Ref. :  000020745
Date :  2005-09-16
Language :  French
Home Page / The whole website
fr / es / de / po / en

Accès aux médicaments

Médicaments

Author :  Raffaele Salinari


À titre de définition préliminaire, « l’accès aux médicaments » peut être considéré comme la possibilité directe et permanente pour toute personne dans une situation de besoin d’avoir accès aux médicaments nécessaires afin d’améliorer sa santé, sans aucun obstacle. Toute personne ayant besoin de médicaments pour sauver sa vie, éviter des maladies curables ou améliorer son état de santé doit avoir la possibilité d’en bénéficier sans aucune sorte de discrimination.

Cette définition résulte du principe que la santé est l’un des droits humains fondamentaux, tels que le stipule la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme, adoptée par la majorité des États Membres de l’ONU il y a plus de 50 ans. Ainsi, l’accès aux médicaments doit-il être considéré comme partie de ce droit fondamental. Dans cette perspective, dès les années 1970, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) produisit une liste de médicaments essentiels censés être accessibles partout dans le monde pour toute personne en ayant la nécessité. Mais, aujourd’hui encore, la majorité de la population mondiale n’a qu’un accès limité à ces médicaments de base.

En effet, au niveau mondial, force est de constater qu’il existe un fossé abyssal en termes d’accès aux médicaments : beaucoup trop d’individus vivant dans ce qu’il est convenu d’appeler les pays en développement y ont un accès très limité, y compris aux médicaments essentiels, tels que ceux destinés à sauver les vies ou à prévenir des maladies transmissibles, tels que des antiviraux contre le VIH-SIDA, contre la tuberculose ou autres formes d’infections mortelles, ainsi que les vaccins contre la variole ou la polio. Dans les pays du Nord, beaucoup croient que la médecine moderne continue d’améliorer de manière significative la santé au niveau mondial. Pourtant, comme le déclare Médecins Sans Frontières (MSF) dans sa campagne pour l’accès aux médicaments : « La polio a presque été éradiquée, la variole éliminée, et trouver des cures pour toutes les autres maladies ne serait qu’une question de temps. Pourtant, ces certitudes sont relatives et basées davantage sur l’histoire que sur la réalité ».

Aujourd’hui, un tiers de la population mondiale n’a pas accès aux médicaments essentiels, et dans les régions les plus pauvres d’Afrique et d’Asie, cette proportion s’élève à la moitié. La raison principale pour laquelle la majorité des populations des pays en développement ainsi que les populations les plus pauvres des pays riches n’ont pas ou peu accès aux médicaments essentiels – ceux destinés à sauver la vie — est directement liée au phénomène de la globalisation hyper-libérale qui considère la santé comme un simple bien, quelque chose qui doit répondre uniquement à la logique du profit, et non en premier lieu à l’exigence de garantir le droit à la santé pour tout individu.

Les raisons plus spécifiques à cet état des choses sont diverses. Le fait que la majorité des médicaments essentiels soient soumis à des brevets et, par conséquent, à la propriété privée de groupes pharmaceutiques, est l’une des principales causes des prix élevés des médicaments. Une autre raison réside dans les coupes budgétaires et la privatisation des systèmes de santé dans les pays du Nord, processus qui fragilise les populations les plus pauvres dans leur accès aux médicaments essentiels. Dans le même temps, la « rationalisation » des systèmes de santé, imposée par la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International dans les pays en développement, engendre un démantèlement des politiques de santé publique dans ces pays. Par conséquent, l’accès aux soins devient hors de portée pour la majorité des individus dans ces pays. De plus, la qualité médiocre des diagnostics, les mauvaises pratiques liées à la prescription des médicaments, la faiblesse du système de distribution s’ajoutent aux causes limitant l’accès aux médicaments essentiels dans les pays pauvres.

Lors des vingt dernières années, la pandémie du VIH-SIDA a contribué de manière substantielle au creusement du fossé entre ceux qui sont en mesure de payer le prix des médicaments essentiels et les exclus du droit à la santé. L’OMS a attiré l’attention de la communauté internationale sur le fait que tant que ce fossé sera maintenu, une partie importante de la population africaine décédera ou sera affectée du VIH-SIDA, provoquant un impact négatif de premier ordre sur la vie économique et sociale du continent. En ce sens, l’accès aux médicaments constitue un problème politique sérieux qui peut être résolu uniquement par une volonté politique mondiale.

Les solutions sont diverses et reposent sur la combinaison de différentes politiques destinées à faire baisser le prix des médicaments et à en assurer l’accès par tous. Afin de diminuer le prix des médicaments essentiels, une combinaison de nouvelles règles relatives aux brevets, au commerce international (les politiques commerciales doivent offrir un niveau de protection des politiques de santé maximale), aux politiques de santé publique et à la mise en œuvre de législations destinées à garantir l’accès aux médicaments essentiels dans les pays en développement apparaissent nécessaires. La facilitation de l’accès des nations pauvres aux médicaments génériques, qui comportent des éléments actifs semblables à ceux des médicaments essentiels mais ne sont pas soumis aux brevets, fait également partie de la solution au niveau international.

Une deuxième question est celle liée au renforcement de la recherche dans le domaine des « maladies négligées » telles que la tuberculose, la malaria, la maladie du sommeil, ou les infections liées aux diarrhées. De nos jours, l’industrie pharmaceutique est très peu intéressée à développer des médicaments plus efficaces et moins chers pour ces maladies, dans la mesure où les consommateurs des médicaments liés à ces maladies seraient pour la plupart issus de populations pauvres, et par conséquent dans l’incapacité de payer un prix élevé. Ainsi, soutenir les pays en développement afin qu’ils puissent développer leur propre politique de recherche est également un aspect important de la solution.




Pour en savoir plus:


- www.accessmed-msf.org

- "Globalization and Access to Drugs"


Rate this content
 
 
 
Average of 99 ratings 
Rating 2.75 / 4 MoyenMoyenMoyenMoyen
13
SEARCH
Keywords   go
in