Ref. :  000025614
Date :  2006-09-29
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Culture et civilisation

Ce texte est un papier préparé pour les Rencontres Interrégionales
« Régions et diversité culturelle : une dynamique européenne et mondiale »
(Lyon, les 28 et 29 septembre 2006)

Author :  Wolfgang Kaempfer


Dans ses déclaration et convention sur la diversité culturelle, L’UNESCO n’a pas pris en considération, me semble-t-il, une autre diversité, peut-être encore plus fondamentale, à savoir, la distinction entre ce qu’on nomme, avec le Siècle des Lumières, la civilisation (occidentale) et, ce qu'il est convenu d’appeler la culture.

Ce n'est pas un hasard si, dans la langue allemande, la distinction (« diversité ») entre culture et civilisation constitue toujours une opposition courante, qui a même pu mener, avant et pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918) à la célèbre polémique entre les deux frères écrivains Thomas et Heinrich Mann, le premier favorisant (malgré sa connotation avec la « barbarie ») la notion (et la « valeur ») de la culture, le second, celle de la civilisation. Pour Thomas Mann, cette distinction (« diversité ») signifiait même une « opposition éternelle », une « des multiples manifestations de la loi éternelle du monde et du jeu tournant de l’esprit et de la nature ». C’est pour cela qu’il ne pouvait attribuer qu’à la «culture », et non à la « civilisation », ce que jusqu’à nos jours nous avons l’habitude de nommer « barbarie ». La culture, écrit-il, « n’est apparemment pas le contraire de la barbarie » ; elle serait plutôt « assez souvent un état primitif stylé, tandis que de tous les peuples de l’Antiquité seuls les Chinois étaient peut-être civilisés ». En revanche, la civilisation signifiait encore pour lui : « raison, rationalisme, Lumières, adoucissement, moralité, scepticisme, dissolution – Esprit. » (1)

Bien sûr, Thomas Mann, à cette époque encore conservateur et donc défenseur d’un mode de vie (et d’un monde) basé sur la « culture » des peuples (qu’il croyait menacé par le « processus de la civilisation », d'après l'expression de Norbert Elias), était malgré lui en vérité un «bon enfant» de ce siècle, qui en langue française a trouvé le nom de Siècle des Lumières et qui était marqué par une promesse unique: celle de nous apporter toujours plus de « Lumières », plus de « raison, rationalisme, adoucissement, moralité », etc. Thomas Mann ne pouvait pas encore se rendre compte du fait étrange que la « barbarie », qui éclate à nouveau dans ces années de la Première Guerre mondiale, n’était plus celle du passé, celle de différentes cultures, appelée par Vico la « première barbarie », mais celle de la civilisation elle-même, appelée par Vico la « seconde barbarie » (et considérée par lui comme bien plus grave que la première barbarie, parce que plus du tout « réglée »). Le désastre de l’époque des guerres mondiales entre 1914 et 1945, époque conçue par l’historien Eric Hobsbawm comme une période unique, ne pourrait plus être réduit à de simples suites ou conséquences d’un « déraillement de la culture occidentale», ou bien encore à la pure confrontation entre barbarie et civilisation, l’une se situant du côté allemand (russe, italien, espagnol, etc.), l’autre, du côté des défenseurs des « droits de l’Homme ». Ce désastre devait être considéré comme la suite et la conséquence finale d’une philosophie qui avait mis au programme, dès ses débuts, d’une part, la libération totale de tout passé et de toute tradition, et, d’autre part, l’analyse (décomposition) de toute entité donnée, de tout phénomène complexe et « naturel ».

On oublie souvent que Kant et Sade étaient des contemporains et que pour tous les deux, la base, le « point de départ » de leur philosophie était la libération de l’homme, sans qu’ils pussent pour autant véritablement fonder (et donc justifier) la nouvelle liberté de l’homme. Et c’est pour cette raison que la nouvelle « liberté » est restée purement abstraite, un concept vide, un vase sans véritable contenu. Les deux ordres qui pouvaient en résulter, l’ordre kantien et l’ordre sadien, ne sont pas complètement opposés par hasard. L’invitation à la libération totale peut en effet mener dans des « directions » complètement arbitraires.

Mais que serait donc en vérité « l’esprit » du Siècle des Lumières ? Hegel ne craignait-il pas déjà le vide virtuel de cet esprit d’analyse, de décomposition et de « libération totale », de son manque de justification suprême ? Le vide, laissé par le projet de l’« Aufklärung », dit-il, donne naissance « aux monstres de la croyance et de la superstition ».

La Phénoménologie de l’Esprit parut en 1806 et, en 1797, Francisco Goya réalisa toute une série de dessins ayant pour sujet ces « monstruosités ». On se souvient de ce dessin montrant la tête d’un dormeur, entouré d’un essaim de papillons fantomatiques, dont il tira le titre de la série : « Le sommeil de la raison produit des monstres ». Je ne sais pas si Hegel prit connaissance de cette série et de cette intuition, mais, quoi qu’il en soit, il la partagea. Et ce que Thomas Mann appelle encore d’une façon ingénue « l’Esprit » - en l’associant à « la raison », aux « Lumières », à l'« apaisement », à la « moralité », etc. - est déjà pour lui marqué par le « scepticisme » et la « dissolution ». Tandis que « les cultures » laissent apercevoir « un ensemble, un style, une forme, une attitude, un goût », une certaine « organisation immatérielle du monde, aussi aventureux, grotesque, fou, sanglant ou effrayant que ce soit », la civilisation ne s’occupe d’abord que de la forme.

Sans doute y a-t-il ici deux formes d’ordre et d’organisation qui s’affrontent, l’une « fermée », l’autre « ouverte », et nous avons en effet affaire à une distinction non moins « fondamentale » que celle qui différencie les seules cultures entre elles. L’ordre de la culture possède une physionomie unique et peut se référer à la « nature », tandis que l’ordre de la civilisation s’appuie sur une forme rationnelle, qui ne possède plus de style ni de physionomie spécifique. Son rapport au monde et aux choses n’est plus symbolique, mais scientifique. Elle ne représente plus les choses pour leur attribuer facultativement « un sens », mais elle les mathématise et les codifie.

Ces deux formes d’ordre ou d’organisation supposent nécessairement deux formes différentes de développement. Si l’ordre de la culture se réfère essentiellement à la nature, s’il la « prolonge » à sa façon, il est soumis à un mode de croissance ascendant puis descendant, traçant une courbe qui ne pourrait pas se répéter. Chaque re-naissance, quand elle ne mobilise pas elle-même un potentiel de croissance « naturelle », comme la grande Renaissance européenne, serait donc exclue ou resterait imaginaire comme les fantasmes de résurrection romantique. Au contraire, l’ordre de la raison, de la civilisation, « des Lumières », « du scepticisme », « de la dissolution », etc., favorise une croissance qui se déroulerait de manière réversible et cumulative, caractérisée par une pure addition (ou soustraction), qui « accumule », au sens d’une économie de stock, d’un « trésor », d’un capital. Cette croissance de la civilisation, contrairement aux courbes de « croissance culturelle », qui se tracent de façon ascendante et descendante, ne pourrait plus mener à une frontière immanente ni à une forme dans laquelle elle s’accomplirait. Elle aurait tendance à être illimitée et interminable comme la croissance économique, la croissance de la production ou encore la croissance de ce « trésor de savoir » (Nietzsche) qui a depuis reçu le nom modeste « d’information ».


On pourrait alors résumer en quatre points les suites, les conséquences finales du « processus de la civilisation » dont nous avons parlé:

1. Croissance productrice, économique – ou bien du pouvoir - illimitée et interminable,
2. Création d’un espace et d’un temps correspondants, relativisant tout espace délimité et tout temps irréversible (« historique »),
3. Codification, catégorisation (mathématisation) du monde,
4. Libération non seulement de tout passé et de toute tradition, mais aussi de « la nature », de « l’origine biologique » même de l’homme.


Le mode d’organisation et d’ordre de la « Civilisation » - en fin de compte, il s’agit bien sûr toujours de la civilisation occidentale – n’est donc pas seulement à l’opposé du mode d’organisation et d’ordre « culturel », mais il est appelé à relativiser, à « catégoriser » toute culture possible, toute culture existante, à la rendre « compréhensible », à la rendre compatible avec n’importe quelle autre culture - et donc à lui prendre exactement ce qui en fait « une culture », c’est-à-dire: sa singularité, son caractère unique, sa physionomie, son incompatibilité avec toute autre culture ou civilisation.

L’idée fondamentale de la philosophie de l’«Aufklärung » et de la « Libéralisation », de l’analyse et du scepticisme, du doute cartésien systématisé est en fin de compte un « dogme », non moins obligatoire pour ses « fidèles » que tous les dogmes du passé. C’est l’idée (dans son essence platonicienne), que toute chose, toute entité, toute singularité, toute différence pourrait être soumise à sa généralisation et sa catégorisation, qu’elle serait en quelque sorte soluble, soluble dans l’eau: les histoires des peuples, des tribus, des familles, le caractère unique de chaque être vivant, de chaque homme, de chaque animal, de chaque plante. Deux arbres ne sont jamais entièrement identiques. C’est justement ce code généralisateur au sein de toute opération scientifique de la philosophie des « Lumières » qui est tendanciellement mortel, tout objet n’étant rendu « compatible » avec tout autre objet qu’à condition qu’il soit condamné à mort par sa généralisation.

Compte tenu de l’envergure planétaire du code généralisateur et égalitaire actuel, on pourrait même se poser la question de savoir s’il n’est pas à la base et à l’origine même de la recherche identitaire actuelle, y compris des essais désespérés - sinon terroristes et criminels - de s’y opposer par un dogme quelconque, par des dogmes parfois tout aussi figés, bornés et inflexibles, que le code auquel ils se réfèrent se veut généreux, illimité et flexible.

Et cela n’est pas non plus un hasard, me semble-t-il. Car ces essais sont pour la plupart eux-mêmes un résultat – involontaire, bien sûr - d’une opération, qui se sert du fameux code binaire, du code inclusion/exclusion, code purement rationnel. L’identité proposée, qu’elle soit individuelle ou collective, est donc en vérité factice ou même inventée.

C’est l’historien Eric Hobsbawm, qui a introduit dans les discussions de ce phénomène le concept paradoxal de "tradition inventée" ("invented tradition"). Hobsbawm, se référant lui aussi au siècle des Lumières, souligne à sa manière le vide que ce siècle a laissé à l'endroit des traditions anciennes, qui permettent à l’homme de s’appuyer sur son passé, sur ce qui était simplement donné et sur quoi il pouvait compter (habitudes, mœurs, us, le calendrier sacré du christianisme - qui structura l’année, qui lui assura son adhésion à une collectivité, aussi vaste et générale que familiale).

Depuis les changements sociaux qui ne cessent de s’ensuivre, depuis le déclin progressif de toute base traditionnelle, sûre et solide, on constate donc d’après Hobsbawm une tendance croissante vers ce qu’on pourrait appeler une tradition factice, une continuité historique fabriquée, un ersatz de tout ce qui avait assuré l’identité de l’homme, l’identité individuelle aussi bien que l’identité sociale et collective.

C’est un peu comme dans la nature elle-même. Un vide, un vacuum finit par développer une aspiration – Sog en allemand – irrésistible. Il réclame en quelque sorte son remplissement. Car le vide, le vacuum, le non-lieu, le désert, dont parlera encore Nietzsche avec sa fameuse phrase die Wüste wächst (le désert croît) fait peur, il est à la longue insupportable pour l’homme. Par manque, sinon absence d’une tradition – d’une culture – encore palpable, encore réelle, encore vivante, on commence, ou bien à faire revivre telle ou telle tradition (comme dans le romantisme par exemple) ou bien à s’inventer purement et simplement une tradition quelconque. Dans le cadre du nationalisme européen du 19ème siècle, on s’invente même des continuités historiques entières – en Allemagne, par exemple, la continuité fantasmatique à partir du héros emblématique Arminius, en France à partir du héros emblématique Vercingétorix. Des héros semblables se trouvent un peu partout : Viriathes pour L’Espagne, Civilis pour les Pays-Bas, Bodicea pour l’Angleterre.

Bien sûr, le nationalisme européen a des racines bien plus anciennes, en particulier celles des monarchies médiévales les plus importantes, en France et en Angleterre. Mais peu importe ; à partir d’un certain moment historique, situé à peu près au milieu du 19ème siècle, aucune nation européenne n’échappe plus à la nouvelle mode de s’inventer une histoire et une tradition particulières – histoire et tradition particulières et donc incomparables, qui obéissent dès lors aux critères fondamentaux d’une culture.

Apparence trompeuse, grosso modo. Car à l’opposé de la praxis des sociétés traditionnelles, marquée par une certaine dialectique entre la flexibilité substantielle et la fidélité formelle à leurs habitudes, leurs mœurs etc., la praxis des sociétés marquées par le nationalisme des temps modernes est d’une stéréotypie frappante. Ce qui a été conçu pour s’assurer d’une base historique, traditionnelle, sinon mythologique par exemple, cesse littéralement d’être soumis aux lois de l’histoire, du changement ou du développement. C’est conçu pour toujours. C’est figé.

De la même manière s’installe le code, essentiellement rationnel, qui ne connaît plus de tiers, qui est binaire, qui travaille avec les termes inclusion/exclusion, français/non-français, allemand/non-allemand, distinction absurde, vu les ravages inouïs qui se sont produits lors des deux dernières guerres mondiales. Car quel est cet Allemand ou ce Français? En tant que tel, il n’existe pas, bien sûr. Il est une abstraction pure et simple, dont l’origine n’est pas celle d’une culture spécifique, mais celle d’une opération froide, rationnelle et civilisatrice. Une opération qui s’invente un ennemi, un compatriote abstrait au lieu d’un ennemi ou compatriote réel. Il va de soi que l’opposition de l’un et de l’autre, opposition totalement abstraite, ne peut plus mener à une lutte, une guerre normale qui prend fin normalement. Car elle obéit à présent à un code abstrait – un code rigide, froid, figé. C’est ce qui explique peut-être le fait bien connu que des hostilités, érigées sur une opposition abstraite et donc totale, puissent dégénérer ou dérailler sans véritable fin. Dans ce sens, les deux guerres mondiales ont été considérées par l’historien Hobsbawm comme une seule guerre, une deuxième guerre de Trente ans entre 1914 et 1945.

Malheureusement, le spectre du nationalisme et des guerres totales n’a cessé de faire son chemin dans le monde actuel. Nous sommes sans cesse témoins de la naissance de nouvelles nations, petites ou grandes, tout à fait neuves ou fondées sur une tradition réelle, recréées ou entièrement factices. Et la motivation est en gros toujours la même : perte de l’identité et de la tradition véritables. Héritage typiquement européen, le nationalisme est en vérité l’œuvre du fameux Homo faber, de l’artisan qui sait tout faire, qui sait même fabriquer des identités et des traditions.

Erreur fatale. On ne peut pas fabriquer ce qui dépend de lois, indisponible pour l’homme et sa trousse d’outils inépuisable. C’est dans cette perspective qu’il faudrait réviser et repenser tout projet d’une mondialisation, qui cherche à évaluer, à protéger, à défendre non seulement les droits de l’Homme, mais aussi les cultures de l’homme – entreprise d’autant plus délicate, contradictoire et problématique, que toute mondialisation sous le signe du rationalisme et de la civilisation occidentale risque de soumettre à ses codifications quelque chose qui n’est pas codifiable: les cultures, les traditions - qui, elles, ne s’imposent pas par des codes généralisateurs, mais par leur physionomie unique. Sous le régime du marché mondial actuel, toute identité, toute tradition, archaïque ou moderne, petite ou grande, risque d’être soumise au code de ce dernier, d’être transformée en marchandise, rangée sur une même étagère dans un magasin mondial.

Toute identité véritable dépend de quelque chose qui est étranger à elle - et avec laquelle il faudrait donc s’identifier. Pour l’individu, c’est en gros la collectivité, pour la collectivité, c’est l’individu. Collectivité et individu entrent de cette manière dans une dialectique précaire et toujours menacée. L’individu risque d’être victime de la collectivité, la collectivité risque d’être victime de l’individualisme. Mais, curieusement, les deux, le collectivisme d’une part, l’individualisme de l’autre, semblent s’être séparés, ne pouvant plus former une unité, l’unité d’une société saine et vivante.

Vu cette séparation étrange, cette maladie sociale, il reste à espérer cependant que ce mal ne s’est pas encore accompli … et surtout pas sur des terrains restreints et quelques fois même plus ou moins épargnés encore par les processus mondiaux actuels. Mœurs, habitudes, us locaux – et donc quelque chose comme une « tradition », une « identité particulière » - ne seront sûrement jamais perdus entièrement. C’est pour cette raison que je plaiderais pour le renforcement, sinon l’autonomie des anciennes régions européennes. Il faut se méfier bien sûr de deux dangers capitaux : le tourisme comme tel, irréfléchi, qui risque de transformer une tradition locale en marchandise, et le glissement d’une ethnie locale vers la même codification que celle du nationalisme, comme nous l’avons vu, - avec plus ou moins toujours les mêmes conséquences: défense acharnée, militarisation, terrorisme etc. Une ethnie-identité sûre d’elle-même n’a pas besoin de se défendre d’une manière excessive.

Ce n’est peut-être pas non plus un hasard que dans les temps en quelque sorte encore pré-rationels, les différentes ethnies - peuples, races, religions - ont parfois vécu ensemble sans la moindre hostilité: les Arabes, Juifs et Chrétiens dans l’Espagne d’avant la Reconquête, les populations des Balkans pendant la domination turque.




Notes :

(1) Thomas Mann, Gedanken im Kriege, in Politische Schriften und Reden, tome II, Frankfurt/Main, 1968.


Rate this content
 
 
 
Average of 54 ratings 
Rating 2.48 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
SEARCH
Keywords   go
in 
Translate this page Traduire par Google Translate
Share

Share on Facebook
FACEBOOK
Partager sur Twitter
TWITTER
Share on Google+Google + Share on LinkedInLinkedIn
Partager sur MessengerMessenger Partager sur BloggerBlogger