Ref. :  000029846
Date :  2008-07-10
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Nicolas Sarkozy au PE : "L'Europe n'est pas condamnée à l'inaction"


Keywords : 

Sortir l'Europe de la crise, rassurer les citoyens en montrant que l'Europe agit pour tous, pas de nouvel élargissement de l'Union sans Traité de Lisbonne: tel a été le message délivré par le Président français et Président du Conseil européen, Nicolas Sarkozy devant le Parlement européen ce jeudi. La plupart des députés ont soutenu les priorités de la présidence française mais nombre d'entre eux ont critiqué son manque d'ambition sur le plan social et son attitude à l'égard de la Chine.


Souhaitant la bienvenue au Président Sarkozy, le Président Pöttering a déclaré spécialement apprécier que le Président français soit venu au Parlement après un si long voyage au Japon.

Présidence du Conseil

"C'est un grand honneur pour moi de pouvoir m'exprimer devant votre assemblée à un moment critique pour l'Europe", a dit en introduction, le Président français, Nicolas Sarkozy, "nous portons tous une grande responsabilité: comment sortir l'Europe de la crise ou elle se trouve, comment éviter l'immobilisme, comment surmonter nos désaccords pour les mettre au service européen ?". "Aujourd'hui nous devons faire de nos différences une force au service d'une UE qui souffre, nous devons rassurer des citoyens inquiets". Nous devons donner l'image d'une Europe qui refuse l'immobilisme" et "ne laisser personne derrière", a-t-il poursuivi, soulignant sa volonté de "donner le sentiment d'une Europe qui travaille pour tout le monde".

Crise institutionnelle et élections européennes de 2009

"Personne n'a dit que le Traité de Lisbonne résolvait tous les problèmes mais il était l'expression d'un compromis souhaitable et acceptable pour tous", a affirmé le Président français, abordant le problème institutionnel suite au référendum irlandais.

Nicolas Sarkozy a affirmé ne pas regretter son choix d'avoir soumis le nouveau traité à une ratification parlementaire en France: "Les règles de fonctionnement institutionnel sont l'affaire des parlementaires plutôt que d'un référendum: c'est un choix politique que j'assume et c'est un choix que j'ai affiché avant les élections présidentielles françaises, donc démocratique".

Le Président du Conseil européen a annoncé qu'il se rendrait le 21 juillet en Irlande pour "écouter, dialoguer, et essayer de trouver des solutions" au non irlandais. La présidence française "proposera une méthode", en accord avec le gouvernement irlandais, soit en octobre, soit en décembre. "Nous avons un peu de temps, mais pas trop de temps", a affirmé Nicolas Sarkozy, qui a estimé que l'Europe avait le devoir d'annoncer à ses citoyens sur quelle base auraient lieu les élections européennes de juin 2009. Excluant la négociation d'un nouveau traité, il a souligné: "c'est soit Lisbonne, soit Nice".

Pas d'élargissement sans nouvelles institutions

Abordant la question de l'élargissement, le Président français a affirmé qu'il avait "toujours été pour" et que l'arrivée des nouveaux Etats membres en 2004 a été "une réussite". Il a toutefois estimé que l'absence de réforme institutionnelle avant l'élargissement avait été "une erreur que nous payons aujourd'hui".

"Nous ne devons pas recommencer la même erreur, si nous restons à Nice, c'est l'Europe des 27 (...) si on veut l'élargissement - et nous voulons l'élargissement - alors il faut de nouvelles institutions", a souligné Nicolas Sarkozy, précisant qu'il est favorable à l'intégration des Balkans.

Evoquant le retour du débat sur une Europe à plusieurs vitesses pour sortir de la crise, le Président du Conseil a estimé que "ce ne peut-être que la dernière, l'ultime des solutions". "L'Europe a payé cher un mur honteux et la dictature", a-t-il souligné, ajoutant, à l'attention du Président polonais qui a annoncé la suspension de la ratification du Traité de Lisbonne dans son pays, que "l'Europe s'est battue pour que la Pologne aie sa place dans l'UE". "La famille c'est à 27, nous ne devons laisser personne dernière nous", a-t-il martelé.

"S'agissant des autres dossiers, rien serait pire qu'un nouveau psychodrame institutionnel", a poursuivi Nicolas Sarkozy, "l'Europe a le devoir d'agir et d'agir tout de suite: c'est le message de la présidence française aux citoyens européens", "nous ne sommes pas condamnés à l'inaction".

"Le paquet énergie climat est une absolue priorité"

"La pollution, le CO2, la couche d'ozone se moquent bien des frontières", grâce aux experts du GIEC, "aujourd'hui on sait que nous sommes la dernière génération qui peut éviter la catastrophe", a affirmé le Président du Conseil. Selon Nicolas Sarkozy, "l'Europe doit montrer l'exemple" dans la lutte contre le changement climatique et doit pour cela "être exemplaire".

Au sommet de Copenhague en décembre 2009, l'Europe doit venir unie et donc adopter le paquet climat énergie "sous présidence française", a-t-il souligné. Il a appelé ses partenaires des 27 à éviter de renégocier "chaque point du paquet qui les gêne", tout en reconnaissant que certains éléments devraient être débattus et en particulier "les règles à imposer aux entreprises" alors que l'Europe "continue à importer des produits qui ne les respectent pas", et les "efforts considérables" demandés aux nouveaux Etats membres qui reposent encore largement sur les énergies fossiles. "Le paquet énergie climat est une absolue priorité", a martelé Nicolas Sarkozy.

Pacte européen pour l'immigration et l'asile

"Sur les 27 Etats membres, nous sommes 23 dans l'Espace Schengen", a rappelé le Président français, "est-il raisonnable de définir une politique d'immigration ignorant les contraintes des autres".

Nicolas Sarkozy a, par ailleurs, annoncé l'abolition de barrière sur le marché du travail français, depuis le 1er juillet 2008, pour tous les citoyens de l'Union européenne. "Je n'ai pas aimé la polémique sur le plombier polonais qui a donné une piètre image de la France et de l'Europe".

"Le Pacte européen pour l'immigration et l'asile est essentiel à deux point de vue", a-t-il affirmé, souhaitant "sortir l'immigration de débats nationaux et en faire une politique européenne" pour lutter contre les extrémismes.

Sur l'asile, le Président français a déclaré vouloir mettre fin à une situation où "27 dossiers sont déposés dans 27 démocraties et où les réponses ne sont pas les mêmes".

Politique européenne de la défense

La Présidence française souhaite faire progresser la politique européenne de la défense, "comment l'Europe peut-elle être une puissance politique si elle n'est pas capable de se défendre", a demandé Nicolas Sarkozy, citant l'exemple du Kosovo.

"Il faut une politique européenne autonome de la défense à côté de l'OTAN", a-t-il affirmé.

"Bilan de santé"de la PAC

Abordant "la question si difficile de la PAC", le Président du Conseil européen a relevé qu'"il y a parmi nous des Etats qui défendent ardemment le travail de leurs paysans et d'autres qui trouvent que la politique agricole coûte trop cher".

Plus de 850 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde et un enfant meurt toutes les 30 secondes par manque de nourriture, a rappelé Nicolas Sarkozy. "Est-ce raisonnable de diminuer la production agricole alors qu'on en a jamais eu autant besoin ?", a-t-il demandé, affirmant que "ce n'est pas une question de l'agriculture française" car "la sécurité alimentaire concerne tout le monde". Le Président français a plaidé pour que les 27 se mettent d'accord sur les concepts de "sécurité alimentaire" et de "suffisance alimentaire" dans le cadre du "bilan de santé" de la PAC.

"Est-il raisonnable d'imposer à nos agriculteurs des règles de traçabilité et de continuer à importer des viande qui ne respectent aucune des règles imposées à nos agriculteurs ?", s'est-il encore interrogé.

Dimension sociale

Il y a une certaine contradiction entre ceux qui accusent l'Europe de se mêler de tout et qui lui reprochent son inaction sur le plan social, a estimé Nicolas Sarkozy. "M. Barroso a bien fait de mettre cette question à l'ordre du jour", ajoutant que la Présidence française comptait en faire une priorité et aborder notamment les questions des comités d'entreprises, du travail intérimaire et des règles minimales à imposer en Europe.

Le Président français a aussi annoncé son intention d'organiser une conférence sur la maladie d'Alzheimer, "qui touche des millions d'Européens". L'idée est selon lui de réunir les spécialistes européens pour "mettre ensemble leurs pratiques" et trouver des moyens pour "faire reculer cette maladie épouvantable".

Exceptions sportive et culturelle

Abordant la culture et le sport, Nicolas Sarkozy a estimé qu'il serait "une grave erreur de ne pas parler des sujets qui intéressent directement les citoyens". Soulignant "l'exception culturelle européenne" et affirmant que "le monde doit pas être aplati derrière une seule langue et une seule culture", il a notamment évoqué la question de la fiscalité sur les disques.

"Il faut une exception sportive" similaire à l'exception culturelle, a-t-il ajouté, évoquant les problèmes des clubs de football qui ne peuvent lutter contre le départ de jeunes qu'ils ont formés. "Le sport ne doit pas être régulé par les règles de marché", a estimé Nicolas Sarkozy.

Conclusion

"L'Europe a souffert de beaucoup de choses" et en particulier de la "lâcheté de beaucoup d'entre nous" qui n'ont pas toujours assumé les choix qu'ils avaient faits à Bruxelles, a dit en conclusion le Président Sarkozy. "La présidence française travaillera main dans la main avec vous", a-t-il affirmé devant les députés. "Je sais parfaitement que c'est difficile" de défendre les intérêts de l'Union et de "jouer collectif dans une Europe des 27", mais "j'espère que dans six mois on pourra dire que l'Europe a progressé".

Groupes politiques

"Cette présidence est marquée de la volonté politique de surmonter la crise de l'UE, suite au "non" irlandais" a souligné Joseph Daul (FR), au nom du groupe PPE-DE. L'objectif est de faire faire adhérer les citoyens européens qui doutent du projet européen confrontés à la mondialisation, à la hausse des prix et à la perte des repères traditionnels. La sécurité, le climat, les migrations représentent des enjeux majeurs dans cette perspective. Le traité de Lisbonne est fondamental car il permettra à l'UE de décider plus efficacement. Le groupe PPE-DE souhaite que tous Etats membres ratifient ce Traité et que l'Irlande puisse réfléchir et faire des propositions pour sortir de la crise. "Je fais confiance à la présidence française pour travailler à cet objectif", a déclaré le président du groupe PPE-DE. Il a plaidé pour l'absence de surenchère et pour concentrer toute l'énergie voulue à l'emploi et à la modernisation du modèle social. Le paquet énergie /climat représente une urgence politique, ce dossier devant être traité avant le mois de décembre pour servir de référence lors du sommet de Copenhague. Au niveau du commerce mondial, il a insisté sur l'importance d'exiger la réciprocité. Concernant les migrations, il a estimé qu'il était temps de sortir de l'hypocrisie, de nombreux pays déjà une politique d'immigration choisie. "Toutefois il faut veiller à assurer des conditions humaines et le Pacte sur l'immigration va dans bon sens". Il s'est réjoui du bon accueil réservé à ces propositions par les Ministres des 27 Etats membres. Enfin, le président du PPE-DE a insisté sur la sécurité alimentaire et la défense : "Comment l'Europe peut elle être crédible sans une défense digne de ce nom? Nous avons besoin d'une défense pour assurer la paix en Europe et pour aider les plus démunis dans ce monde".
Il a conclu en réitérant sa confiance dans la présidence pour redonner "le goût de l'Europe".

Martin Schulz (DE), au nom du PSE, a rappelé les thèmes qui seront prioritaires au cours des six prochains mois, tels que le paquet climatique et la ratification du traité de Lisbonne. Il a rappelé la nécessité d'accroître la transparence, la démocratie, ainsi que l'incidence des Parlements nationaux. Il a déploré le blocage relatif au traité de Lisbonne, "au moment où nous avons besoin de nouveaux instruments". Abordant ensuite la question de l'Europe sociale, il a qualifié "d'erreur" l'idée que la question sociale concerne les pays individuellement. Selon lui, "le progrès économique européen engendre plus de croissance et d'emploi, mais devrait également engendrer plus de protection sociale". Le Président du PSE a rappelé la crainte, parmi les citoyens d'européens, de pertes sociales, et la nécessité de rendre confiance au "citoyen lambda", pour qui "les progrès sont actuellement avantageux pour les entreprises et les banques", en lui démontrant que l'UE peut lui être avantageuse également. "La France a proposé la première charte des droits fondamentaux, et vous avez cette tradition" de protection des droits de l'homme, a-t-il souligné, demandant au Président en exercice du Conseil de faire en sorte que Berlusconi résolve la question des Roms. "Vous êtes courageux et audacieux, donc aidez nous, et votre présidence sera couronnée de succès", a-t-il conclu. Les citoyens risquent de se détourner de l'Europe.

"Le vote irlandais contre le Traité rend votre présidence plus problématique", a constaté Graham Watson (ADLE, UK). Le Président de groupe a souligné l'importance du paquet énergie et climat mais a estimé que la solution d'une TVA sur les carburants "ne pourrait résoudre le problème qu'à court terme". "Il faut réduire les émissions de CO2 de 50% voire au-delà pour tenir compte de la situation économies émergentes", a- t-il ajouté. Par ailleurs, pour résoudre la hausse des prix des denrées alimentaires, "la réforme de la PAC ne doit pas signifier plus de protectionnisme", a-t-il indiqué. Graham Watson a également cité l'immigration, la lutte contre la traite des personnes, la libéralisation des marchés comme autre points essentiels. Sur la Russie et en particulier la Chine, il a appelé la Présidence française "à jouer collectif", "l'Europe doit montrer son attachement au respect des droits de l'homme et à la dignité des hommes et des femmes".
Pour rapprocher l'Europe des citoyens, il faut redonner une âme à l'Europe en réaffirmant ses racines et ses valeurs communes, a estimé Cristiana Muscardini (IT), pour le groupe UEN. Strasbourg et ses drapeaux symbolisent la paix retrouvée, a-t-elle ajouté. Elle a plaidé pour un projet susceptible de donner des repères aux jeunes et suggéré une Charte des devoirs notamment pour protéger l'environnement. Prônant de nouveaux rapports avec l'Afrique sur la base d'un commerce équitable, de la lutte contre le terrorisme et du respect des droits de l'homme, elle s'est félicitée du projet d'Union pour la Méditerranée. Enfin, elle a évoqué l'importance des PME.

S'exprimant au nom des Verts/ALE, Daniel Cohn-Bendit (FR) a salué le "volontarisme européen" de Nicolas Sarkozy. Il a déploré qu'aucune règle n'oblige les constructeurs à produire des voitures qui ne consomment que 2 à 3 litres, ajoutant que "ce sont les consommateurs qui paient aujourd'hui l'essence au prix où elle est". Il a également plaidé pour que le Parlement soit en codécision dans le domaine de l'émigration légale. "J'en ai assez que, chaque fois qu'on parle d'émigration, on parle d'immigration illégale", a-t-il martelé, ajoutant que "l'UE existe aujourd'hui grâce aux hommes et femmes de l'immigration qui l'ont construite avec nous". " Nous avons construit une maison où nous avons oublié les portes. Les gens rentrent par la fenêtre. Construisons ensemble d'abord les portes pour rentrer dans l'Europe et après, on verra ce qu'on fera de ceux qui rentrent illégalement", a-t-il expliqué. Pour protéger les européens, l'UE doit "s'attaquer au dumping social et fiscal". Et d'ajouter: "N'acceptons pas de dire que la question sociale ne fait pas partie des compétences européennes". Enfin, il a déploré la décision prise par Nicolas Sarkozy de se rendre à l'ouverture des Jeux olympiques: "vous aviez l'occasion de défendre les valeurs européennes en disant que vous ne participeriez pas à la mascarade du parti communiste chinois".

Francis Wurtz (GUE/NGL, FR) a souligné "l'incontestable point fort" de la présidence française et "son trop évident point faible". "Son point fort, c'est qu'elle ne dit pas que l'Europe va bien et qu'elle doit continuer ainsi, quand de plus en plus d'Européens pensent qu'elle va mal et que les choses doivent changer", a-t-il affirmé. Parmi ses point faibles, le Président de groupe a cité "la pression sur le peuple irlandais" par rapport au Traité de Lisbonne, les statuts de la BCE, "la directive de la honte condamnée par la Haut Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l'Homme, par toutes organisations des droits de l'Homme comme par les Eglises européenne," et la question sociale "que vous évacuez et qui doit selon vous, rester du seul ressort des Etats". "Vous dites que vous n'avez pas aimé l'image du "plombier polonais". Moi non plus! (...) Je dis "bienvenue aux travailleurs de tous les pays " à égalité de droits dans tous les domaines. C'est précisément ce que refuse l'actuel droit européen", a-t-il affirmé. Francis Wurtz a également critiqué la phrase prononcée par Nicolas Sarkozy le week-end dernier, "désormais, quand il y a une grève, les Français ne s'en aperçoivent même plus". "Si pour rassurer les dirigeants européens, il faut à présent insulter les syndicats, c'est qu'il est décidément urgent de changer l'Europe!", a-t-il conclu.

Pour le groupe IND/DEM Philippe de Villiers (FR) a estimé que "les peuples d'Europe ont à supporter les effets désastreux des politiques décidées à Bruxelles et à Francfort", qu'il s'agisse des OGM, de la pêche, ou du football. Et d'ajouter ; "tout le pouvoir nous et vous échappe, le pouvoir étant entre les mains des juges, des fonctionnaires et des banquiers". Il a estimé qu'il était grand temps de remettre l'Europe d'aplomb, de respecter le non irlandais et de proclamer la mort du Traité de Lisbonne

Jean-Marie Le Pen (FR), au nom des non-inscrits, s'est montré pessimiste par rapport aux ambitions de la présidence française. "A l'opposé de la majorité des électeurs français, vous vous êtes révélé comme un européiste zélé", lui a-t-il reproché, rappelant que le projet européen vient "d'achopper sur la volonté du peuple irlandais". Se présentant comme un "adversaire résolu" du traité de Rome, il a plaidé pour une Europe des nations: "Votre Europe est un vaisseau qui part à la dérive, et est la seule région ayant délibérément démantelé ses structures politiques et morales".

Réponses de la Présidence du Conseil

Répondant aux différents intervenants, Nicolas Sarkozy a notamment commenté sa décision d'assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques, décision à laquelle aucun Etat membre ne s'est opposé. Il a précisé qu'il soulèverait la question des droits de l'homme en Chine, mais "nous ne pouvons boycotter un pays qui représente un quart de la population du monde". En ajoutant : "le monde a besoin de la Chine pour résoudre des problèmes comme le Darfour ou l'Iran".

A propos du paquet/énergie climat, il a rappelé qu'il ne s'agissait pas de choisir entre croissance et environnement. Dans ce domaine, il a estimé que "la réciprocité n'est pas synonyme de protectionnisme et que "c'est le Parlement qui aura le dernier mot".

A propos des marchés financiers, il a annoncé son intention de proposer des règles pour juguler la spéculation qui a pris des proportions énormes ces derniers mois.

Concernant la mobilité internationale des étudiants, il a insisté sur l'importance "de ne pas piller les élites des pays du tiers monde".

Députés francophones

"Pas du tout partisan à Paris, pas tout à fait opposant à Strasbourg", c'est ainsi que s'est défini Bernard Poignant (PSE, FR). A propos des quatre priorités de la Présidence, il a insisté sur le chapitre social : "une partie doit rester nationale (retraites, protection sociale) mais une partie doit être européenne dès lors qu'il y a marché et monnaie. C'est le cas du travail en général, de son droit, de son temps, de ses conditions". Ce domaine, selon le député, devrait comporter la directive-cadre services publics : "Mettez y la même énergie que pour les restaurateurs les services publics". Mais la crise européenne, en ces temps où la paix semble assurée, n'est pas que sociale et démocratique : "elle est aussi d'identité". D'où l'importance de certains domaines pour consolider la conscience européenne comme l'éducation et la culture. Le député a conclu en évoquant "le traité simplifié se retrouve dans une situation compliquée. A vous de le désembourber."

Marielle De Sarnez (ALDE, FR) a quant à elle attiré l'attention sur la "fracture" entre citoyens et UE, illustrée par le "non" irlandais. Elle a développé trois pistes de réflexions, portant "sur l'essentiel", et n'étant pas seulement "affaire de politique, mais aussi de confiance". Premièrement, elle a soulevé la question de l'identité européenne, et s'est dite convaincue de l'existence d'un modèle européen, "économique, durable et social". Plaidant pour une vision nouvelle de l'organisation du monde, elle a ensuite appelé l'UE à travailler en vue de l'autosuffisance de l'Afrique. Enfin, elle a rappelé les valeurs de démocratie et de respect des droits de l'Homme, "auxquelles nous ne devons jamais renoncer", parce qu'elles sont l'identité profonde de l'Europe.

Margie Sudre (PPE-DE, FR) a souligné la nécessité "d'une volonté politique claire, compréhensible et concrète" pour "être à la hauteur de nos espérances et de l'attente de nos concitoyens". "Les quatre priorités ainsi que d'autres enjeux tels que la gouvernance économique de la zone euro ou encore la création d'une zone de stabilité et de prospérité au sein du bassin méditerranéen nous semblent effectivement de nature à répondre aux préoccupations des citoyens de l'Union européenne", a-t-elle affirmé. Par ailleurs, la députée souhaite que la présidence française mette un point final à plus de 15 ans d'efforts pour réformer le fonctionnement de l'Europe élargie. "Nous avons besoin que le traité de Lisbonne entre en vigueur le plus tôt possible. Nous avons toute confiance en vous pour négocier avec nos amis Irlandais, et pour convaincre les rares Etats membres qui hésitent encore à ratifier définitivement ce texte", a-t-elle déclaré.

Pour Robert Goebbels (PSE, LU), les initiatives européennes en matière de réduction des émissions de gaz à effets de serre n'auront une réelle utilité que si des efforts sont également réalisés en dehors de l'UE. Constatant les délocalisations d'industries européennes, telles que celle d'Arcelor, qui investit en Inde et au Brésil, il a insisté pour que l'Union européenne fasse "des efforts pour montrer son savoir faire industriel".

Jean-Marie Cavada (ALDE, FR) a salué "l'énergie" du discours de Nicolas Sarkozy, qu'il a trouvé "clair, précis et convaincant". Selon lui, il est temps de développer des possibilités d'immigration légale et un véritable système commun d'asile. "La Présidence française, de par ses liens historiques avec plusieurs des pays d'origine et de transit, se grandirait en posant la première pierre de ce chantier titanesque mais si nécessaire", qu'est celui du pacte sur l'immigration. Il a également insisté sur l'importance de la mise en place d'une politique de proximité et de surveillance à travers le Processus de Barcelone; Union pour la méditerranée. Enfin, il a souligné l'importance de la culture, qui "aura aussi besoin de votre volontarisme".

Pour Harlem désir (PSE, FR), il y a une contradiction entre la volonté d'une "Europe qui protège" et "la dimension sociale qui n'est pas érigée en l'une des quatre priorités de la Présidence". Lors des référendums sur les questions institutionnelles, "les peuples répondent sur les politiques de l'Union européenne". "Les avancées économiques, souhaitables, et la stagnation sociale sont à l'origine de ce désamour", a-t-il estimé. "Dans un marché unifié, notamment un marché du travail, il faut des normes communes (...) tirées vers le haut", a-t-il ajouté, appelant le Présidence du Conseil à s'engager sur l'agenda social proposé par la Commission.
Enfin, la politique européenne de l'immigration ne doit pas se limiter au pacte européen sur l'immigration et l'asile mais doit être accompagnée d'un pacte pour l'intégration et d'un pacte pour le développement, a-t-il affirmé. Aussi, le respect des 0,7% du PIB des pays riches en faveur de la politique de développement "serait beaucoup plus efficace que l'indigne directive retour", a-t-il conclu.

Réponses de la Présidence du Conseil

Reprenant la parole, Nicolas Sarkozy affirmé qu'il serait à la disposition du Parlement européen tout au long de sa Présidence. "C'est une affaire de priorité", a-t-il ajouté.

Abordant la dimension sociale de l'Union, il s'est adressé particulièrement à Bernard Poignant (PSE, FR) et Harlem Désir (PSE, FR), affirmant être contre une harmonisation totale, mais pour "des règles minimales dans le cadre du marché du travail".

Nicolas Sarkozy a ensuite appuyé le propos de Marielle de Sarnez (ALDE, FR), en soulignant le besoin de "changer nos politiques de développement", notamment en donnant priorité à l'agriculture vivrière: "les pays d'Afrique doivent devenir autosuffisants en matière alimentaire". Le développement est selon lui essentiel "pour éviter l'immigration clandestine".

Au sujet de la diversité linguistique, Nicolas Sarkozy a estimé que "donner aux mouvements autonomes le monopole de la défense des langues régionales" constituait un grand service à leur rendre. Citant l'exemple de la Corse, il a estimé que les langues et cultures régionales ne mettent pas en cause l'identité nationale.

A une question relative à la signature du traité de Lisbonne par la Pologne, affirmé que, au niveau européen, apposer sa signature à un traité sans la respecter ensuite ne permettait pas d'aller de l'avant. "Nous avons besoin de la Pologne, mais aussi du respect de la parole donnée", a-t-il affirmé.

Enfin, rappelant la nécessité de respecter le vote irlandais, il a affirmé que "la Présidence française devra bien prendre une initiative, car une solution existe", a-t-il ajouté, "mais certainement pas dans l'immobilisme". Et de constater: "Le temps est contre nous. Cela fait des années que l'Europe attend et elle n'a pas intérêt à continuer à attendre".


Réponse du Président de la Commission

Dans sa réponse au débat, le président de la Commission, José Manuel Barroso a félicité le Président Sarkozy "pour sa volonté et son enthousiasme" qui, selon lui, ne manqueront pas de se manifester tout au long de la présidence française. "C'est dans les moments difficiles que les capacités politiques et la forte volonté politique sont les plus importantes", a t-il ajouté.

L'Europe est différente des systèmes politiques nationaux où la question de la légitimité des dirigeants politiques ne se pose pas. En Europe, différents courants populistes sont opposés à la mission de paix et de solidarité qu'incarne l'UE. Aussi est-il essentiel que les institutions "travaillent de concert avant les élections européennes afin d'éviter de donner des arguments aux extrémistes du système politique".

"Bonne chance à la France et bonne chance à mon ami Nicolas Sarkozy!" a conclu Jose Manuel Barroso.

Conclusions de la Présidence du Conseil

En réponse à une question sur l'Europe à plusieurs vitesses, le Président français a répondu qu'il souhaitait "essayer que tous les Etats membres aillent dans la même direction avant d'arriver à cette option". "Si tous les pays demandent une exception, où sera l'Union européenne?", a-t-il demandé.

Sur la hausse des prix du pétrole, "je ne souhaite pas imposer la proposition française de TVA sur les carburants mais la TVA est une fiscalité proportionnelle sur les prix", a précisé Nicolas Sarkozy.

Sur l'Union pour la Méditerranée, en réponse à une question de Jean-Marie Cavada, le Président en exercice a souligné que "la totalité des chefs d'Etat arabes seront présent au Sommet de Paris du 13 juillet prochain", contrairement au processus de Barcelone.

Interrogé également sur une dimension européenne du sport, Nicolas Sarkozy a ajouté qu'il "souhaiterait voir une colonne spécifique pour les médailles européennes en plus des médailles nationales lors des Jeux olympiques".

Dans le domaine social, il s'est adressé à Harlem Désir en se déclarant favorable à des normes minimum communes mais a critiqué les 35 heures "qui n'existent pas ailleurs".

Enfin, il s'est déclaré en faveur de la définition d'une identité européenne. "La définition d'une identité européenne appartient au Parlement européen", a-t-il estimé.



En savoir plus :

Présidence française de l'UE
Présentation du programme de la présidence française de l'UE par le Président français Nicolas Sarkozy
Intervention du président de la commission, Jose Manuel Barroso
Intervention des groupes politiques


Rate this content
 
 
 
Average of 91 ratings 
Rating 2.32 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
Same author:
 flecheEuropean Parliament resolution of 17 May 2017 on the situation in Hungary
 flecheConflict minerals: the bloody truth behind your smartphone
 flecheGender balance: five areas for improvement
 flecheRobots and artificial intelligence: MEPs call for EU-wide liability rules
 flecheTerrorism: members to vote on new measures against foreign fighters
 flecheVAT reform: how MEPs intend to tackle the €50 billion a year fraud
 flecheAfter CETA: the EU trade agreements that are in the pipeline
 flecheRussia is no longer a strategic partner of the EU, say MEPs
 flecheParliament urges EU member states to gear up for new security challenges now
 flecheAn ocean of plastic to eradicate
 flecheEP this week: €315 billion investment plan, robots and consumer safety
 flecheArmenian genocide centenary: MEPs urge Turkey and Armenia to normalize relations
 flecheAlbania and Bosnia & Herzegovina: political commitment is key to path towards EU
 flecheEU counter-terrorism coordinator: “Jail is a major incubator of radicalisation”
 flecheInter-religious dialogue: the way to defeat extremism
 flechePassenger Name Record and data protection talks should go hand in hand, MEPs say
 flecheEuropean Parliament backs EU-Moldova association deal
 flecheEnvironment Committee backs flexibility for EU countries to ban GMO crops
 flecheAnother record-breaking year for Erasmus
 flecheThe EU's energy dependence: facts and figures
 flecheMEPs urge EU to help 5.3 million young people find decent jobs
 flecheEuropean Parliament gives go-ahead for Lithuania to join the euro
 flecheMartin Schulz re-elected President of the European Parliament
 flecheParliament starts its new term with seven political groups
 flecheElection of new EP President, 14 Vice-Presidents and five Quaestors
 flecheConference of Presidents: the backbone of the European Parliament
 flecheData Protection: The dangers of the web
 flecheLithuania: how the euro could be gaining currency
 flecheEP committees: at the heart of European politics
 flecheResults of the 2014 European elections
 flecheForsmark: how Sweden alerted the world about the danger of the Chernobyl disaster
 fleche2014 European elections: latest projections of seats in the Parliament
 flecheOverview of Parliament and the 2014 elections
 flecheNet neutrality: Industry MEPs want stricter rules against blocking rival services
 flecheParliament maintains €3.5 billion in aid for the most deprived from 2014 to 2020
 flecheMigrants: MEPs endorse search and rescue rules to prevent further deaths at sea
 flecheThe Troika: How Europe's bailout power broker works
 flecheCentral African Republic: How can the EU help?
 flecheReport on the EU Roadmap against homophobia and discrimination on grounds of sexual orientation and gender identity
 flechePublic health MEPs to vote on final deal for tobacco products
 flecheCO2 emissions: cleaner vans by 2020
 flecheEU's long-term budget: how it all adds up
 flecheAung San Suu Kyi receives Sakharov Prize awarded in 1990
 flecheEU-China: the trade partnership worth €1 billion a day
 flecheMalala Yousafzai - winner of the Sakharov Prize 2013
 flecheEmployment MEPs approve plans to help more young people to work or training
 flecheEU drugs report: vigilance needed to tackle fast moving markets
 flecheAgriculture committee calls for EU-wide action to save bees
 flecheDid the WikiLeaks incidents create more or less democracy in the world?
 flecheCulture MEPs call on EU for more European online conversation
 flecheDevelopment aid: strong EU commitment needed to get MDGs back on track
 flecheLes films en 3D à l'épreuve de la saison d'été du cinéma américain
 flecheAnnée européenne du volontariat
 flecheMEPs mull over merits of an EU tax on financial transactions
 flecheGlobal warming: less meat = less heat
 flecheMore EU support for volunteering
 flecheG20: avoid placing too big a burden on future generations
 flecheExtending the scope of the Globalisation Adjustment Fund to respond to the crisis
 flecheUN's business and human rights envoy John Ruggie interviewed
 flecheSecurity and fundamental freedoms on the Internet
 flecheWater – 71% of the Earth's surface, but still scarce
 fleche"People like to participate in politics....on their computers!"
 flecheAmid economic crisis, roundtable debates 10 years of the euro
 flecheHuman rights remain key to EU-China trade relations
 flecheMEPs' diagnosis on economy ahead of Washington G20
 flecheMEPs and MPs debate CAP's future and world food security role
 flecheMEPs back new Erasmus Mundus Programme for student mobility and university exchanges
 flecheEurope struggles to influence UN human rights agenda
 flecheFuture of European cohesion policy debated with regions and cities
 flecheMember States to fulfil their ODA volumes, warn MEPs
 flecheImmigration: MEPs and national MPs reject "fortress Europe"
 flecheCan EU funds be put to use to help food crisis?
 fleche1968-2008: 4 decades of customs union
 flecheErasmus Mundus: "be curious and don't hesitate"
 flecheAsma Jahangir : « Donner la parole à l’immense majorité qui veut vivre dans la diversité »
 flecheTrade in raw materials and commodities- MEPs concerned about supply
 flecheParliament and climate change: Carbon Capture and Storage
 flecheEuropean Parliament calls for more transparency on lobbying
 flecheUN advisor Professor Jeffrey Sachs on soaring food prices
 flecheInternational agreement cannot wait, warn climate change MEPs in Washington
 flecheMEPs to debate calls for more open WTO Wednesday
 flecheMEPs call for sharper focus on jobs and growth potential of cultural industries
 flecheBurma: EU needs "coherent strategy" ahead of military's poll
 flecheHearing told of high levels of child poverty in Europe
 flecheEuropean Parliament at 50 - images from half a century
 flecheWill Europe take in Guantánamo Bay prisoners?
 flecheLiverpool and Stavanger – European Capitals of Culture 2008
 flecheSuper Tuesday in America: can Europe learn lessons?
 flecheAre your details caught in the World Wide Web?
 flecheGrand Mufti of Syria: a single civilisation unites us all
 flecheIs immigration the cure for a declining working population?
 fleche2007 Sakharov winner Salih Mahmoud Osman warns of "atmosphere on impunity" in Darfur - Interview
 flecheEuropean Parliament approves the Charter of Fundamental Rights and urges UK and Poland to apply it
 flecheACP-EU: workshop looks at "Justice on the grass" Rwanda's victims
 flecheGlobalisation: MEPs debate the challenges and opportunities
 flecheChina committed to fighting climate change, but not yet to quantitative targets, says EP delegation
 flecheSeat distribution up for discussion in Parliament
 flecheHow different are parliamentarians from either side of the Atlantic?
 flecheEU regional policy stakeholders debate global economic challenges
 flecheEuromed Assembly in Tunis focuses on intercultural dialogue
 flecheEuropean Year of Intercultural Dialogue should focus on religion
 flecheEurope's cultural heritage only a click away?
 flecheParliament adopts priorities on legal and illegal immigration policies
 flecheHighlights: MEPs to discuss energy, immigration, rail, toys in 2nd September Plenary
 flecheEnvironment MEPs back compulsory CO2 cap on cars
 flecheNatural disasters, EU solidarity fund needed without delay and European reaction force
 flecheAs Erasmus turns 20 some MEPs share their memories
 flecheEurope's cultural heritage only a click away?
 flecheBrazil's President Lula on trade, agriculture, poverty and biofuels
 flechePortugal's EU Presidency: MEPs on their expectations
 flecheLes attentes du monde arabe à l’égard de l’Union européenne : L’espérance déçue d’une alternative aux États-Unis ?
 flecheMEPs give green light to new European Globalisation Fund
 flecheLe Parlement européen remet le Prix Sakharov 2006 à Alexandre Milinkevitch
 fleche2006 report: the drugs problem in Europe
 flecheDrugs in Europe cheaper than ever says report
 flecheDer EU-Beitritt Bulgariens und Rumäniens
 flecheThe EU must define how far it can expand with new member states
 flecheFair Trade and Development - call for the Commission to act
 flecheRapport sur le commerce équitable et le développement
 flecheL'Union européenne devrait bientôt s'exprimer d'une seule voix à l'UNESCO
 flecheEuromed: much achieved, much still to be done
 fleche Discours du Président Borrell devant la première Assemblée Parlementaire Euroméditerranéenne
 flecheSpeech by the President at the opening of the extraordinary session of the EMPA
 flecheParliament calls for a constructive WTO meeting in Hong Kong
 flecheREACH, the chemistry behind a colossal project
 flecheEl Houdaïgui, Rachid
 flecheParliament gives green light to Romania and Bulgaria
 flecheFerrero-Waldner, Benita
 flecheA clear "yes" to the Constitution
 flecheBudget 2005: MEPs urge more money for EU's key policy areas
 flecheBorell, Josep
 flecheMEPs call for EU seat on Security Council
 flecheIGC - need to move on - not a time for recriminations
 flecheCommission President Prodi unveils action plan as a result of Eurostat affair
 flecheEnlargement: EU should promote decision on Kosovo final status within two years
 flecheExternal Relations: Urgent call on both Israel and Palestinians not to declare the peace process dead
 flecheSecurity and Defence: Financing and priorities for EU foreign and security policy
 flecheUrgent call to both Israel and Palestinians not to declare the peace process dead
 flecheCommissioner Verheugen gives foretaste of monitoring reports on accession countries
 flecheEurostat: a chronology of events
 flecheEtendre Erasmus au monde entier
 flechePour une politique volontaire de lutte contre les maladies liées à la pauvreté
 flecheLe directeur général de l'OMC promet des efforts pour associer plus intensément la société civile aux négociations de Doha
 flecheSustainable development: towards a global partnership. Greens/EFA Report Accepted by the Commission
 flecheNicole Fontaine: "une Convention porteuse d'espoir pour l'avenir de l'Union"
13
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger
Other items
where is published this article: