revision of UN standards
 flecheLampedusa: L'Isola Bella's shadow of death
 flecheBahrain: Hopes of reform crushed amid chilling crackdown on dissent
 flecheAfghanistan: Their lives on the line: Women human rights defenders under attack in Afghanistan: Executive Summary
 flecheDeath penalty 2014: Alarming rise in death sentences as governments resorted to capital punishment to combat crime and terrorism
 flecheGlobal opposition to USA big brother mass surveillance
 flecheNigeria: Satellite images show horrific scale of Boko Haram attack on Baga
 flecheAmericas: Violence on the rise against those defending human rights
 flecheChina: Activist faces « subversion » charge for supporting Hong Kong protests
 flecheIsraeli forces displayed ‘callous indifference’ in deadly attacks on family homes in Gaza
 flecheFlowers for Anna – Russia’s offensive on media and the truth
 flecheThe death toll in the Mediterranean rises
while Europe looks the other way

 flecheMediterranean migrant boat shipwrecks highlight need for EU action
 flecheMexico: Shocking rise in reports of torture and ill-treatment as authorities turn a blind eye

 flecheAfghanistan: Urgent inquiry needed after new US airstrike increases civilian death toll

 flecheGruesome evidence of ethnic cleansing in northern Iraq as Islamic State moves to wipe out minorities
 flecheChina: Death row inmate freed after six years of trials and appeals

 flecheMali: Children paying a high price in ongoing conflict
 fleche“They use a strategy of fear” Protecting the right to protest in Brazil
 flecheSenegal: Human rights of communities trampled in 'Gold Rush'
 flecheReport 2013: World increasingly dangerous for refugees and migrants
 flecheArms control and human rights
 flecheGlobal campaign targets rape in conflict zones
 flecheChina: Rise in forced evictions fuelling discontent
 flecheForum urbain mondial : les dirigeants doivent mettre fin aux expulsions forcées
 flecheThe state of the world's human rights
 flecheA compromised future: Children recruited by armed forces and groups in eastern Chad
 flecheDeath sentences and executions 2011
 flecheLes oubliés du Forum mondial de l'eau
 flecheFrance: urgence dans la lutte contre les violences faites aux femmes
 flecheThe state of the world's human rights
 flecheMoyen-Orient et Afrique du Nord : actualité en 2011 et 2012
 flecheMortalité maternelle : une femme meurt chaque minute…
 flecheReport 2011: Amnesty International at 50 says historic change on knife-edge
 flecheDeath penalty in 2010: Executing countries left isolated after decade of progress
 flecheReport 2010: Global justice gap condemns millions to abuse
 flecheDeath penalty report for 2009 : China must end secrecy surrounding sentences and executions
 flecheComment: The call from the Swiss minaret
 flecheWomen, violence and poverty - breaking out of the gender trap
 flecheUN vote on Goldstone report a defining step for accountability
 flecheWorld's biggest arms traders promise global arms treaty
 flecheIsrael rations Palestinians to trickle of water
 flecheThe Unheard Truth: World leaders must change debate on poverty and human rights
 flecheGovernments sign up to defend economic, social and cultural rights
 flecheEconomic crisis reveals deeper human rights problems
 flecheSummit of the Americas fails to address human rights
 flecheCruel, discriminatory, unfair and degrading – the death penalty in 2008
 fleche"Fuelling conflict: Foreign arms supplies to Israel/Gaza"
 flecheUN review must deliver on human rights
 fleche60th Anniversary of Universal Declaration of Human Rights: Time to Deliver
 flechePresident-elect Obama: 100 days to demonstrate commitment to human rights
 flecheHuman rights violations in cities around the world
 flecheArms Trade Treaty could fail without human rights
 flecheThe State of the World's Human Rights 2008
 flecheSixty years of human rights failure – governments must apologize and act now
 flecheSecrecy surrounds death penalty
 flecheSecrecy surrounds death penalty
 flecheUN examines human rights in member countries
 flecheWhat human rights legacy for the Beijing Olympics?
 flecheGovernments must take action to end violence against schoolgirls
 flecheRwanda abolishes death penalty
 flechePeople’s Republic of China: The Olympics countdown – one year left to fulfil human rights promises
 flecheReport 2007: Politics of fear creating a dangerously divided world
 flecheChina: The human cost of an economic ‘miracle’
 flecheChina: the human cost of the economic "miracle"
 flecheSchluss mit Guantánamo!
 flecheEU muss Führung in der internationalen Menschenrechtspolitik übernehmen
 fleche"Bosnie-Herzégovine: Les Roms et le droit à l'éducation"
 flecheIraq: Amnesty International deplores death sentences in Saddam Hussein trial
 flecheRecognition of the Human Rights of the World’s Indigenous Peoples is Long Overdue
 flecheAmnesty International launches global campaign against internet repression
 flecheSoudan : Protéger les civils du Darfour
 flecheInternational Criminal Court: New strength in the fight against impunity
 flecheAmnesty International Report 2006
 flecheDeath Penalty: 20,000 on death row across the world
 flecheGuantánamo Bay - a human rights scandal
 flecheReject Attempts to Legitimize No-Torture Promises
 flecheNigeria: Claiming rights and resources Injustice, oil and violence in Nigeria
 flecheCôte d'Ivoire - Un avenir lourd de menaces
 flecheThe International Day of the World’s Indigenous People: Dispossessed and in Danger - Time to make the rights of indigenous peoples a reality
 flecheUN reform: Comments and recommendations on second Draft Outcome Document for September summit
 flecheMorocco/Western Sahara: Justice must begin with torture inquiries
 flecheMyanmar: Arrests of political activists increase as Aung San Suu Kyi turns 60 under house arrest
 flecheLe coût humain de la «forteresse Europe» : des demandeurs d’asile détenus et expulsés au mépris des règles d'équité
 flecheNepal: A human rights crisis fuelled by irresponsible arms exports
 flecheUzbekistan: Only an independent investigation will reveal the truth of recent violence
 flecheReport 2005: A dangerous new agenda
 flecheUzbekistan: New clampdown fears as independent investigation urged

 flecheAmnesty International and Anti-Slavery International call on European States to Ratify the Council of Europe Convention against Trafficking
 flecheEurope: Migrant workers denied fundamental rights
 flecheUSA: New Amnesty International report on USA’s "war on terror" detentions
 flechePress Freedom Day: Human rights in the Blogosphere
 flecheLes Roms sous les feux des projecteurs européens
 flecheAmnesty International's Views on the Proposals for Reform of the UN's human rights machinery
 flecheCuba: 71 prisoners of conscience continue to be imprisoned for expressing their ideas
 flecheNew report from the Stop Violence Against Women campaign and the Control Arms campaign: Amnesty International, Oxfam and IANSA
 flecheBeijing +10: No rollback on rights
 flecheWorld Social Forum: Building solidarity
 flecheChina: Horrific New Year
 flecheSudan: Those responsible for indiscriminate Port Sudan killings must be brought to justice
 flecheCouncil of Europe: Recommendations for better protection of trafficked persons
 flecheSudan: North-South peace deal leaves future of human rights uncertain
 flecheIran: Women are terrorized
 flecheSudan: Time running out for two million affected in Darfur
 flecheSudan crisis
 flecheWomen's lives and bodies -- unrecognized casualties of war
 flecheCouncil of Europe: One more chance to enhance the protection of human rights of trafficked persons
 flecheArming the perpetrators of grave abuses in Darfur
 flecheSudan: New report shames countries and companies cashing in on slaughter by selling arms
 flecheAlbania: Disability and the right to marry
 flecheCumbre Unión Europea-Rusia: Amnestía Internacional publica testimonios de la cerciente persecución que sufren los defensores de los derechos humanos en Chechenia
 flecheCEDAW: Women's undeniable right for protection
 flecheViolences sexuelles : un urgent besoin de réponses adéquates
 flecheUSA: Call to presidential candidates to commit to ending torture
 flecheUSA: New report on 'war on terror' calls for Bush and Kerry to tackle 'made in America' torture
 flecheAfrica Human Rights Day
 flecheColombia: "Scarred bodies, hidden crimes": Sexual Violence against women in the armed conflict
 flecheColombia: Women's bodies used as a battleground
 flecheLas exportaciones de armas de la UE amenazan la seguridad mundial
 flecheHuman Rights Must Begin at Home: Amnesty International's Recommendations to the Irish EU Presidency
 flecheDeath Penalty: Cases and developments 2003
 flecheAmnesty International, Oxfam, IANSA Control Arms Campaign Media Briefing: key facts and figures
 flecheAfghanistan: No justice and security for women
 flecheIraq: The rights of Iraqi people must not be sidelined on the altar of political agendas
 flecheNigeria: Amina Lawal's death sentence quashed at last
 flecheYemen: United against rights
 flecheWorld Social Forum: All human rights for all, to make another world possible
 flecheForum économique mondial et Forum social mondial
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: