Ref. :  000026586
Date :  2007-07-08
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Scènes d’été 2007 - Concerts en plein air


Concerts en deçà du canal, mais nuisances sonores au-delà… les Scènes d’été ont été contraintes de déménager et s’installent au pied de la Folie du Belvédère pour sept dimanches musicaux à géométrie variable. À ce changement de lieu correspond une ouverture à d’autres styles musicaux. Des pays, bien sûr, mais moins connus, comme Trinidad avec son style indo-caribéen ou la Province du Katanga au Congo. Et surtout des genres surprenants comme la musique contemporaine, avec la clarinettiste Carol Robinson qui invite deux duos « tous explorateurs, pour un moment de connivence; avec des volées de sons doux et intrigants, du swing, du groove, des mélodies, des mots…Hors temps, mais de notre temps ». Tout un programme…


PROGRAMME
(sous réserve de modification)

Dimanche 8 juillet
Trinidad

- 18h30 Mungal concert unique en France
De descendance indienne mais natif des Caraïbes, Mungal a tout d’abord étudié le chant des prières ancestrales. Dès huit ans, il se met à jouer de l’harmonium, de la clarinette, de la mandoline… le tout à l’oreille, par instinct, pour finir par ce qui est pour lui le roi des instruments : le sitar.
De retour d’Inde où il pratique assidument cet instrument, il décide de fusionner la musique de ses ancêtres avec les rythmes caribéens. Son premier album « Dreadlocks » est un profond hommage à l’Homme en général et à l’Homme Africain en particulier. Son second album Calbasse Cafe est un hymne à la diversité culturelle, une vibration éclectique qui prouve l’universalité de la musique.
Pour cette unique date française, Mungal à n’en pas douter, fera danser sur ses rythmes, chaloupés et colorés, mélange d'inspirations reggae et de calypso sur fond de sitar.


Dimanche 15 juillet
Scène hip hop

- 17h30 Iltika
Le rappeur SIDI M et ses 4 musiciens voyagent entre chanson, hip hop, jazz et musique orientale sans se laisser enfermer dans aucun ghetto musical. Des arrangements efficaces et des mélodies subtiles renforcent des textes sincères, poétiques et engagés. Sur scène, Iltika prend toute son ampleur : l’été, un banc public comme point de rencontres, et le concert devient spectacle.

- 18h45 Être dans la rue spectacle du chorégraphe Farid’O
Retournant à une expression essentielle du hip hop dans ses valeurs urbaines et populaires, Farid’O a choisi une forme dépouillée soulignée par l’accompagnement live du guitariste Romuald Houziaux suggérant le déracinement et questionnant sur les effets de l’immigration sur les pères puis sur les générations suivantes.
Être dans la rue sera également présenté du 24 au 28 juillet à Paris, Aubervilliers, Bagnolet, Saint-Denis et Nanterre, dans le cadre du festival Paris Quartier d’Eté.

- 19h30 Axiom
En réaction aux émeutes urbaines de 2005, Axiom, rappeur Lillois, se lance dans la rédaction d’une lettre à Jaques Chirac qu’il poste sur son blog, déclenchant un retour inattendu : plus de 2000 lettres dont une réponse personnelle du Président. Le buzz internet alerte les maisons de disques. L’album Voter est une arme révèle l’éclectisme de cet artiste qui réinvente le rap en le nourrissant de textes qui nous font passer du rire aux larmes.


Dimanche 22 juillet
Congo

En collaboration avec le Tarmac
- à partir de 14h30 autour d’ «Africare»
Carte blanche aux artistes d’Africare de Lorent Wanson (pièce pour six danseurs, conteurs, comédiens et musiciens de Kisangani, Bukavu et Kinshasa, présentée du 10 au 28 juillet) – au TARMAC de la Villette

-17h30 Luboom Konnexion
Premier concert français de Luboom Konnexion, organisé en collaboration avec le Tarmac et grâce à la coopération et au soutien du Gouvernement de la Province du Katanga.
D’abord collectif hip hop composé de cinq groupes de rap, Luboom Konnexion devient « simple » groupe de rap en 2003 et connaît un beau succès public avec son premier album Guerre d’usure.
Engagé dans ses textes, Luboom Konnexion applique également ses convictions dans la vie du pays. Le groupe vient ainsi de créer une structure pour accompagner les jeunes désireux de s’adonner à la culture hip hop.

- 19h30Les Tambours de Brazza
Créés en 1991, les Tambours de Brazzaville allient tradition et modernité. Magiciens du rythme et du corps, les danseurs et musiciens renouent avec les gestuelles et rites ancestraux et offrent un spectacle total, dominé par le chant des percussions. Associant la batterie jazz aux percussions traditionnelles du Congo, à la basse ou encore au chant d’un jeune rappeur, cette troupe indéniablement contemporaine montre ce que la soul et le hip hop doivent à la tradition la plus profonde des royaumes bantous.


Dimanche 29 juillet
World jazz

- 17h30 Ailleur5
Du jazz à la musique traditionnelle en passant par les musiques actuelles, ces cinq musiciens français détournent le son du quintette pour l’adapter à leurs caprices et embarquer les spectateurs dans un voyage à travers le temps, les continents et leurs folklores. La destination finale de ce périple est une île imaginaire, symbole du métissage des cultures, où les sonorités naturelles, teintées d'Orient, amplifiées, déformées par des effets « électro », ou « samplées » se mêlent aux couleurs pulsées de la percussion.

- 19h30 Hamilton de Holanda Quintet « Brasilianos »
Digne héritier des grands mandolinistes tels que Jacob do Bandolim, Joël Nascimento et Armandinho Macedo, le jeune Hamilton de Holanda, né en 1976, est en train de révolutionner l’instrument emblématique du choro, le bandolim, auquel il a ajouté une cinquième double corde, portant leur nombre de 8 à 10 et sur lequel il a développé un jeu polyphonique complet ainsi qu’une palette sonore et percussive enrichie. Avec une liberté absolue, Hamilton de Holanda a su construire sa personnalité à partir d'éléments glanés dans son environnement naturel, de multiples rencontres interculturelles et d’un parcours incroyablement riche dans la variété de ses expériences. Il puise ses sources tant dans le répertoire classique que dans celui du jazz ou de la musique populaire brésilienne. Son talent dépasse rapidement les frontières du Brésil : en décembre 2001, Hamilton se mesure à la fine fleur des interprètes brésiliens de musique érudite et de musique improvisée et remporte le Prix de Musique Icatu dans les deux disciplines. L’année 2005 semble être celle de la consécration internationale pour ce jeune prodige brésilien. Après une apparition au Midem où il interpréta deux duos mémorables avec l’étoile montante Seu Jorge, il sera non seulement en tournée en duo avec Richard Galliano ou Mike Marshall mais aussi avec son puissant quartet composé de Daniel Santiago à la guitare, André Vasconcellos à la basse et le grand Márcio Bahia à la batterie ; les quatre "Monstres". En 2006 le quartet devient le quintet «Brasilianos » avec l’arrivée de Gabriel Grossi à l’harmonica. Un disque est enregistré pour le label Biscoito Fino. Le charisme et l’enthousiasme contagieux de Hamilton sur scène, son jeu impeccable et débordant de savante inventivité font de lui un des musiciens les plus remarquables de la nouvelle génération d’interprètes et de compositeurs de musique brésilienne contemporaine.


Dimanche 5 août
Carte blanche à Carol Robinson - Électro jazz, musique classique et contemporaine

- 17h30: Ambitronix (Benoît Delbecq et Steve Argüelles)
Benoît Delbecq (claviers) et Steve Argüelles (batterie, traitement) ont formé le duo le plus inventif de l’électro jazz. Les deux musiciens bidouillent claviers dub et batteries jazz pour nous livrer des « tissus » sonores et envoûtants, sensuels et déconcertants. Musique totalement improvisée, attachée à des pulsations croisées, de dialogue mélodique, des bribes de l’instant…

- 18h30: D’Amore (Garth Knox et Agnès Vesterman)
Avec ce duo tout en résonance et grâce aux 14 cordes de la viole d’amour et aux belles graves du violoncelle, Garth Knox et Agnès Vesterman nous transportent depuis le XVIe siècle jusqu’aux poèmes et anecdotes musicaux d’aujourd’hui. La musique irlandaise et des improvisations sur le vif se mêlent aux musiques d’un Johannes Ockeghen ou Marin Marais.

- 20h: Just That (Carol Robinson, Mike Ladd, Ludovic Bruni et Dirk Rothbrust)
Mike Ladd (poésie), Carol Robinson (clarinettes), Ludovic Bruni (guitare), Dirk Rothbrust (batterie, percussions), quatre musiciens hors pair sont réunis pour ce concert. Les racines dans le rock, le jazz, le blues, le hip hop et le contemporain les amènent vers des horizons qui s’entrecroisent et appellent vers une autre dimension.
Afin d’expérimenter cette formation, Just That sera en résidence au Parc de la Villette du 31 juillet au 4 août.


Dimanche 12 août
Scène tzigane

- 17h30 Norig
Étonnant destin que celui de Norig… Française, d’origine catalane, elle chante en roumain et en romani depuis qu’Emir Kusturica l’a subjuguée avec son film Le Temps des Gitans. Son album Gadji nous conte son histoire. Le chant des tziganes est tout autant un murmure, un cri, un appel, une incantation, dans lequel se mêlent constamment la joie et la mélancolie. Avec cette voix étonnante dont on ne sait dire si c’est celle d’une femme ou d’un enfant, c’est sur scène que Norig donne toute la mesure de son talent.

- 19h30 Ahirkapi Roman Orkestrasi
Ahirkapi est le nom d'un quartier d'Istanbul où se sont succédées des générations de tziganes. Tout enfant qui y vient au monde se destine un jour ou l’autre à jouer d’un instrument. La musique d’Ahirkapi Roman Orkestrasi opère un curieux syncrétisme entre éléments tziganes, balkaniques et orientaux, et nous plonge dans l’ambiance festive et colorée d’un quartier dont les habitants entretiennent une remarquable spontanéité musicale.


Dimanche 19 août
Carte blanche à Radio Nova

- 17h30: Buika
Espagnole d’origine guinéenne, Concha Buika est née à Palma de Majorque. Élevée parmi les gitans, elle chante en adaptant les mélopées mandingues héritées de sa mère au flamenco ambiant. Son album Mi Niña Lola, sorti en 2006, est deux fois récompensé aux Grammy et disque d’or en Espagne. Buika a la faculté d’émouvoir le public par sa façon passionnelle d’interpréter les chansons, mélange de soul et de jazz sur fond de flamenco.

- 19h30: Caravan Palace
Délicate et soignée, la fusion est au rendez-vous avec Caravan Palace. Violon, guitares, contrebasse, samples, voix et une clarinette tout en subtilité, tissent un jazz manouche proche de celui d’un Django Reihnardt, que les rythmiques électroniques soutiennent naturellement. Chaleur et puissance instrumentale pour des grooves inédits impressionnants.


INFORMATIONS PRATIQUES

Tous les dimanches du 8 juillet au 19 août
À 17h30 (à 18h30, le 8 juillet / à partir de 14h30 le 22 juillet).
Fin des concerts entre 20h et 21h
Folie Belvédère
Accès libre

Métro Porte de Pantin
Parking : Parc de la Villette sud

Info 01 40 03 75 75 - www.villette.com


Rate this content
 
 
 
Average of 38 ratings 
Rating 2.63 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
SEARCH
Keywords   go
in 
the articles