Ref. :  000002268
Date :  2000-03-21
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Dématérialisation de l’argent

Dématérialisation


Avant l’ère électronique, ce qui caractérisait les marchés boursiers et financiers traditionnels, c’était une certaine matérialité et aussi une certaine stabilité. La réciproque de cette matérialité, c’était que chacun – même quand l’anonymat était préservé – pouvait être identifié comme investisseur ou comme cible, comme prêteur ou comme débiteur : il y avait des sujets, même dans le secret le plus absolu, et des sujets dont on pouvait rechercher la responsabilité, s’ils avaient failli à leur mission ou à leurs engagements... Or, tout cela a changé : les titres ont été "dématérialisés", leur apparence physique sous la forme de riches papiers a été mise en cause, et on a rapidement basculé vers une pure inscription en compte désormais électronique. Une nouvelle étape a été franchie avec l’accroissement très rapide des transmissions, de la circulation des informations et des ordres, avec la possibilité ouverte par les nouvelles technologies de la communication et de l’information (les "NTIC") d’effectuer des transferts de fonds ou de titres dans des délais infimes. La dématérialisation, dans son mouvement irrésistible, balaye ainsi les règles qui rendaient le marché fréquentable pour les petits débiteurs et créanciers. Le contrôle des changes devient une utopie, et celui de l’argent sale également.
Les créances sont de moins en moins "certaines" – au sens juridique -, et les dettes paraissent toujours moins légitimes. Il devient de plus en plus aisé de les répudier, surtout si l’on est riche et puissant. Les dettes et les créances prennent ainsi une valeur très relative, qui ne dépend plus d’un étalon, d’une convention reconnue, mais des circonstances dans lesquelles elles sont évaluées. Simultanément, les entreprises se vendent à des prix qui ne sont plus reliés à une performance économique réelle, historique, mais à une forme de rêverie sur ce que pourraient être leurs revenus et leurs profits futurs.
Ce phénomène, on le retrouve dans tous les compartiments de la vie économique et financière des Etats, des "personnes morales" et des "personnes physiques". Le traitement international des dettes (les rescue packages – « paquets de sauvetage » - du FMI, des Clubs de Paris et de Londres...), la globalisation des marchés financiers et le développement multiforme d’une économie d’endettement qui a accompagné sinon porté avec un succès évident la croissance des années 1990, tous ces phénomènes liés ont convaincu le plus grand nombre avec le sentiment que la dette publique n’était pas une affaire vraiment si sérieuse que cela, ne méritait pas toute l’attention qu’on lui accordait naguère – et, in fine : qu’il était possible de s’en désintéresser.
On note aussi un phénomène analogue avec le développement extraordinaire, à destination des particuliers, des cartes de paiement et de crédit des banques et des grandes institutions marchandes. Chacun sait que la diffusion de ces moyens de paiement électroniques, si elle stimule le commerce de manière positive pour les producteurs et les négociants, engendre également certains effets pervers qui rendent ambigu le résultat global de l'opération pour la société. De ces effets, le plus évident est un surendettement des "ménages".
Mais le plus inquiétant me semble moins ce surendettement généralisé que ce qui le motive, l’étend et le pérennise, à savoir la négation de toute mesure, de cette mesure des besoins qui est la justification même de la monnaie telle que la définit Aristote au Livre V de l'Ethique à Nicomaque : "La monnaie est soumise aux mêmes fluctuations que les autres marchandises (car elle n'a pas toujours un égal pouvoir d'achat) ; elle tend toutefois à une plus grande stabilité. De là vient que toutes les marchandises doivent être préalablement estimées en argent, car de cette façon il y aura toujours possibilité d'échange, et par suite communauté d'intérêts entre les hommes. La monnaie, dès lors, jouant le rôle de mesure, rend les choses commensurables entre elles et les amène ainsi à l'égalité : car il ne saurait y avoir ni communauté d'intérêts sans échange, ni échange sans égalité, ni enfin égalité sans commensurabilité."(1)
La "communauté d'intérêts entre les hommes" qui par la mesure de l'argent liait vendeur et acquéreur pour leur bien commun et celui de la Cité, cette communauté perd sa valeur au détriment d'une mise en péril généralisée. Les uns vendent à tout prix, sans souci de la contrepartie réelle de l'argent qui leur est procuré ; les autres achètent dans le même esprit, en ignorant toute prudence, voire délibérément. Ces mouvements individuels et collectifs contribuent à restaurer de l’état de nature et à détruire de la Cité. Ils laminent la communauté politique contemporaine, ses valeurs, ses repères, les relations entre ses membres. Chaque citoyen s’estimant fondé à ne plus suivre les règles de gestion prudente qui prévalaient naguère (quand la norme était de ne pas dépenser plus que ce que l'on gagnait...), la suspicion est de mise : seule compte la préservation du patrimoine privé, quel qu’en soit le prix. Ce qui éloigne de la reconnaissance de l’intérêt général et de certaines exigences démocratiques élémentaires.
Un tel régime de l’absence de contraintes formelles et de limites temporelles doit être rapproché du régime de l’accommodement que Platon dénonce vertement dans la forme pervertie de la démocratie qui n’est autre que la démagogie: "Dans cette cité-là, on n’est nullement contraint de diriger, même si l’on est apte à le faire, ni non plus d’être dirigé, si on ne le veut pas, ni de faire la guerre quand les autres la font, ni d’être en paix quand les autres y sont, si soi-même on ne désire pas la paix (...) Voilà donc les caractères de la démocratie : régime délicieux, sans vraie direction et bariolé, distribuant une certaine forme d’égalité, de façon identique, à ceux qui sont égaux et à ceux qui ne le sont pas."(2) En effet, ce régime dit "libéral", est clairement producteur d’une fausse égalité. Dans un premier temps, chacun fait ce qui lui plaît, sans contraintes ; puis, les faibles, les moins bien armés (intellectuellement, socialement…) sont écrasés au premier "revers de marché", tandis que les puissants tirent toujours leur épingle du jeu. Dès lors, tout le champ disponible sur la place publique contemporaine est laissé au seul sujet qui resterait bien sujet : à savoir l’Argent lui-même !

(1) Aristote, Ethique à Nicomaque, trad. Tricot, Vrin.
(2) Platon, La République, trad. P.Pachet, Folio.



(Le présent article est issu d'une étude longue du même auteur, que vous trouverez à l'adresse suivante : Dématérialisation de l’argent, déresponsabilisation du sujet politique)


Rate this content
 
 
 
Average of 84 ratings 
Rating 2.36 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
Same author:
 flecheLeçons de la « Grippe espagnole » de 1918-1919
 flecheL’intelligence de la bibliothèque publique
 flecheTriomphe de la post-citoyenneté
 flechePublication de L'Homme post-numérique
 flecheCharlie : comment répondre au défi ?
 flecheDigital Domination
 flecheAcerca de los Megaproyectos en Uruguay
 flecheEurope, Maghreb, Machrek : Que faire ensemble du monde euro-méditerranéen, maintenant et pour les dix prochaines années ?
 flecheWhy the need for a Universal Declaration of Democracy?
 flecheThe meaning of “carnage”?
 flecheLa « culture numérique » : à problématique « nouvelle », approches et solutions différentes ?
 flechePiratage (Modifier l'approche du ---)
 flecheDiversité culturelle et dialogue interculturel : confusion ou exigence ?
 flechePiratage (modifier l’approche du ---)
 flecheRéévaluer « l’économie de la création » à l’âge de la dématérialisation numérique
 flecheAbstract of a keynote speech at the "Dialogos da Terra no Planeta Agua" (November 26-28, Minas Gerais - Brazil)
 flecheCosmopolitical approach to Water
 fleche« Fin d’un monde » ou crise de son modèle ?
 flecheLa culture pour rendre le monde vivable
 flecheTransparence (Révélation de l’opacité, mondialisation de la --- ?)
 flechePour une éducation à la diversité culturelle et au dialogue interculturel
 fleche10 Thesis about the present meaning and orientation of Global research
 flecheTravail et emploi : la confusion permanente
 flecheCultural diversity
 flecheLa Convention sur la diversité culturelle reste à mettre en œuvre!
4 tâches prioritaires pour la société civile

 flecheCultures et mondialisations : les sons de la diversité

 flechePhilosophie des mondialisations et mondialisation de la philosophie

 flecheLaw of Globalization and/or globalization(s) of Law ?
 flecheAltermondialisation
 flechePauvreté et Violence
 flecheDiversité culturelle : un projet cosmopolitique
 flecheFor an offensive concept of cultural diversity
 flecheCultural diversity, globalisation and mondialisations
 flecheLa Puissance du rituel mondial
 flecheWord Social Forum n°5 : A trial of truth
 flecheComercio de la democracia, democracia del Comercio
 flecheOMC : la refondation ou la fin ?
 flecheFor a reassessment of the concept of cultural diversity
 flecheWar, the supreme stage of poverty?


 fleche‘Fight against poverty’: for a new order


 flecheGlobal and mondial
 flecheTowards a philosophical pedagogy of NICTs
 flecheThe critical sharing of globalisation(s) could be achieved by appropriate intercultural education and training
 flecheAway with "anti-globalisation"
 flecheJohannesburg (Le risque de...)
 flecheQue peut être "l'exception culturelle" ?
 flecheLa diversité culturelle : du consensus mou au projet politique
 flechePrivatisation or sharing of cultural identities and diversity?
 flecheMorale et politique
 flecheTemps fragiles
 flecheDématérialisation de l’argent, déresponsabilisation du sujet politique
 flecheLe GERM : un laboratoire de la diversité culturelle pour comprendre «la globalisation» et les mondialisations
 flecheLa Bonté des maîtres du monde
 flecheProblématique des mondialisations
 flecheLe Monde est-il un village ?
Et peut-il être une Cité ?

 flecheLe cas Napster
 flecheDemocracy
 flecheGlobalisations
 flecheLa controverse de Gênes
 flecheOSCI
 flecheUnemployment
 flecheEconomie de la matrice, cosmopolitique de la diversité
 flecheLe cheval de Troie des Amériques
 flecheThe Napster affair
 flecheDomination
 flecheRien de nouveau sous le Soleil noir de la mondialisation
 flecheDe la mondialisation aux mondialisations : domination ou partage du monde ?
 flecheLe Monde en perspective
 flecheGlobal Village
 flecheFractures (résorber les --- )
 flecheGlobalisation : the law of the strongest ?
 flechePour une ''philosophie des mondialisations''
13
SEARCH
Keywords   go
in